Pacte de Cendres - Principaux systèmes de Ryulekka

Vivez des aventures hors-normes à travers des myriades de mondes mais faites-le avec style !

Modérateur: R.Mike

Pacte de Cendres - Principaux systèmes de Ryulekka

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:11

Systèmes Majeurs

Située dans la galaxie de Koméa, à environ 8000 années-lumière à l’Est du Bulbe, l’Union de Ryulekka regroupe une bonne cinquantaine de systèmes planétaires. Cette petite confédération est située au bord de l’Anneau Intérieur de la galaxie dans le Secteur de Vanagari, non loin de l’extrémité occidentale du Secteur de Veltaquarius.
Voici une description succincte des six principaux systèmes planétaires de l’Union de Ryulekka : les cinq systèmes historiques (Ryulekka, Hertak, Jossop, Krynn et Dolpomire) auxquels s’ajoute Yldune qui les a rejoints récemment. Ces systèmes, bien que relativement peu connus à l’échelle des deux galaxies, n’en sont pas moins des mondes d’importance au sein du Secteur de Vanagari et se positionnent en termes de Catégorie aux alentours des rangs 3 à 5.

Ryulekka
Hertak
Jossop
Krynn
Dolpomire
Yldune

Catégories de Système

Usuellement, les systèmes planétaires sont regroupés au sein de Catégories numérotées de 1 à 10, permettant d’en quantifier l’importance au sein des deux galaxies. Il s’agit cependant d’un classement assez vague qui ne fait pas la distinction entre les influences commerciales, politiques, technologiques, touristiques, artistiques…
Dans le but d’affiner quelque peu ce classement, il arrive que l’on rajoute un + après un numéro de Catégorie (exemple : 6+) afin de signifier qu’un système est un peu plus développé que ceux de la catégorie en question mais n’appartient pas pour autant à celle d’au-dessus.

1 - Systèmes majeurs très peuplés, regroupant usuellement plusieurs centaines de milliards d’habitants, possédant des relations établies avec des dizaines de milliers d’autres systèmes. Ces systèmes sont connus partout dans les galaxies jumelles.
Exemples : les systèmes accueillant les sièges des Clans et des MégaCorp. majeures.
2 - Systèmes très importants : la très grande majorité des gens connaissent leur existence. Ils regroupent au minimum des dizaines de milliards d’individus.
3 - Systèmes importants : systèmes relativement connus, importants à l’échelle d’un secteur.
4 - Systèmes relativement importants : systèmes généralement assez connus.
5 - Systèmes de moyenne importance.
6 - Systèmes relativement peu importants.
7 - Systèmes de faible importance, généralement méconnus (très peu de gens en ont entendu parler).
8 - Systèmes mineurs très peu peuplés et peu exploités du point de vue des ressources naturelles.
9 - Systèmes quasiment inconnus, très peu ou pas habités et pas exploités.
10 - Systèmes inexplorés ou sur lesquels très peu d’informations sont connues, généralement non habités.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne

Ryulekka

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:18

Ryulekka

Le Système

Alliant traditions et modernité, à l’image de ses deux principales métropoles, Extanandra, la capitale économique et Senséa la capitale princière, le système Ryulekka (encore appelé système de Lekka) présente un visage contrasté issu d’une subtile alchimie entre passé, présent et avenir.
En tant que système principal de l’Union (Catégorie 3), il concentre la plupart des pouvoirs administratifs bien qu’une volonté de décentralisation existe afin de conférer une certaine importance à chacun des systèmes de l’Union.
Le système Ryulekka comporte une étoile bleu clair presque blanche de type spectral B2 nommée Ryuji et a pour planète principale Lekka (dont la capitale est Senséa), qui est également la planète-capitale de l’Union. Cinq autres planètes (deux telluriques, deux joviennes et une chthonienne) complètent le système qui regroupe environ 75 milliards d’individus dont la très grande majorité (environ 80% de la population) vit sur Lekka qui présente toutes les caractéristiques idéales d’habitabilité : atmosphère respirable, climat tempéré et gravité mesurée. Le reste de la population vit principalement sur Laytopi, petite planète tellurique au climat assez rude située au-delà de Lekka, et au sein des diverses stations orbitales et des colonies spatiales disséminées dans tout le système.

Lekka

Planète tellurique de taille moyenne (9800 km de diamètre), Lekka compte un peu plus de 55 milliards d’habitants répartis au sein de nombreux pôles urbanisés tels qu’Extanandra, la capitale économique du système, Senséa, la capitale princière et administrative et Rodheva, la principale ville minière et industrielle. Disposant de conditions idéales avec son atmosphère respirable, sa gravité mesurée et son climat des plus tempérés, Lekka possède également des saisons la rendant naturellement cultivable. Tout ceci explique pourquoi sa colonisation remonte à des temps immémoriaux, vraisemblablement bien avant la tristement célèbre Guerre des Anciens Mondes.
Les terres émergées représentent environ 45% de la surface de la planète et sont réparties en deux principaux continents de tailles similaires, Kanav et Lomyre. La capitale princière se situe sur le premier alors que le deuxième accueille les deux autres grandes métropoles de la planète.
Dotée de deux petites lunes peu peuplées (du fait de conditions de vie assez rudes), de trois colonies spatiales ainsi que d’une petite trentaine de stations orbitales, Lekka orbite elle-même autour de Ryuji, une étoile bleu clair presque blanche de type spectral B2 dont le rayonnement est suffisamment puissant pour apporter la chaleur nécessaire à Lekka (qui ne présente pas une activité géologique très soutenue) malgré la distance assez importante les séparant.
Lekka possède une vingtaine de stations orbitales d’Accueil desservant la plupart des régions de la planète. La principale station associée à la région de Senséa est appelée Siséa. La légalité globale de Lekka étant de 2, les postes douaniers ne laissent passer les objets de légalité 3 ou plus (très rarement 4 ou 5) qu’en cas de présentation d’un permis en bonne et due forme.
En tant que planète-capitale de l’Union de Ryulekka, Lekka regroupe un certain nombre d’institutions dont le Parlement Général ainsi que le Parlement Local du système et la plupart des principaux Ministères. Mais le bâtiment le plus symbolique reste de loin le fameux Palais de Senséa qui accueille les deux dynasties régnantes.

Senséa

Avec un peu moins de 500 millions d’habitants, Senséa n’est pas une de ces mégalopoles tentaculaires comme on peut en voir beaucoup au sein des galaxies jumelles, mais il s’agit tout de même de la deuxième ville du système après Extanandra, la capitale économique de Lekka. Divisée en une douzaine d’aires urbaines s’étendant autour du quartier central où se situe le Palais Princier, Senséa présente de nombreux visages très différents. Par ailleurs, la métropole s’articule autour du Rigdéa, le fleuve la traversant de part en part et dont les nombreux méandres ont justifié au cours des âges la construction des innombrables canaux les reliant. La cité est ainsi réputée pour ses multiples ponts dont certains sont d’authentiques monuments dont la construction remonte, au bas mot, à plusieurs millénaires.
Senséa peut s’enorgueillir d’un patrimoine extrêmement riche mêlant demeures ancestrales, nombreux musées thématiques et hauts-lieux culturels de la vie intellectuelle de Lekka. Le côté traditionnel de la ville contraste d’ailleurs de manière saisissante avec l’hypermoderne cité marchande d’Extanandra, tournée vers l’avenir et l’espace. La capitale de Ryulekka est définitivement plus tournée vers la terre et le passé sans pour autant oublier les bienfaits de la modernité. Elle est ainsi dotée d’un réseau de transports et de télécommunication qui n’a pratiquement rien à envier aux cités les plus avancées des deux galaxies. D’une manière générale rien n’est trop beau pour Senséa qui profite régulièrement de la généreuse manne que lui prodiguent les deux Princes. La capitale compte notamment trois principaux AstroPorts de Classe 4 situés en périphérie ainsi qu’une dizaine d’AtmoPorts mobiles sillonnant les cieux de la cité princière. La légalité globale de la métropole est de 1. Les douanes ont la réputation d’être assez strictes étant donné le caractère pour le moins stratégique de la ville.
Nombreux sont ceux qui pensent (voire clament haut et fort) qu’il fait bon vivre à Senséa mais force est de constater qu’un certain nombre de points noirs viennent entacher ce tableau idyllique. Comme toute mégalopole qui se respecte, la capitale comporte son lot de quartiers populaires où, par endroit, la misère le dispute au sordide et ce malgré de constants efforts de la part des pouvoirs publics afin d’éradiquer ces « verrues » d’une manière ou d’une autre. Dans une moindre mesure, le Vieux Quartier, pourtant situé non loin des principaux centres décisionnaires et dépositaire des antiques traditions attachées à la ville, regorge d’étroites ruelles pas toujours très recommandables.
Reste que l’attraction numéro un de Senséa, et son symbole par excellence, n’est autre que le mirifique Palais Princier, parfois surnommé le Grand Théâtre.

Le Palais de Senséa

Le fastueux Palais des Princes a été érigé il y a de ça plus de 17 000 ans sur l’une des plus hautes collines de Senséa en remplacement du précédent, détruit suite au terrible incendie l’ayant ravagé. Se dressant fièrement au-dessus de la vaste cité, il arbore un style éclectique que l’on pourrait qualifier de néobaroque avec ses larges façades en granit de Lekka et ses vastes dômes encadrés par de nombreuses statues dorées à l’or fin. Sa structure globale épouse la forme de la colline sur laquelle il est sis : la partie centrale, la plus imposante, surplombe la douzaine d’annexes situées en contrebas. L’ensemble s’étend sur près d’un kilomètre carré et présente un dénivelé de plus de 300 mètres entre la partie la plus basse de l’édifice (le Grand Escalier qui donne sur l’une des berges du Rigdéa) et le sommet de la Coupole Princière depuis laquelle on dispose d’une impressionnante vue panoramique sur une grande partie de Senséa.
Le Palais est également remarquable pour sa fausse dissymétrie qui donne à voir, pour un œil non averti, un ensemble à l’enchevêtrement complexe mais harmonieux au sein duquel aucune symétrie ne semble se dégager. Alors qu’en réalité, les deux dynasties occupant le Palais disposent exactement, comme il se doit, des mêmes surfaces habitables et des mêmes facilités.
À l’intérieur, d’élégants salons côtoient de magnifiques halls et quelques luxuriants jardins agrémentés de pièces d’eau viennent apporter une touche verdoyante à l’ensemble. Il est d’ailleurs possible de visiter près des deux tiers du palais tout au long de l’année et la quasi-totalité de celui-ci lors des Journées des Princes, trop peu fréquentes au goût des connaisseurs.
Le Palais dispose, pour sa défense, des membres triés sur le volet des deux gardes princières (une cinquantaine d’hommes chacune) ainsi que d’une garnison attenante du Contingent dotée d’un bataillon d’infanterie et d’un de cavalerie. L’ensemble est dirigé par un Général de Garnison placé sous les ordres du Commandeur de la cité.

Extanandra

Capitale économique de Lekka et de l’Union, Extanandra est une gigantesque mégalopole regroupant près de deux milliards d’habitants. Surnommée « Exta » ou parfois « Nandra » par ses habitants, elle se trouve être la plus grosse métropole de l’Union de Ryulekka. Située non loin de la côte Ouest de Lomyre, le deuxième continent de Lekka, Exta bénéficie d’un climat relativement clément de type océanique bien qu’elle ne soit pas située à proximité directe de la mer.
Ayant développé une économie axée sur les services et les biens de consommation de haute technicité, Extanandra a mis en place un modèle économique au sein duquel la finance est peu représentée, laissant ainsi à Dolpomire (cf. infra Dolpomire) la prééminence dans ce domaine. Tournée vers l’avenir et l’espace, la ville compte de nombreux AstroPorts et AtmoPorts et constitue la première destination de l’Union tant en ce qui concerne les flux de passagers que le fret ainsi que le lieu possédant le plus de liaisons avec d’autres systèmes des deux galaxies. Globalement la métropole est très orientée vers la technique et la recherche fondamentale au détriment de l’aspect culturel qui est relativement peu développé. Par ailleurs, tout un ensemble d’industries à haute valeur ajoutée sont très présentes dans la région environnant la vaste mégalopole.
Emblématique du dynamisme, notamment économique, de la gigantesque cité, Arkalha, son quartier des affaires, est dominé par les monumentales façades translucides des immenses gratte-ciels de plusieurs kilomètres de hauteur qui s’y disputent le titre envié de building le plus en vue d’Arkalha. Le quartier est également réputé pour être peuplé de yuppies perpétuellement pressés, au parler extrêmement rapide, à peine compréhensible pour les non-initiés.
Non loin de là, Sofdek, le quartier high-tech d’Extanandra qui se veut à la pointe de la technologie notamment dans le domaine des systèmes-experts et des intelligences artificielles, en particulier les IA de type neurologique et celles de type cognitive (elles ont la réputation d’être dotées d’un rapport performance/légèreté des plus élevés) regroupe tout un ensemble d’Arcologies dernier cri extrêmement automatisées.
Il est par ailleurs intéressant de noter qu’il n’existe pas de vieille ville ou de centre historique : les bâtiments sont régulièrement rasés afin d’être reconstruits en plus modernes, plus vastes, plus efficaces. Dans le même ordre d’idée, les systèmes de transport et les infrastructures de Nandra sont des plus modernes, aux derniers standards de l’Union.
Extanandra possède la réputation d’être le creuset d’une certaine société obnubilée par le travail, la réussite et l’argent, le but étant de faire toujours plus de profits, d’être toujours plus performant. D’une manière générale la réussite de l’individu liée à son mérite est privilégiée face à l’hérédité. Historiquement, on peut y voir une certaine volonté d’obtenir, par l’argent et via le talent, un contre-pouvoir face à Senséa et le pouvoir régalien en place et ainsi de ne pas se retrouver sous la domination de la diarchie, comme une sorte de revanche à prendre sur un passé pas si lointain au cours duquel les différentes villes de Lekka étaient placées sous le joug de Senséa.
Politiquement, Extanandra n’a cependant pratiquement aucun poids, les deux Princes ayant verrouillé les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires et ayant réaffirmé leur mainmise sur les institutions militaires. Dans le but d’opérer une inversion du rapport de force entre la capitale princière et Exta, les deux Princes ont d’ailleurs discrètement mis en place une taxe spécifique destinée à promouvoir la migration de nombre d’entreprises techniques et de chercheurs vers Senséa et sa région au détriment d’Extanandra.
Comme on peut facilement s’en douter, très peu de nobles habitent Extanandra. Il est d’ailleurs très mal vu pour un noble d’y habiter tant auprès de l’aristocratie qu’auprès des habitants de Nandra. Il n’existe pas réellement de bourgeoisie non plus dans le sens ou toute forme d’establishment est implicitement proscrite : les gens doivent bâtir leur fortune à la « force du poignet » et ne pas compter sur un quelconque héritage. La ville possède ainsi la réputation d’être le paradis des self-made-men. Du reste, l’argent gagné doit d’ailleurs être réinvesti le plus rapidement possible, ce qui explique le faible développement des loisirs et des arts, considérés comme contreproductifs.
En contrepartie, le revers de la médaille n’est pas des plus reluisants : Extanandra est une ville tentaculaire qui peut vite sembler oppressante voire « déshumanisée » et qui présente un très fort taux de criminalité dans certains quartiers défavorisés.
Enfin, diverses courses de booster de la Ligue KinaMax (regroupant la plupart des systèmes de Ryulekka et quelques autres du Secteur de Vanagari) affiliée à l’InterLigue sont organisées à Extanandra. Plusieurs circuits urbains slalomant entre les buildings d’Arkalha et de Sofdek sont régulièrement utilisés dans le cadre des championnats locaux et plus rarement au cours d’exhibitions de l’InterLigue.

Rodheva

Troisième métropole de Lekka par la taille, Rodheva, de par son activité débordante, prétend bien souvent à la deuxième place planétaire. Située sur le deuxième continent (Lomyre) en bord de mer, sur le littoral Est à l’opposé d’Extanandra, elle bénéficie d’un climat prétropical des plus cléments à l’exception de la courte saison des cyclones.
Cette métropole portuaire, minière et industrielle, de plus de 400 millions d’habitants est en effet des plus dynamiques avec un bilan économique trois à quatre fois plus élevé que celui de la capitale princière. Spécialisée dans l’industrie lourde, Rodheva et sa région constituent l’un des principaux pôles de production de l’Union ce qui lui permet d’assurer à elle seule l’approvisionnement de près d’un tiers des besoins de l’ensemble de Ryulekka en ce qui concerne les matières premières transformées.
Sise au sein d’une région historiquement minière, elle a su s’étendre en accompagnant le développement de l’extraction et de l’industrie tout en préservant son identité et ses racines. En ce qui concerne les types de minerais extraits, on trouve aussi bien des minerais courants que certains minerais rares voire spéciaux. En outre, Rodheva a développé en parallèle, au cours des millénaires, une importante industrie de recyclage adaptée à différents types de matériaux : métaux, céramiques, polymères, matériaux composites…
Ville principalement portuaire à l’origine, Rodheva est restée tournée vers la mer et les échanges commerciaux et possède une tradition culinaire forte notamment en ce qui concerne la cuisine du poisson et des crustacés. Par ailleurs, la ville possède plusieurs parcs et musées dotés de gigantesques aquariums d’eau de mer et d’eau douce regroupant au total des dizaines de milliers d’espèces provenant de Lekka, des autres planètes de l’Union et même d’autres systèmes du Secteur de Vanagari.
Son fort développement industriel ne l’empêche cependant pas de posséder de grandes plages préservées situées sur les côtes septentrionales où il fait bon se balader, bronzer et se baigner lors de la période estivale. Cela a permis à la municipalité de développer depuis longtemps un important tourisme balnéaire qui fait également la renommée de la ville et de ses « Villages », sortes de complexes touristiques privés regroupant hôtels, bungalows, restaurants gastronomiques, casinos, parcs thématiques, attractions, artisans et saltimbanques.
Rodheva abrite également la principale garnison militaire du deuxième continent (là où Extanandra se contente d’un simple détachement), faisant de cette ville le principal pôle militaire de Lomyre et le deuxième sur Lekka après Makomaï, où se trouve l’état-major de la planète, située dans la région de Senséa. Cette forte présence militaire qui s’ajoute aux autres forces de l’ordre fait de Rodheva l’une des métropoles les plus sûres de la planète, avec un taux de criminalité des plus bas.

Ven’Alda

Cité relativement récente comparée aux autres grandes métropoles de Lekka, Ven’Alda n’a été fondée qu’il y a quelques milliers d’années par un groupement d’associations se revendiquant « symbiotistes » et dont la construction a, à l’époque, été en grande partie subventionnée par le Conseil des Mondes Unis. Le but du projet était ainsi d’ériger une métropole vivant en symbiose avec son environnement immédiat, se fondant avec Lekka, sa terre nourricière.
Revendiquant un statut de métropole « naturelle », Ven’Alda cherche à associer praticité et qualité de vie, modernité et respect de l’environnement, urbanisme et biotopes préservés dans un ensemble original mêlant habitat, bureaux, parcs et jardins au sein d’un tissu ininterrompu de vertes prairies, de champs florissants et de bosquets champêtres.
En son centre géographique, on trouve la Ruche, sorte de gigantesque Arcologie constituée à 95% de matériaux naturels, en grande majorité du bois et diverses essences de végétaux utilisées pour leurs propriétés spécifiques. La Ruche a la particularité d’être à la fois un cadre de travail et un lieu de vie entremêlant bureaux et habitations. Ces dernières se présentent sous la forme d’Hexa, nom donné aux conapts de l’arcologie qui sont agencés en hexagones imbriqués. La Ruche présente une société très organisée au sein de laquelle chaque personne a sa place et où chaque déplacement et chaque tâche doivent être planifiés et scrupuleusement respectés afin de garantir une efficience maximale à l’ensemble.
Outre la Ruche, Ven’Alda compte un très grand nombre de bâtiments bioclimatiques capables de capter l’énergie solaire et d’exploiter la géothermie de manière optimale afin de subvenir à leurs besoins énergétiques et de fournir de l’électricité à l’industrie locale. Celle-ci est plus particulièrement focalisée sur les biotechnologies (R&D, fabrication, recyclage, services associés) et l’agroalimentaire et se présente sous la forme d’une industrie légère, le plus possible intégrée à son environnement.
Ces bâtiments sont complétés par tout un ensemble de dispositifs favorisant l’agriculture de proximité qui se conjuguent avec de vastes réserves animalières réparties aux quatre coins de l’agglomération. Le tout s’intègre au sein de divers processus assurant et renforçant les cycles de l’eau et du carbone au sein de la gigantesque cité.
Ven’Alda c’est aussi une certaine vision de l’art et de la culture, une expression qualifiée « d’organique » qui rejette tout effet artificiel et se concentre sur la pureté des choses, leur essence même… Un style authentique qui définit une philosophie de vie qui se veut plus calme et détendue que ce que l’on peut trouver à Extanandra et Senséa ou encore à Rodheva. Une ambiance à même de favoriser le bien-être de ses habitants d’après les dirigeants de la métropole.
Forte de près de 200 millions d’âmes, l’ambition de Ven’Alda est de démontrer que sa démarche est viable pour accueillir un demi-milliard d’habitants à terme et ainsi dépasser la population de la cité princière et celle de la métropole portuaire malgré une densité de population relativement faible mais tout de même étonnamment élevée eu égard à la philosophie unique qui a présidé à son développement. Ses détracteurs n’hésitent cependant pas à remettre en cause l’exactitude des chiffres communiqués et affirment que Ven’Alda ne présente pas un aussi bon bilan qu’annoncé et surtout que la qualité de vie est loin d’être au niveau revendiqué.

Univers – Conapt

Principalement situés dans les stations spatiales et dans les arcologies, il s’agit de petits appartements meublés de type studio ou deux pièces partagés par deux ou trois personnes pour un loyer modique. Il ne s’agit cependant pas d’une colocation classique puisque les locataires occupent les conapts à tour de rôle et non simultanément, à raison de 8 à 12 h par journée locale en fonction du nombre de personnes. Des plages de temps intercalaires sont réservées à l’entretien automatisé réalisé par des drones. Les affaires individuelles sont entreposées dans des caissons verrouillés, le reste (meubles, électroménager, vaisselle, drones & androïdes…) étant partagé entre les occupants.
De vastes salles communes appelées lieux de vie, sont mises à la disposition des résidents attendant de pouvoir rejoindre leur conapt. Situées à différents endroits des bâtiments au sein de pôles d’accueil dédiés à un groupement de conapts, elles disposent de tables et de chaises ainsi que de kitchenettes et sont équipées d’écrans muraux diffusant les principaux programmes en cours.
Ce type d’habitation très répandu au sein des vastes métropoles des deux galaxies permet ainsi aux locataires de réaliser de substantielles économies sur leur loyer et aux urbanistes d’optimiser la densité de population des mégalopoles et ainsi fournir une réponse efficace aux pénuries récurrentes de logements.

Laytopi, la Blanche

Petite planète tellurique au climat rude (7200 km de diamètre), Laytopi est située à bonne distance de Ryuji. Bien qu’étant pleinement habitable (atmosphère respirable, gravité dans la moyenne bien qu’un peu élevée), ses températures moyennes extrêmement basses (environ 0°C à l’équateur et -110°C aux pôles) en font une planète peu accueillante abritant à peine plus de 2 milliards d’habitants. De tous temps, ceux-ci se sont organisés pour ne pas trop ressentir la morsure du froid glacial en construisant sous la surface, en sous-sol, et sont allés chercher la chaleur en profondeur, parfois jusqu’à près de 200 mètres de la surface. Dans le même ordre d’idée, la géothermie profonde a été très tôt développée afin d’apporter l’énergie nécessaire au chauffage et à l’éclairage des cités et installations situées sous la surface.
Toute une vie souterraine s’est ainsi développée avec ses réseaux de galeries sur des dizaines de kilomètres. Au point qu’un certain nombre de Laytopiens ont la réputation de n’avoir jamais vu la lumière du jour. Il existe cependant un certain nombre de constructions en surface, notamment dans la région de l’équateur et des tropiques où les températures bien que fraîches sont encore acceptables surtout en été où le thermomètre peut parfois dépasser les 10°C.
La ville principale de la planète, Andaska, est d’ailleurs située non loin de l’équateur et présente, à la manière d’un iceberg, une répartition à 10% en surface et à 90% sous terre. Elle compte près de 12 millions d’habitants dont une bonne partie est employée par les nombreuses administrations de cette capitale locale. Considérée comme la vitrine de la planète, Andaska bénéficie des derniers raffinements tant d’un point de vue architectural que technologique. Elle a ainsi pour rôle d’attirer de nouveaux habitants en présentant un visage plus avenant que l’image habituellement véhiculée par l’austère Laytopi.
Sur le reste de la planète, on trouve principalement des bases militaires, Laytopi ayant servi historiquement de poste avancé pour la défense du système, des bases scientifiques et diverses industries de tous types, généralement trop polluantes pour être acceptées sur Lekka mais dont la production est nécessaire à l’industrie du système et de l’Union.
Par ailleurs, la majorité de la flotte spécifiquement assignée au système de Ryulekka (Arkanthémius) est basée en orbite autour de Laytopi ou dans la région spatiale environnant la deuxième planète du système. Il s’agit encore une fois d’une pratique historique correspondant à son statut « d’avant-poste », rôle qui fut assigné à Laytopi pendant longtemps. Ce qui n’empêche pas la flotte d’être facilement et très rapidement mobilisable dans la Zone Spatiale Territoriale (ZST) de Senséa en cas de besoin.

Systèmes Satellites

Il s’agit de systèmes, secondaires ou tertiaires, situés à quelques années-lumière (moins d’une dizaine généralement) d’un système principal et qui sont directement placés sous son autorité. Le système de Lekka compte ainsi une petite douzaine de satellites : Asuv, Hapar, Iolt, Gnoqart, Phedra, Qorosium, Vesica, Zhevda… Ceux-ci font partie, dans leur majorité, des satellites les plus développés de l’Union, contribuant grandement à faire de la sphère entourant Ryulekka, le principal pôle économique et politique de la confédération.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne

Hertak

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:25

Hertak

Le Système

Situé à 52 années-lumière de Ryulekka, le système d’Hertak a vraisemblablement toujours été lié à celui de Lekka au sein de l’alliance Arxès-Siegfried. Considéré comme étant de Catégorie 4+, le deuxième système de l’Union par son importance est essentiellement militaire et industriel. C’est en effet, en orbite autour d’Hertak, la principale planète, et à d’autres endroits du système que se trouvent les plus importants chantiers astronavals civils et militaires de l’Union. Le système d’Hertak possède également plusieurs ceintures d’astéroïdes (trois au total) qui sont exploitées pour leurs minerais et qui abritent les principaux sites d’assemblages des vaisseaux de guerre de l’Armée des Cinq Systèmes.
La forte industrialisation d’Hertak en fait la première planète de l’Union de ce point de vue. Elle abrite également nombre d’écoles militaires prestigieuses formant les officiers et sous-officiers destinés à rejoindre les rangs de l’armée de l’Union, qu’il s’agisse de la Flotte, du Génie ou du Contingent.
Le système compte également plusieurs joviennes qui sont exploitées pour certains de leurs gaz dotés de propriétés intéressantes et qui sont directement utilisés par l’industrie locale et très peu exportés.

Hertak, la Martiale

Comptant un peu plus de 35 milliards d’habitants, Hertak est une planète habitable des plus accueillantes. Naturellement très riche en minerais (métaux de construction principalement), elle a depuis très longtemps été exploitée et colonisée et, très rapidement, un large tissu industriel a été mis en place afin de tirer parti de ses importantes richesses naturelles. La planète compte ainsi quelques-uns des plus beaux fleurons de l’industrie de Ryulekka.
Hertak a pour capitale Rekt, une vaste mégalopole comptant un peu plus d’1,5 milliard d’habitants, ce qui en fait le deuxième ensemble urbain de l’Union derrière Extanandra. Les autres métropoles d’importance sont KaraQozar qui regroupe la plupart des écoles militaires les plus prestigieuses de Ryulekka et eXaGear, vaste complexe militaro-industriel, où se trouvent les principaux centres de développement et d’essais en ce qui concerne l’armement et l’artillerie lourde.
Outre un réseau de stations orbitales d’Accueil et de Transit, une lune de bonne taille nommée Kannop orbite autour d’Hertak. Elle est également exploitée pour ses minerais qui alimentent une industrie locale très largement automatisée. Les produits transformés sont la plupart du temps directement acheminés vers les chantiers astronavals situés en orbite autour d’Hertak et pour certains de Kannop.
La planète compte également un grand nombre de colonies spatiales (une trentaine) situées aux différents points de Lagrange du système Hertak-Kannop. Les colonies en question regroupent près de 5 milliards d’habitants en grande partie employés de manière directe ou indirecte par les chantiers astronavals et leurs activités connexes. Les chantiers occupent une place non négligeable dans la ZST de la planète au point que les plus gros d’entre eux sont visibles depuis la surface d’Hertak. Ceux-ci produisent aussi bien des cargos, des maxicargos et des vaisseaux-boucliers que des bâtiments de guerre de faible et moyen tonnages : avisos, corvettes et canonnières.
Inutile de préciser que la planète, au même titre que l’ensemble du système, sont particulièrement bien défendus par, non pas une, mais deux puissantes flottes dédiées : Pandemonium et Hyerarsikus.

Capitale & Métropoles

Capitale du système et principal état-major de l’Union, Rekt est une métropole militaire dont le cœur bat au rythme de ses nombreuses garnisons, toutes affiliées au Contingent et au Génie. Ceux-ci comptent ainsi plusieurs millions d’hommes sur place et plusieurs dizaines de millions dans la région environnant la capitale. Sur l’ensemble de la planète, le total des troupes de l’Armée des Cinq Systèmes dépasse les 250 millions d’hommes.
Par ailleurs, les principales métropoles d’Hertak sont KaraQozar (parfois appelée Qozar) qui regroupe la plupart des écoles militaires les plus prestigieuses de l’Union de Ryulekka (principalement des écoles d’officiers et de sous-officiers), riche de nombreuses traditions militaires, et l’ultramoderne eXaGear où se trouvent les principaux centres de développement et d’essais en ce qui concerne les différents types d’armements : armes lourdes, artillerie, armes spéciales, explosifs, équipements spéciaux…
Pour tout ce qui concerne les armements standard, la fourniture en matériel s’effectue auprès de différentes corporations (situées dans l’Union ou dans le Secteur de Vanagari) via divers appels d’offre.

Ceintures d’Astéroïdes

Au nombre de trois, elles sont tout simplement dénommées C1, C2 et C3, la première étant la plus proche d’Hertak, la deuxième étant située entre les deux principales joviennes du système et la troisième au-delà des planètes gazeuses. Elles sont très largement exploitées pour leurs ressources minières d’autant plus intéressantes que nombre de minerais rares ou d’habitude difficiles à extraire sont ici disponibles en grande quantité et faciles d’extraction, surtout en ce qui concerne C1 et C3.
De gigantesques cargos-usines sillonnent en permanence les trois ceintures afin de récupérer les minerais extraits et de les fondre directement afin d’en faire différents alliages et matériaux composites qui seront directement fournis aux nombreux chantiers astronavals d’assemblage situés le long des astéroïdes. C’est notamment au sein de ces chantiers que sont assemblés les principaux bâtiments de guerre de l’Union : skagerraks, croiseurs, cuirassés, astroporteurs, frégates, corvettes lourdes…

Systèmes Satellites

Le système d’Hertak compte une petite dizaine de satellites dont les principaux sont : Arundyr, Denastra, Kostakar, Resta, Simsev, Talik et Uharalt. Un certain nombre d’entre eux accueillent des bases militaires de l’ACS destinées aux troupes du Contingent et du Génie. Les différents terrains d’entraînement dont elles disposent ont été conçus de manière à reproduire différents types d’environnements planétaires susceptibles de se présenter dans les zones d’engagement de l’ACS.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne

Jossop

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:29

Jossop

Le Système

Le système de Jossop et sa planète éponyme sont depuis toujours associés aux domaines artistiques et culturels. Historiquement, le système compte d’ailleurs une très grande proportion de Séléniens (près de 40% de la population) qui ont su apprécier les charmes du cadre bucolique que peuvent offrir les différents paysages enchanteurs des zones tempérées de Jossop.
Regroupant une quantité phénoménale de musées en tous genres et de galeries d’exposition, le système repose grandement sur le tourisme culturel ainsi que sur le commerce d’objets d’art via ses nombreux bureaux de ventes aux enchères.
À côté de ça, Jossop possède une industrie légère largement orientée vers le design, la mode, l’architecture et l’ergonomie. Par ailleurs, la planète et le reste du système ont très largement développé une économie basée sur les services et les offres combinant produits d’appel et services associés sous la forme d’abonnements ou de forfaits. Ces différentes activités permettent au système de revendiquer la troisième place au sein de l’Union de Ryulekka, soit une Catégorie 4.

Capitale & Métropoles

La capitale de Jossop, Palamecia, est unanimement considérée comme un des joyaux de l’Union, au point qu’il n’est pas rare qu’elle soit considérée comme plus belle encore que Senséa. Cela n’a pas manqué d’attiser, au cours des âges, la jalousie des Princes qui ont toujours cherché et cherchent encore à faire de la capitale princière, la ville des arts et de la culture par excellence.
Sorte de ville-musée au charme irréel, Palamecia ne compte qu’une petite centaine de millions d’habitants. Il est d’ailleurs très difficile d’y acheter un logement, les prétendants étant de plus en plus triés sur le volet tant d’un point de vue financier que d’un point de vue culturel : en plus d’être fortunés, ils se doivent de présenter une sorte de pédigrée artistique irréprochable. Même les touristes doivent bien souvent débourser des fortunes colossales pour avoir la chance de visiter les principaux lieux emblématiques de la mirifique cité. Il est cependant de notoriété publique qu’être Sélénien facilite grandement les choses, que l’on cherche à simplement visiter ou à s’installer.
Parmi les autres métropoles de Jossop, on peut également citer Nakandjaar, une cité très sélénienne (environ 75% de la population) intégralement dédiée à l’art contemporain et aux créations « novatrices » et Gyzenn dont les dirigeants et les habitants affirment fièrement réussir à marier arts et technologies et qui s’avère être le principal pôle économique de la planète.

Systèmes Satellites

Jossop compte assez peu de satellites parmi lesquels on peut citer : Ezidra, Fostac, Jhalinn, Kansiva, Sardasth, Zerovsa… Ceux-ci sont, pour la plupart, largement dédiés aux arts et à la culture mais généralement de manière moins élitiste que leur système de tutelle et possèdent chacun leurs spécialités, qu’il s’agisse d’arts ancestraux, d’arts minimalistes ou d’arts populaires… Dans la mouvance de Jossop, ils ont également largement développé diverses activités touristiques et des industries légères tirant partie des richesses locales.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne

Krynn

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:35

Krynn

Le Système

Considéré comme étant le quatrième système de l’Union par son importance, le système de Krynn ne comporte que deux planètes : une tellurique qui est la principale planète du système et de laquelle il tire son nom ainsi que Jalna, une super-géante gazeuse autour de laquelle orbitent une quarantaine de lunes qui sont, pour une bonne partie d’entre elles, habitées.
Les deux planètes orbitent autour d’un système binaire composé d’une étoile rouge de classe M2 et une orange de classe K3. Au global, le système est considéré comme étant de Catégorie 5+ même si ses habitants pensent que cette estimation est sous-évaluée et que la Catégorie 4 serait nettement plus appropriée. Dans le même ordre d’idée, les Krynniens affirment que leur système est passé depuis longtemps devant celui de Jossop dans la hiérarchie de l’Union et que Senséa ne tarde à le reconnaître que parce que les deux Princes ne veulent pas froisser la susceptibilité réputée exacerbée des Jossopiens.
Il est en effet indéniable que l’image rassurante de « Pays de Cocagne » attachée à la principale planète du système et son abondance de nourriture, a tendance à attirer nombre d’immigrants (du Secteur de Vanagari principalement), notamment depuis la Chute des Anciens et la période chaotique qui l’a suivi. L’époque instable, pleine d’incertitudes, qui prévaut toujours à l’heure actuelle ne fait que renforcer cette tendance.

Krynn, l’Abondance

En tant que grande planète (18 000 km de diamètre) naturellement cultivable, Krynn a depuis très longtemps lié son destin à l’agriculture et à l’élevage. Ayant peu à peu développé une agriculture intensive respectueuse des cycles naturels et du renouvellement des sols, elle conserve encore à l’heure actuelle la plus importante production agroalimentaire (céréales, légumes, fruits, viandes…) de l’Union derrière Sardasth. Considérée à cet égard comme étant le « grenier à blé » de Ryulekka, Krynn possède un statut spécifique qui lui permet d’obtenir plus facilement des crédits supplémentaires de la part de l’Union en cas de besoin.
Par ailleurs, outre l’agriculture et l’élevage, la planète s’est depuis longtemps spécialisée dans l’Histoire des deux galaxies, disposant des facultés les plus réputées ainsi que de médiathèques extrêmement fournies, seulement dépassées par les plus importantes de Lekka mais pas en ce qui concerne les ouvrages purement historiques. Les origines de cette passion pour l’Histoire sont à chercher du côté d’un passé des plus riches en termes d’us et coutumes, que nombre de Krynniens défendent encore contre vents et marées à l’heure actuelle. Cette passion pour les vieilles traditions et cette volonté de conserver des traces du passé a tout naturellement conduit Krynn, au fil des millénaires, à développer progressivement ses compétences académiques en ce qui concerne l’Histoire de la planète puis, de fil en aiguille, du Secteur et de l’ensemble des deux galaxies.
La recherche historique tient plus que jamais une place de choix parmi les activités de la planète avec tous les évènements récents qui ont permis de nombreuses révélations sur le long règne des Anciens et même sur la fameuse Guerre des Anciens Mondes et les périodes antérieures. Plus que jamais en effervescence, la prospection historique recrute chaque jour de nouveaux chercheurs et use à plein de son réseau à travers les deux galaxies afin de tisser une toile chaque jour plus grande. Krynn est ainsi une des planètes qui possèdent le plus de liaisons de télécommunication avec des planètes et systèmes extérieurs à l’Union.

Jalna, la Rousse

Planète gazeuse titanesque d’un diamètre d’environ 320 000 km, Jalna compte pas moins de 42 lunes et au total près de 250 corps célestes orbitant autour d’elle. Une petite vingtaine de lunes sont considérées comme habitées même s’il ne s’agit parfois que de modestes colonies ne regroupant que quelques centaines de personnes. Jalna est principalement exploitée pour l’extraction de gaz tels que le dihydrogène, l’hélium, le méthane et l’ammoniac.
Constituant un ensemble difficile à surveiller avec ses nombreux astres, Jalna a la réputation d’être le repaire de nombreux pirates et de constituer l’une des principales plateformes de la contrebande au sein de l’Union même si ces rumeurs sont vivement démenties par le gouvernement de Krynn. Certains vont même jusqu’à prétendre que les autorités, en plus de fermer les yeux sur les agissements des flibustiers, seraient complices d’une certaine manière en étant partie prenante dans l’économie parallèle générée par les trafics réalisés par les escrocs du coin.

Capitale & Métropoles

Capitale de Krynn et de l’ensemble du système, Akenapolis (Akena en abrégé ou parfois simplement Aka) est une gigantesque mégalopole, véritablement démesurée, l’une des plus grandes de l’Union avec Extanandra et Rekt (la capitale d’Hertak). Regroupant 1,4 milliard d’habitants, elle est subdivisée en de nombreux districts dotés d’une réelle autonomie, présentant des visages très différents les uns des autres. Intégrée au sein d’un système très centralisé lui octroyant la très grande majorité des pouvoirs décisionnels à l’échelle du système (Assemblée locale, antennes du gouvernement…), Akena présente une croissance très importante, largement soutenue par les dirigeants locaux en place.
Écrasées par la prééminence de la capitale, les autres métropoles de Krynn sont nettement plus petites et bien moins influentes. Il s’agit notamment de Jazeena, l’ancestrale cité du commerce, autrefois plus importante que l’actuelle capitale, et de Glöfindell, plus importante métropole de l’hémisphère Nord, bercée de nombreuses traditions folkloriques que ses habitants s’attachent à conserver.

Systèmes Satellites

Accompagné d’une petite dizaine de systèmes, Krynn peut s’enorgueillir de compter quelques-uns des systèmes secondaires les plus dynamiques de l’Union : Arussev, Barna-Khor, Fala’Tent, Majdann, Palats, Umilt et Zelnima.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne

Dolpomire

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:41

Dolpomire

Le Système

Considéré comme étant de Catégorie 5, le système de Dolpomire comporte une étoile bleu roi de classe O4, nommée Azamire, autour de laquelle orbitent quatre planètes : deux telluriques, une géante gazeuse et une rocheuse glacée. Dolpomire, la principale planète du système, est la seconde tellurique. Les autres planètes du système ne sont pratiquement pas peuplées.

Dolpomire, le Farniente

Planète principale du système, Dolpomire regroupe un peu plus de 22 milliards d’habitants au total. Naturellement habitable car dotée d’une gravité proche de 1g, d’une atmosphère globalement respirable, d’un cycle de l’eau naturel quelque peu limité mais secondé par plusieurs cycles artificiels et présentant un climat relativement tempéré, principalement de type continental, Dolpomire est une planète appréciée pour l’impressionnante sérénité qu’elle semble dégager en permanence. Loin de l’agitation de Lekka, Hertak et Krynn, Dolpomire vit à son rythme, en prenant le temps de savourer chaque instant qui passe.
Les terres émergées, qui représentent pratiquement 80% de la surface de la planète, se répartissent en trois vastes continents, séparés par des océans peu étendus (20% de la surface) et relativement peu profonds. Dotée de sous-sols riches en minerais rares et précieux, Dolpomire a depuis toujours tiré parti de ses impressionnantes richesses souterraines, notamment en ce qui concerne les cristaux et les pierres précieuses dont elle fait le commerce depuis des millénaires et qui ont très tôt assuré sa fortune et sa célébrité dans le Secteur.
Très rapidement, la finance s’est naturellement imposée comme une des principales activités économiques du système grâce aux importantes liquidités disponibles. Il n’est de fait pas étonnant de retrouver une grande proportion de Goltis dans le système puisqu’ils représentent près d’un tiers de la population de Dolpomire.
C’est également depuis bien longtemps que les loisirs et les jeux (et notamment les jeux d’argent) se sont développés sur cette planète, en grande partie grâce à la manne qu’a toujours représenté l’extraction des cristaux et pierres précieuses. Lors de l’Ancien Régime, les jeux avaient cependant été relégués au rang de faire-valoir dénués de réels enjeux, les sommes engagés dans le cadre des jeux d’argent étant réduites à la portion congrue.
Parc d’attractions, compétitions et sports en tous genres, célébrations et fêtes de toutes sortes sont également monnaie courante sur la planète. C’est ainsi que les différents Carnavals de Dolpomire, qui rythment l’année locale et dont les principaux ont lieu à Argos et à Taskensis, font partie des plus réputés de la région stellaire.
Par ailleurs, deux lunes orbitant autour de la planète, nommées Unamire et Doloppe, regroupent, quant à elles, un petit milliard d’habitants vivant à 95% dans des cités-bulles.

Activités

Historiquement, le système de Dolpomire s’est focalisé sur cinq grandes activités. En premier lieu, l’extraction de minerais rares, de pierres précieuses et de composés cristallins. Ensuite viennent la finance et les différentes activités de bancassurance puis les loisirs et le tourisme ainsi que l’industrie du luxe. Par ailleurs, la planète est connue pour accueillir quelques-unes des plus grosses fortunes de Ryulekka, ce qui lui assure de juteuses recettes fiscales.
En ce qui concerne les loisirs, Dolpomire revendique une longue tradition de spectacles pyrotechniques des plus spectaculaires. À ces spectacles s’associent les jeux qui ont été récemment réintroduis : divers tournois emblématiques (notamment de Spirale d’Or et de Croix du Sud pour se démarquer) sont à nouveau organisés dans les plus grandes villes. Les dirigeants du système ont désormais pour ambition de rivaliser à moyen terme avec des poids lourds tels que Star Dust et Skypra même si le chemin pour y parvenir est encore long.
Par ailleurs, diverses rumeurs insistantes font état de l’existence de plusieurs gisements de Cristaux Psy sur Dolpomire, notamment dans les régions des calottes glaciaires des deux pôles. Même si rien n’est avéré, beaucoup y voit une explication plausible à l’étincelante santé économique dont fait preuve le système alors que ses habitants semblent ne pas être des plus assidus au travail…

Capitale & Métropoles

La capitale de Dolpomire, Argos, par laquelle transite une bonne partie des flux financiers de Ryulekka est dotée du Parlement Local attaché au système et à sa région ainsi que d’une antenne du Ministère des Finances. Cité principalement administrative, elle sait aussi se mettre au diapason de la douce folie festive de la planète lorsque la situation l’exige. Le Carnaval d’Argos est en effet un des plus prisés et assurément l’un des plus dispendieux, au point que cela a fini par entraîner un rappel à l’ordre en provenance de Senséa afin de plafonner des dépenses devenues littéralement astronomiques.
Deuxième métropole par la taille, Taskensis, autoproclamée « Capitale des loisirs et des jeux » et surnommée la Cité des Rêves, est le lieu de nombreux spectacles pyrotechniques souvent qualifiés de féériques, mettant en scène des versions revisitées de différents grands évènements de l’histoire des galaxies jumelles tels que les Conflits Inter-Espèces, la Guerre des Anciens Mondes et l’Ère de la Reconstruction ou de l’histoire de l’Union de Ryulekka avec le récit de la fondation de l’alliance Arxès-Siegfried et l’incendie du 7ème palais princier qui a, en quelque sorte, donné naissance au Pacte de Cendres. Taskensis organise aussi son propre carnaval qui, contrairement à celui d’Argos, n’est pas subventionné par les subsides publics.
Enfin, en troisième position, Aristeïa est considérée comme la ville du luxe, des milliardaires et des rares membres de la haute noblesse de Ryulekka hors familles princières, les Hauts-Prégents (titre nobiliaire artificiel n’ayant pas de réel fondement cependant). Ces derniers s’établissent dans de luxueux palais situés autour des grands lacs de la région d’Aristeïa. En lieu et place d’un carnaval public bien trop classique, les édiles et les habitants organisent tout au long de l’année diverses soirées privées très sélectes que beaucoup qualifient d’orgies raffinées.

Colonies & Stations

Si les autres planètes du système ne sont pour ainsi dire pas peuplées, celui-ci compte un certain nombre de colonies spatiales situées au niveau des points de Lagrange du système Azamire-Dolpomire et des deux systèmes planète-lune : Dolpomire-Unamire et Dolpomire-Doloppe. Dotées d’une fiscalité spécifique, elles accueillent une grande partie des casinos du système et organisent les plus importants tournois de jeux d’argent de l’Union. Si la Spirale d’Or est en vedette, la Croix du Sud n’est pas en reste, ce qui fait d’ores et déjà de Dolpomire l’un des systèmes leaders des galaxies jumelles sur cette variante à quatre de la Spirale d’Or.
En ce qui concerne les stations orbitales, le système comporte six stations de Transit et une quinzaine de stations d’Accueil.

Systèmes Satellites

Dolpomire compte une petite dizaine de satellites parmi lesquels on peut citer : Cell’Gektis, Djet’ham, Haruska, Kirolis, Onotinker et Saga-Vhim. Ceux-ci présentent des profils très disparates et possèdent chacun leurs propres activités et spécialités et disposent d’une certaine indépendance vis-à-vis de leur système principal, Argos ayant tendance à beaucoup plus déléguer ses pouvoirs que les gouvernements locaux des autres systèmes de Ryulekka.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne

Yldune

Messagepar R.Mike » 02 Déc 2012, 17:46

Yldune

Contexte

Nouveaux arrivants dans l’Union de Ryulekka, les Ylduniens revendiquent un patrimoine culturel et historique riche et contrasté s’étendant sur des dizaines de milliers d’années. Inutile de préciser qu’un certain nombre d’habitants du système voient d’un mauvais œil leur intégration au sein d’un ensemble bien plus large, bien qu’il ne s’agisse pas d’un Clan ou d’une confédération de grande envergure. Au-delà de la perte de leur indépendance, ils redoutent de perdre une partie de leur identité voire bien plus encore…
Présentant une grande diversité, Yldune et ses systèmes satellites se suffisent à eux-mêmes, économiquement parlant. Cependant, esseulé et peu militarisé, l’ensemble constitue une proie vulnérable pour une coalition belliqueuse et suffisamment puissante. C’est pourquoi, le gouvernement en place a fini par accepter les propositions de Senséa et a décidé de rejoindre l’Union de Ryulekka, en ayant bien pris en compte les avantages et les inconvénients que cela supposait.
Désormais, plusieurs courants se dégagent au sein de la classe politique Yldunienne. On distingue ainsi quatre courants majeurs : les coopérationnistes qui militent pour une intégration rapide et efficace d’Yldune au sein de Ryulekka, les réformistes qui consentent à l’intégration mais veulent prendre le temps de réaliser les réformes structurelles nécessaires, les conservateurs qui acceptent le rattachement d’Yldune à Ryulekka mais veulent limiter au maximum les changements à apporter à l’administration Yldunienne (et veulent ainsi conserver une certaine autonomie) et enfin les souverainistes et séparatistes qui ne veulent pas entendre parler de la fusion et qui exigent qu’Yldune retrouve sa pleine indépendance. Quoi qu’il en soit, le processus d’intégration est d’ores et déjà en marche et les premières réformes ont été lancées.

Le Système

De Catégorie 4 voire 4+, le système d’Yldune devrait pouvoir prétendre au titre de troisième système de l’Union juste derrière Hertak, une fois pleinement intégré au nouvel ensemble. Une position qui ne manquerait pas d’occasionner quelques grincement de dents de la part des dirigeants de Jossop et de Krynn qui considèrent que l’arrivée du nouveau venu ne doit pas remettre en cause les avantages acquis au sein de l’Union.
Système historiquement orienté vers le commerce, Yldune possède en effet une économie dynamique et des relations avec bon nombre de systèmes du Secteur de Vanagari et avec les principaux systèmes carrefours de l’Anneau Intérieur de Koméa.
Le système est constitué de Dunyl, étoile jaune clair de type spectral F5, autour de laquelle orbitent douze planètes : quatre telluriques, cinq joviennes et trois rocheuses glacées. Les deux planètes majeures du système sont Palmyre, la deuxième plus proche de Dunyl et Yldune, la quatrième tellurique.
Pour beaucoup, le système possède un énorme potentiel encore trop peu exploité et nombreux sont ceux qui pensent qu’il pourrait devenir assez rapidement le deuxième système de l’Union devant Hertak.

Planètes

Seules les deux principales planètes du système sont véritablement peuplées. Yldune est l’archétype de la planète habitable avec ses conditions de vie idéales et notamment son climat extrêmement tempéré du fait d’un système complexe de vents tournants qui permet d’équilibrer les températures sur plus de 60% de la surface de la planète. Sa capitale, Yldakeen, n’est pas excessivement développée mais regroupe la plupart des pouvoirs décisionnels de l’ensemble d’Yldune et devrait, à terme, accueillir le nouveau Parlement Local de l’Union.
Très différente de la planète principale du système, Palmyre est, quant à elle, en grande partie recouverte de déserts de sables et présente un climat chaud et sec assez peu favorable à la vie. Cela ne l’empêche pas d’être très vivante et de revendiquer un patrimoine très riche, principalement du fait d’un passé glorieux au cours duquel la planète était beaucoup plus accueillante. Il y a bien longtemps, un dérèglement climatique d’origine inconnue l’a en effet rendue bien plus aride mais une écogenèse partielle en cours d’étude pourrait, en réamorçant le principal cycle naturel de l’eau, lui rendre de sa superbe et en faire à nouveau une planète majeure.

Intégration

Le processus d’intégration d’Yldune au sein de Ryulekka a débuté depuis plusieurs mois déjà, à un rythme relativement élevé, trop au goût de certains, pas assez pour d’autres. Mais le temps presse aux yeux des responsables de l’Union chargés du processus en cours car cette période clé du rattachement du nouveau système est des plus critiques.
L’intégration d’Yldune passe par une profonde évolution de la structure administrative vers un modèle proche de celui en vigueur dans l’ensemble de l’Union de Ryulekka ce qui implique une restructuration en profondeur de nombreuses institutions, ce qui ne se fait pas sans heurts. De nombreuses résistances se font jour au fur et à mesure de l’avancement du processus. Résistances qui doivent être contournées ou purement et simplement éradiquées lorsqu’il n’est pas envisageable de faire autrement. Le gouvernement de l’Union veut cependant éviter de donner l’impression d’une intégration à marche forcée et lâche régulièrement du lest sur les sujets les plus sensibles.
La reconversion des anciens dirigeants au sein des nouvelles instances est également en cours et impliquent de nombreuses négociations secrètes au plus haut niveau, desquelles ont émergé différents consensus encore trop peu concluants à l’heure actuelle.
Au global, Senséa ne veut pas risquer de s’engager dans un processus d’intégration long et douloureux qui pourrait très rapidement être synonyme d’assimilation avortée. Mais si le gouvernement de Ryulekka joue gros, celui d’Yldune également car l’approche en douceur et les moyens notamment militaires de l’Union de Ryulekka représentent une opportunité unique pour un système esseulé. Reste aux dirigeants d’Yldune à réussir à mener de front les différentes réformes et à ne pas se mettre à dos leur opinion publique.

Systèmes Satellites

Yldune compte une bonne douzaine de satellites : Beldya, Foss, Gheroz, Mitakalt, PhasiGern, Saze, Ymdakahn… Il s’agit par conséquent de la plus importante communauté de systèmes satellites de l’Union désormais. Il se murmure qu’au cours de l’intégration d’Yldune au sein de Ryulekka, une partie de ses satellites se verraient rattachés à d’autres systèmes principaux afin d’opérer un rééquilibrage. On parle volontiers de Jossop et de Dolpomire.
Avatar de l’utilisateur
R.Mike
 
Messages: 1844
Inscrit le: 19 Mai 2010, 00:03
Localisation: Boulogne


Retour vers Twin Galaxies

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité