FORT INEVITABLE Cadre et Histoire

Modérateur: aleden

FORT INEVITABLE Cadre et Histoire

Messagepar aleden » 29 Août 2017, 21:58

Ces informations ne sont pas difficiles à obtenir de vif voix par les habitants locaux.

Entre le bois de l’Écho et la vaste étendue du Sellen occidental se tient une forteresse inébranlable de la loi et de l’ordre : la ville fortifiée de Fort Inévitable. De cette citadelle austère partent des compagnies montées de Chevaliers infernaux, qui arpentent les terres de la route du Croisé où nulle autorité n’existe afin d’y faire respecter la loi implacable de leur commandante et d’y faire régner l’ordre. Malgré les lois inflexibles et les lourdes taxes qu’imposent les dirigeants de la ville, personne ne peut nier que c’est grâce à la justice sévère établie par les Chevaliers infernaux que ce petit coin des Royaumes fluviaux a pu se développer et prospérer. Pour les marchands, les voyageurs et les aventuriers qui empruntent la route du Croisé, Fort Inévitable est l’un des seuls îlots de sécurité au milieu d’une région sans foi ni loi – à condition de respecter la loi des Chevaliers infernaux.

FORT INEVITABLE

Fort Inévitable se situe dans les plaines ondoyantes qui bordent le Sellen occidental, non loin de la forêt. C’est une région riche et agréable, avec ses pâturages verdoyants et ses grands champs de céréales dorées qui entourent la ville, protégée par un solide rempart de pierre muni de tours fortifiées et de bretèches. À l’intérieur de cet ouvrage de défense exceptionnel, la petite bourgade forme un agencement ordonné de maisons et d’ateliers en pierre à un ou deux étages, avec des toits en tuile rouge ou en ardoise bleue. Si les rues semblent assez sombres et tristes, elles ont le mérite d’être convenablement pavées et régulièrement nettoyées.

Rien n’incarne aussi parfaitement la nature essentielle de Fort Inévitable que la citadelle de pierre des Chevaliers infernaux qui domine la ville. Il n’existe aucune différence entre la loi martiale et l’ordre civil dans cette cité. L’officière supérieure de la garnison, également appelé seigneure ou commandante, règne sur la ville et supervise directement l’administration municipale tout en exerçant son autorité sur les soldats. L’actuelle commandante est une chélaxienne sévère d’âge moyen, la paralicteuse Audara Drovust. Elle est l’officier en charge de l’ordre de la Lance présent dans la région de la route du Croisé, mais également la dirigeante de la citadelle, la haute magistrate, l’inspectrice des impôts, la directrice des travaux publics, la gardienne de la trésorerie et la régulatrice responsable des affaires et du commerce. Tous les aspects importants de la vie et des activités de Fort Inévitable sont soumis à son autorité.

Fort Inévitable était un village de bonne taille, peuplé de nombreux commerçants et artisans avant que les Chevaliers infernaux ne l’investissent pour y établir leur base sur la route du Croisé. Les habitants poursuivent leur travail de fermiers, de bergers, d’artisans et de marchands. Les citoyens respectueux des lois estiment que, si le règne de la commandante est inflexible, il n’en est pas moins raisonnable. Les individus qui n’exercent pas une profession respectable ou finissent par s’endetter découvrent très vite un autre aspect de Fort Inévitable puisque l’esclavage et la servitude forcée y sont des activités tout à fait légales.

La commandante semble exercer une complète autorité, mais les apparences peuvent s’avérer trompeuses. Deux autres ordres de Chevaliers infernaux – l’ordre de la Pointe et l’ordre du Portail – sont présents sur la route du Croisé et s’en remettent à Drovust, mais chacun a sa propre chaîne de commandement et oeuvre à l’accomplissement de ses propres objectifs. C’est le Conseil de la prospérité qui possède la plupart des richesses de la bourgade. Il rassemble les marchands et les propriétaires d’industries prospères qui exercent une très grande influence sur les décisions des Chevaliers infernaux. Enfin, la commandante est liée aux serments et aux régulations de son ordre : les Chevaliers infernaux n’enfreignent jamais leurs propres lois. Fort Inévitable peut être un endroit oppressant pourt ceux qui y vivent, mais les Chevaliers infernaux ne sont pas des individus vindicatifs ni des brutes irréfléchies. Ils agissent sévèrement contre les désordres publics, font appliquer les couvre-feux et surveillent de très près le commerce et les transactions sans pour autant harceler les voyageurs honnêtes. Il est toutefois conseillé de garder sa langue dans sa poche et de faire attention où l’on met les pieds quand on pénètre à l’intérieur des solides remparts de pierre de cette bourgade.
Goûtez à ma souffrance.....Viens à moi Anima -Seymour FFX-
Indulgence : Je fait ce que je veux.Ca te dérange ?- Kweena FFIX-
Eh regarde ! Un magazine cochon ! -Linoa FFVIII-
Avatar de l’utilisateur
aleden
 
Messages: 404
Inscrit le: 04 Mai 2015, 21:58

Re: FORT INEVITABLE Cadre et Histoire

Messagepar aleden » 29 Août 2017, 22:17

vous pouvez prendre ces informations si votre personnage se renseignez en ville (certaine personne sont très bavard) ou tous simplement réussir un testent histoire DD15 si vos étés natifs de ce continent, DD20 si vous veniez d'un autre continent.

2 Histoire de Fort Inévitable

L’histoire de Fort Inévitable a débuté il y a quatre cents ans, quand le royaume de Zog, un royaume gobelin établi dans les profondeurs du bois de l’Écho et qui posait problème aux régions humaines voisines, a été anéanti par une armée des Royaumes fluviaux menée par l’héroïque Tarwynna. La défaite de Zog a permis aux humains de coloniser les terres du bois de l’Écho et la région environnante du Sellen occidental pour la première fois depuis des siècles. L’une de ces premières colonies fut le petit village de Boissud, situé à l’extrémité sud-ouest du bois de l’Écho. Boissud s’est rapidement développé, mais était en proie à des groupes de bandits qui tourmentaient ses habitants. Au vu de sa position plus ou moins centrale entre Dague, Lambreth et l’Ustalav,
les communautés voisines ne voyaient tout simplement aucun intérêt à dégager les routes environnantes ou à chasser les bandits.

Le problème s’est aggravé en 4622 AR, au début des Croisades mendéviennes. Les bandits, les brigands et les pirates ont afflué dans la région et se sont mis à embusquer les croisés et les pèlerinsqui empruntaient la route longeant le fleuve, en direction du nord. Lors du printemps de l’an 4681, un Chevalier infernal du nom d’Emos Vaylen est passé par Boissud alors qu’une bande de brigands venait tout juste d’incendier plusieurs fermes à la périphérie du village et de kidnapper les pauvres familles qui y vivaient. Vaylen était un Chevalier infernal de l’ordre de la Lance : il avait pour mission de se rendre dans la Plaie du Monde pour combattre les hordes démoniaques et ne s’intéressait donc pas vraiment aux problèmes que posaient ces hors-la-loi. Mais les habitants de Boissud sont parvenus à rassembler suffisamment d’or pour s’offrir sa protection. Et c’est ainsi que Vaylen a décidé que sa croisade commencerait ici.

Accompagné de ses trente soldats chevronnés, Vaylen a entamé une campagne d’éradication brutale, qui a duré plusieurs mois, afin d’éliminer le banditisme partout où il le dénichait. Tous les brigands que ses soldats ont débusqué sur la route ont été tués et crucifiés aux arbres alentour en guise d’avertissement. Au début de l’été, il n’y avait plus un seul hors-la-loi pour oser s’approcher à moins de trente kilomètres de Boissud.

Quand le conseil du village a approché Vaylen pour lui remettre son or et lui témoigner sa gratitude, ce dernier a annoncé aux membres qu’il ne poursuivrait pas sa route pour le Mendev. Il a effectivement pris conscience, au cours de cette campagne, qu’il était impératif de sécuriser la région afin que les pèlerins et les croisés puissent rejoindre la ligne de front, au nord. C’est ainsi qu’il a proclamé l’établissement d’une forteresse de Chevaliers infernaux et a informé le conseil que, désormais, la loi martiale était en vigueur au sein de la bourgade. Lorsqu’il a pris le titre de « seigneur commandant, » signifiant son autorité sur la garnison des Chevaliers infernaux et son devoir de protection envers le village, Vaylen a dissous le conseil et initié la construction d’une citadelle permanente, Fort Inévitable, ainsi baptisée pour rappeler l’inévitable triomphe de son ordre.

Si le seigneur Vaylen a régné d’une main de fer, le village s’est développé de bien des façons. Avec ses Chevaliers infernaux, Vaylen a dressé un rempart autour de la bourgade ainsi qu’une forteresse en pierre, faisant de Fort Inévitable l’endroit le mieux défendu de toute la route du Croisé. Les ravitailleurs et les armuriers de la ville ont fait de très gros profits en équipant les contingents de Chevaliers infernaux en partance pour le Mendev. De nombreux membres des ordres alliés de Chevaliers infernaux se sont installés à Fort Inévitable pour servir aux côtés de l’ordre de la Lance et Varden a participé à plusieurs expéditions au Mendev, même s’il est toujours revenu à Fort Inévitable. Le règne de Vaylen a pris fin il y a cinq ans lorsque celui-ci a été tué par le carreau d’arbalète empoisonner d’un assassin. Son second de l’époque était une maralicteuse supérieure du nom d’Andara Drovust. Elle n’était encore qu’une jeune écuyère quand elle a accompagné Vaylen pour sa première visite à Boissud, mais sa froide efficacité lui a permis, au fil des années, de se hisser dans les rangs de sa hiérarchie. Dame Drovust a donc pris le commandement et enquêté sur l’assassinat de son prédecesseur. En l’espace d’un mois, elle a arrêté onze conspirateurs suspects qui, d’après elle, ourdissaient le renversement du régime des Chevaliers infernaux. Si certains de ces suspects ont clamé leur innocence jusqu’au bout, jusqu’au moment de monter au gibet, la commandante leur a simplement déclaré qu’ils jouiraient de l’exacte et même clémence que celle dont ils avaient fait preuve à l’égard du seigneur Vaylen : tous ont été pendus.

La Commandante Drovust s’avère quelqu’un de très efficace et méticuleux puisque depuis son accession, après l’assassinat du seigneur Vaylen, son règne s’est pour ainsi dire déroulé sans heurt. Elle s’évertue à contrer le retour d’un banditisme généralisé dans la région et participe au développement continu de Fort Inévitable.
Goûtez à ma souffrance.....Viens à moi Anima -Seymour FFX-
Indulgence : Je fait ce que je veux.Ca te dérange ?- Kweena FFIX-
Eh regarde ! Un magazine cochon ! -Linoa FFVIII-
Avatar de l’utilisateur
aleden
 
Messages: 404
Inscrit le: 04 Mai 2015, 21:58


Retour vers Pathfinder - La Tour d'Émeraude

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 2 invités

cron