Présentation des personnages

Rien ni personne ne peut s'opposer à la colère des justes !

Modérateur: Jul

Présentation des personnages

Messagepar Jul » 10 Oct 2014, 17:10

Pour voir la bouille des PJs. :D
Petite phrase de PJ :
"Vous ne pourrez pas me violer, je suis consentant !"
Avatar de l’utilisateur
Jul
Administrateur
 
Messages: 1038
Inscrit le: 12 Mars 2010, 01:27

Re: Présentation des personnages

Messagepar César » 12 Nov 2014, 13:18

Ariel Blanchart (des Hauts-Monts)
La famille Blanchart s'est installé en Sarkoris, voilà des siècles. A l'origine une expédition ulfe partie pillée les clans kellids. Elle montra la supériorité des barbares Ulf sur les barbares kellid : un peu plus grands, un peu plus forts et surtout équipés de lames et d'armures d'acier. Ils décidèrent finalement de s'installer et prirent la tête du petit domaine qu'ils venaient de conquérir. Le nom Blanchart apparu certainement un peu après, pour marquer la blondeur et la pâleur de mes ancêtres par rapport aux bruns kellids. Les familles vécurent comme chefs de clan, pendant quelques siècles, de paix relative.
Les choses changèrent il y a deux ou trois cents ans, c'est un peu flou, quand le clan se divisa entre Blanchart des Hauts-Monts et Blanchart du Val. L'histoire n'est pas clair : un adultère ? des fiançailles rompues ? un viol de trop ? toujours est-il que c'est une histoire de cul qui marqua la séparation du clan et initia deux siècles de vendetta. Nous étions bien trop occupés à voler les troupeaux de notre famille du Sud et à protéger nos frontières. Nous n'avons pas vu la catastrophe venir. Elle recouvrit tout, et submergea nos villages, plus vite qu'un orage d'été. Les guerriers ont tenté de résisté. Ils sont morts. Les femmes, les enfants, les blessés et quelques uns de nos chefs sont partis se réfugier, chez nos cousins. Ils y furent accueillis et massacrés dans la nuit. La dernière trahison. Des survivants, il n'y en avait que peu. Ils fuirent et finalement arrivèrent à passer la frontière du Mendev. Les Blanchart du Val eurent plus de chance, plus de temps, plus de sagesse. Ils sauvèrent la plus grande part de leurs richesses et la famille, abandonnant leurs gens, leurs troupeaux et une partie de leurs guerriers derrière eux, et trouvèrent refuge chez leurs nouveaux alliés d'Ustalav. Voilà ce que me racontait ma mère.
Quant à moi, c'est dans les taudis de Nerosyan que je suis né et que j'ai grandi. Dans ses ruelles sordides, où s’agglutinent les réfugiés comme la neige le long des routes, j'ai appris à survivre. J'avais bien mal commencé, je le confesse ; il m'a fallu quelques années pour trouver la voie, et sans une rencontre, je ne sais ce que je serais devenu. Il suffit parfois d'un geste simple pour sauver une âme. Elle se déroula sur la place du marché. Je devais avoir 9 ou 10 ans et je m'essayais, maladroitement, à l'art du coupe-bourses. Je venais d'en trouver une bien lourde dans mes mains quand la main de son propriétaire me souleva du sol. Il s'appelait Gabriel, le frère militant Gabriel. Après une fessée d'usage, il me ramena chez ma mère. Il discuta avec elle, lui laissa la fameuse bourse (plus lourde que réellement riche, au final) et m'emmena avec lui pour faire pénitence. Je passais la semaine suivante à laver les sols de son temple. Tous les soirs, il me ramenait chez moi et tous les matins, il venait me chercher. Mais ce dut être la plus belle semaine de ma vie. Outre le fait que les repas étaient chauds et nourrissants, les cérémonies et les lumières qui se reflétaient sur tous ces hommes en armure me montrèrent qu'il existait quelque chose de plus grand que ce que j'avais vu. Les prêtres et les frères me regardaient travailler et m'encourageaient. Ils ne me frappaient pas et me laissaient leur poser des questions. Finalement, ma semaine de travail forcé s'acheva. Je pouvais de nouveau vagabonder, mais le temple et ses cérémonies me manquaient. Je finis par y retourner et frère Gabriel m'attendait. Il me trouva de petits travaux à réaliser. Il venait régulièrement à la maison et aider ma mère à s'occuper de mes frères et soeurs en lui laissant de petites sommes. La vie continua ainsi pendant deux ans.
Un jour alors que j'errais en périphérie de la ville à la recherche que quelque babioles à ramener et à revendre, d'affreuses créatures sortirent de fourrées et attaquèrent le petit groupe avec lequel je me trouvais. Je me souviens avoir couru et d'une grande douleur dans le dos et d'un visage dégoulinant de bave et d'une main griffue qui plongeait dans mon visage. Puis plus rien. Il semble que les gardes aient réussi à faire fuir les monstres. On me pensait perdu. Gabriel m'emmena au temple où l'on prit soin de moi, mais je restais aux portes de la mort sans que l'on puisse l'expliquer. Je fis d'étranges rêves, surtout celui d'une femme étincelante qui me murmurait des choses douces et reposantes à l'oreille. J'ai longtemps cru que Iomedae me parlait. Je pense maintenant que mon orgueil m'a fait interpréter les délires dus à la fièvre de manière excessive. Et je finis par me réveiller, au bout de trois semaines. Un matin, le soleil illuminait la chapelle-hôpital, sa douce lumière m'éclairait par un vitrail. Je voyais sa Lumière. Il me fallut une semaine pour marcher de nouveau. Une de plus pour pouvoir le faire seul. En un mois, je courrais comme avant. Et je pris ma décision : je rejoignis l'Ordre.
Il me fallut huit longues années pour achever ma formation, pour que mes supérieurs soient sûrs de ma Foi et de mes capacité, pour recevoir mon épée personnelle. Mon rang est faible, je ne suis que frère-blanchisseur, mais je suis fier d'appartenir à un tout plus vaste que la somme de ses membres. Je suis le bouclier de l'humanité, je suis l'épée de la Justice, je suis l'humble serviteur d'Iomédae.
Avatar de l’utilisateur
César
 
Messages: 750
Inscrit le: 20 Sep 2014, 11:58

Re: Présentation des personnages

Messagepar roufdeouf » 07 Déc 2014, 19:27

Morynne de Landir
[Mise à jour du 15/02/2015 : mise en adéquation de l'historique avec les tirages 8-) ]


Jeune femme (entre 25 et 30 ans), brune à la peau pâle, à l’œil droit bleu-gris et à l’œil gauche doré, d'une taille peu commun (environ 1m95), de longues mains terminées par de grands ongles vernis...

Morynne a été abandonnée à sa naissance puis adoptée par un couple d'humains : une prêtresse de Sarenrae et son mari agriculteur.
Sa mère lui a donné le nom d'une prêtresse légendaire ayant retrouvé et sauvé une chef de clan nordique après une terrible bataille menée contre des forces obscures.

Morynne a passé toute son enfance dans un petit village situé au centre du Mendev.
Quand elle était plus jeune, une grande inondation a ravagé la moitié de son village : elle a été emportée par le courant mais fut sauvée. Sa mère est portée disparue depuis lors. Cependant, Morynne pense que sa mère adoptive est toujours en vie et reste déterminée à la retrouver.



Quelques années plus tard, une grande épidémie se déclara dans le village (décidément...), tuant plus d'une centaine d'habitants. Morynne tomba malade mais fut guérie.
Ses pouvoirs mystiques se déclarèrent suite à cela : la 23ème minute de la 23ème heure du 23ème jour suivant son 23ème anniversaire, elle fut frappée dans sa chambre par une lumière surnaturelle. Cette lumière émanait d'une lune pleine et entière, il s'agissait de la lumière de l'astre divin reflétée sur l'autre astre céleste : Morynne servirait désormais Sarenrae, mais d'une façon détournée : elle était devenue un Oracle de la vie, protégée à la fois par sa déesse tutélaire et par Pharasma.



[Mise à jour du 15/02/2015 : mise en adéquation de l'historique avec les tirages 8-) ]
Dernière édition par roufdeouf le 02 Avr 2016, 17:18, édité 3 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Présentation des personnages

Messagepar YoungSun » 24 Déc 2014, 03:44

Senno Kao

Image

C'est un joli brin de jeune fille, elle dit s'appeler Senno, elle arrive de loin. Elle fait des spectacles de rue, à base d'escamotage, de tours de passe passe.
Senno est arrivée à Kénabres depuis quelques années en compagnie de son "amant", elle raconte à qui veut l'entendre que ce dernier l'avait laissée à son sort et abandonnée dans cette ville sans aucune ressource.

Fille d'un prêtre de Gorum et d'une magicienne, Senno ne se rappelle ni de leur nom ni de leur apparence mais seulement de certains gestes, certaines connaissances le reste semble se perdre dans les méandres de sa mémoire d'enfant.
De ses premiers souvenirs clairs, Senno se rappelle avoir marché d'un endroit à un autre, suivant son maître, un aventurier borgne qui n'ouvrait que très rarement sa bouche et encore plus rarement son cœur ; ce dernier ne se confiait qu'en de rares occasions quand il était saoul à la pleine lune du 8ème mois de l'année. Alors que les années passaient, elle a appris de cette homme qu'il payait une dette en l'amenant le plus loin possible de sa mère, elle n'a jamais appris le pourquoi mais le comment se sent trop régulièrement dans les jambes sous forme de crampes suites aux journées de marche forcée. A ses côtés, elle a appris l'art de se dissimuler parmi la populace et en dehors de celle-ci, de même elle a appris à se défendre quand cela s'avérait nécessaire.
Et à mesure qu'elle grandissait et devenait femme, elle découvrait en lui plus qu'un protecteur acharné, elle vit en lui l'homme que la vie a endurci mais dont la compassion bien qu'émoussée n'a pas entièrement disparu, elle vit l'homme au delà de la mission qu'on lui a donné, l'homme a sacrifié son avenir pour pour une parole donnée et elle se mit à l'apprécier pour autre chose que de la gratitude.
Ensemble ils étaient arrivés à Kénabres dans l'espoir que le danger qui guette cette ville efface les traces de leur passage. Ils y réussirent pour quelques années puis un jour ou plutôt une nuit, Chugo lui annonce son départ urgent et se volatilisa dans la nature.
Depuis ce jour, Senno, très affectée par cet abandon vit de ses talents, de menus larcins sans avoir encore à utiliser les arts que lui a inculqués Chugo lors de leur odyssée.
Senno projette de rester sur place encore un certain temps, histoire de s'assurer que Chugo ne viendra pas la chercher et quand ce laps de temps se sera écoulé, le monde lui ouvre ses bras et elle sera prête à se jeter dessus ...
Si le passé importe peu, le connaître sera la première marche vers la conquête de l'avenir.
Dernière édition par YoungSun le 08 Juil 2015, 23:35, édité 1 fois au total.
L'ouverture d'esprit ?
C'est une belle fracture au crane... non ?
Avatar de l’utilisateur
YoungSun
 
Messages: 601
Inscrit le: 02 Mai 2010, 05:05

Re: Présentation des personnages

Messagepar Wombattitude » 15 Fév 2015, 00:19

Lady (Ahyana) Druisse du Bois rieur

Jeune femme aux cheveux blancs et aux yeux bleus, de menue stature.
Poser des question à son sujet rapporte toujours les mêmes informations: orpheline, recueilli par un couple d'amis de ses parents disparus sans laisser de traces, elle passe le plus clair de son temps plongé dans un des épais tome qu'elle promène sous le bras à travers Kenabrès, à la recherche d'un banc au soleil, ou d'un carré d'herbe sur lequel s'asseoir. Le reste du temps, on la voit s'enquérir d'absolument tout et rien sans jamais y mettre les mains. "Pour savoir" répond elle invariablement quand on lui demande la raison de sa curiosité.

Certains disent qu'elle passe également de longues nuit sur les toits et remparts de Kenabres, à incanter de sombres prières à des dieux obscurs, mais l'Inquisition n'a jamais cru bon de l'inquiéter apparement.
Wombattitude
 
Messages: 226
Inscrit le: 17 Mai 2010, 20:01

Messagepar -ED- » 03 Déc 2015, 21:55

Ruffus VonHoltz

Image
Orravan dit : psychopate dans le bon sens

Orravan dit : sous la poussieres c'est propre.

Jeo dit : Non!

Mr D dit: excuse moi! je te crache a la gueule!
Avatar de l’utilisateur
-ED-
 
Messages: 906
Inscrit le: 01 Mai 2010, 21:04

Re: Présentation des personnages

Messagepar bret » 05 Mars 2016, 00:20

Crésus de Haute-Bellegarde (changement de prénom,plus en adéquation avec le culte d'Abadar!)
“Né dans la Lumière sacrée d'Abadar, nous avons juré de la répandre sur tout Golarion.”
ImageImage
Background
Malgré son nom, Crésus ne vient pas de la noblesse, mais les jeunes inquisiteurs sont encouragés à se choisir un nom de famille afin de paraître plus dignes de confiance.Crésus est un homme du peuple, élevé à son rang par Hulrun Shappok lui-même. A première vue, il ne ressemble pas à un vétéran combattant les démons depuis des années. Avec son chaperon et son pardessus, Crésus nous fait plus penser à un marchand ou un bourgeois d'une trentaine d'année. Même si Crésus porte une armure sous ses vêtements, il n'en a pas vraiment besoin pour inspirer le respect, son apparence suffit. Inutile de dire que ceux qui le rejettent commettent une grave erreur.Crésus affiche son rang et sa position grâce à son insigne des inquisiteurs et son médaillon arborant le symbole d'Abadar qu'il sert avec le plus grand dévouement. Les mots "Loi & Ordre” plutôt que "Bien & Miséricorde" sont devenus une véritable devise dans sa bouche.
Crésus est un soldat aguerri qui ne se sépare rarement de ses armes. Il s'équipe d'une lourde massue et une épée longue. Cet équipement est assez différent de celui utilisé par l'inquisition d'Abadar. Contrairement à ces derniers, Crésus préfère combattre avec moins de finesse et plus de sauvagerie.
Il n'a jamais rencontré son père. Il a passé son enfance dans la pauvreté. N'ayant pas assez d'argent pour vivre, sa mère a été forcée de travailler comme prostituée dans les rues. À cause de cela d'autres enfants ont eu l'habitude de lui jeter des insultes, l'appelant "Fils de chienne" . Crésus admet que si il n'avait pas été élevé par le culte d'Abadar , il aurait fini dans les rues soit comme un vagabond ou un ivrogne. Il est l'exemple d'homme qui a tout fait lui-même.
Depuis qu'il est devenu inquisiteur, il a contrecarré des complots, brulé les manoirs de barons indisciplinés, infiltré les réseaux d'espions des royaumes hostiles. Avec les années il est devenu un intrépides bretteur,un spécialiste de l'interrogatoire et un éclaireur silencieux qui traverserait le feu et la glace pour Abadar.
On raconte beaucoup de choses sur Crésus. Certains prétendent que si chacun de ses ennemis lui donnait une pièce , il pourrait acheter un royaume avec les terres avoisinantes tandis que si chacun de ses amis devait venir l'enterrer, Crésus aurait à le faire lui-même.
"Les catastrophes naturelles nous enseignent l'humilité,la compassion,le courage et la persévérance.Celà mis à part,elles n'ont aucune utilité et je préfèrais m'en passer".
Avatar de l’utilisateur
bret
 
Messages: 815
Inscrit le: 03 Mai 2010, 19:02


Retour vers Pathfinder - La Colère des Justes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron