Prague Dark Age

Modérateur: Merzhin

Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 24 Jan 2011, 12:45

Ce qui suit ici est extrait du supplement liber Transylvania

La Bohême

La Bohême possède des vestiges d’établissements de 25.000 ans d’âge, mais son existence médiévale sombre commence avec l’arrivée des Slaves aux VIe et VIIe siècles. Ils entrent en Bohême par la Porte de Moravie (l’une des nombreuses passes dans les montagnes que l’on appelle “portes” en raison de leur facilité d’accès). Là, ils se mêlent aux Celtes et aux Germains et forment un groupe tribal sous la direction d’un marchand franc appelé Samo. Le nouveau royaume s’effondre à sa mort.

Une grande tribu slave dirigée par une femme charismatique appelée Libussa s’installe en grands nombres dans la région au cours du VIe siècle, se mêlant aux anciens habitants.

Libussa, consciente du fait que sa tribu se fatigue de son règne, choisit un simple laboureur nommé Prémysl comme consort et mari. Elle lui cède le gouvernement de son peuple après avoir prédit qu’une grande cité nommée Prague s’élèverait un jour à l’emplacement de leur demeure, une cité qui surpassera toutes les autres. C’est ce que dit la légende.

L’état de Grande Moravie, qui contient la Moravie, la Bohème et la Slovaquie occidentale, devient plus fort en 833 lorsque de bonnes relations avec Byzance poussent le prince Ratislav à demander des missionnaires chrétiens.

Cynlle et Méthode, connus comme les apôtres des Slaves, arrivent en 863 et convertissent l’essentiel de la population à la nouvelle religion d’État. Ils développent également l’écriture glagolitique et reçoivent la permission de faire des sermons en slave après la lecture en latin.

Aux alentours dc 880, la famille Prémysl entame la construction de Prazsky Hrad (le Château Prague), qui domine un promontoire sur la Vltava. Le château est conçu comme forteresse et résidence de la famille Prémysl.

Le duc Bonvoj est baptisé par l’évêque Méthode la même année. Cinq années plus tard, il construit une église de bois dans le château et la dédie à la Vierge Marie.

En 900, ressentant le besoin de plus de fortifications, les Premysl construise un nouveau château de pierres, trois kilomètres en amont de Château Prague, le château du ChrastenVysehrad.
De nombreuses agglomérations s’élèvent entre les deux forteresses ; la plus importante, appelée Mala Strana ou Petit Côté, surgit au pied de Château Prague.
Les mariages entre les Prémysl et d’autres nobles permettent à la famille de grimper au sommet. Ceux-ci se marient à leur tour avec des proches, d’autres membres de la famille trouvent de la force dans la pratique des arts interdits de la magie ; certains s’adonnent à des rites encore plus sombres. La famille des Prémysl devient ainsi la puissance suprême en Bohême, avec le prince Wenceslas (appelé aussi Vaclav) comme unique dirigeant.

Wenceslas fait allégeance à l’empereur germanique Henri la en 929 ; en conséquence de quoi la classe dirigeante bohémienne lui retire son soutien.

Des allemands arrivent en Bohème, théoriquement pour soutenir Wenceslas, mais en fait pour s’établir politiquement et économiquement. Ils ne font rien pour empêcher le meurtre du prince quelques années plus tard, espérant provoquer une période de trouble qui leur permettra de prendre le contrôle.

Boleslas, le frère du prince, assassine Wenceslas en 935 et crée un puissant etat en gouvernant la Bohême, la Slovaquie, la Moravie et des fragments de Silésie et de Pologne du sud. Son règne est troublé par les attaques répétées du Saint Empereur Romain Othon Ier .

Après la mort de Boleslas par l’épée en 967, Boleslas II devient prince et stabilise le royaume. Craignant d’autres attaques des monarques chrétiens d’Europe de l’Ouest, il en appelle au pape et fonde l’évêché de Prague en 973.

Bretislav, le successeur de Boleslas II, achève l’union permanente de la Bohême et de la Moravie, mais il est obligé de dépendre du conseil des Allemands pour garder les Prémysl sous contrôle.

De nombreux sorciers et savants mortels s’installent à Prague, attirés dans la cité par la présence des érudits juifs et des Kabbalistes qui y ont afflué dans l’espoir d’échapper à la persécution.

La pratique de la médecine y prospère ; Les chirurgiens juifs acquièrent de grandes connaissances anatomiques par l’étude des cadavres (au contraire des chrétiens pour lesquels cela est interdit).

En 1091 un incendie dévase Château Prague et pousse les Prémysl à installer leur cour au Vysehrad ; ils commencent à remplacer les anciennes fortifications de bois par de la pierre.

Brièvement possédée par la Pologne en 1102, la Bohème réaffirme son indépendance.

Attaquée par les Hongrois en 1107 et 1112, elle repousse l’invasion alors que les diverses communes qui composent la cité s’unifient. Carrefour commercial important depuis le début du Xe siècle, Prague possède bientôt un marché digne de rivaliser avec ceux des plus grandes cités occidentales. De nouveaux édifices apparaissent pour absorber l’afflux de marchands germaniques. L’un des premiers ponts de pierre d’Europe de l’Est, le pont de Judith, est construit aux alentours de 1157 pour relier les deux rives de la Vltava. La Vieille Ville et la Nouvelle Ville se développent rapidement peu après, avec les maisons de pierre et les églises romanes qui les dominent.

Influence civilisatrice et centre d’érudition, la Grande Université de Prague se développe dans la Vieille Ville, financée par la dynastie des Prémysl. Nombre des plus grands esprits d’Europe viennent y enseigner et étudier.

La Bohême est toujours un royaume autonome en 1197, tout en restant une province du Saint Empire. Sa principale cité, Prague sert de carrefour commercial majeur et d’avant- poste de la civilisation à la lisière de ce que l’essentiel de l’Europe considère comme l’Orient “barbare”.

La plupart des gens oublient que Prague se trouve plus à l’ouest que Vienne. Les peuples d’Europe de l’Est considèrent la Bohème comme un allié possible contre une prise de pouvoir de l’Occident ; ils sentent que dans la “cité magique” de Prague les gens peuvent comprendre leur point de vue.

Placée entre l’Orient et l’Occident, liée aux deux, mais sans vraiment leur appartenir, la Bohême doit avancer prudemment sous peine d’être absorbée dans la lutte à venir entre des cultures opposées.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:32, édité 2 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 14:17

PRAGUE

Le minuscule Royaume de Bohême est situé dans un bassin central protégé par des montagnes. Les sommets sont escarpés et fortement boisés, mais peu nombreux sont ceux qui dépassent les 1.200 mètres. Ces forêts primaires — qui abritent des meutes de Lupins sauvages et des Gangrels barbares — entourent les quelques enclaves civilisées de Bohême.
Prague, la capitale, défie la nature alentour. La cité est le centre d’érudition, de commerce, d’architecture, de religion et de magie qui méritera un jour le Litre de “cité des milles flèches” et la position de capitale du Saint Empire
La maussade cité de pierre de Prague contient cinq anciennes villes.
La Vltava (prononcez “Valtava”), un affluent de l’Elbe, coupe la cité et procure à Prague une voie de communication, de la nourriture — dont du saumon et une douzaine de variétés de gibier d’eau — ainsi que de l’eau pour faire fonctionner les moulins à grain de la ville.

Des crues fréquentes harcèlent les zones basses. Pour les combattre, la construction de digues de pierre, destinées à protéger la cité des inondations annuelles, est un souci constant.

La rivière sépare Prague en cinq quartiers, chacun correspondant à un ancien établissement de la région, et chacun délimité par ses propres sombres murs. Un seul pont traverse la Vltava, mais la rivière gèle durant les mois d’hiver (de décembre à février), ce qui permet de traverser à pied ou à cheval.

Château Prague (Prazsky Hrad) s’élève dans sa sombre magnificence sur un promontoire qui surplombe la berge occidentale de la Vltava. Le quartier du Hradcany, qui a grandi autour, s’étend au nord et au nord-est. Sous l’ombre du sinistre château, on atteint par des escaliers tortueux et abrupts le Petit Côté (Mala Strana). Cette zone d’artisans et d’agriculteurs occupe le terrain qui descend en collines vers la berge de la rivière. Sur l’autre rive, au sud, se dresse l’imposant édifice du Vysehrad, construit sur une avancée rocheuse.

Dans les basses terres sous le Vysehrad se trouvent trois zones qui ont été incorporées en 1160. La première est la partie la plus au nord de la ville. On l’appelle le Quartier Juif (Josefoc), un dédale qui occupe un coin formé par la courbe vers l’est de la rivière.

Juste au sud (en amont) du Quartier Juif se trouve la Vieille Ville (Stare Mesto), une zone de marché bourdonnante d’activité qui abrite la récente université de la ville.

Plus loin au sud se trouve la Nouvelle Ville (Nove Mesto), un site qui s’étend sous l’ombre du Vysehrad et qui cherche à devenir le nouveau centre du commerce. Les fortifications de pierre de la Vieille Ville ont pris forme, alors que la Nouvelle Ville conteste encore sa souveraineté.

Chaque quartier possède sa propre atmosphère, en fonction de ses résidents, de leurs occupations et de leurs croyances religieuses.

À la suite d’incendies qui ont dévasté diverses parties de la cité, toutes les structures de Prague sont maintenant en pierre. De sombres taudis humides encombrent les rues pavées étroites, alors que les demeures plus grandes se serrent dans des cours derrière des arches imposantes.

Une architecture romane pesante domine, avec ses arches en plein cintre et ses lourdes portes qui isolent les unes des autres les diverses parties de la ville.

Les maisons possèdent souvent des appliques sur leurs murs extérieurs, mais quelques torches seulement sont allumées pour assister ceux qui parcourent la nuit les rues tortueuses de la ville. De sombres zones d’un noir d’encre laissent la place à une lumière pleine d’ombres près des châteaux et des auberges, aussi bien dans la Vieille Ville que dans la Nouvelle Ville.

Le château et les parties extérieures du Petit Côté (à l’ouest et au sud) sont doublement fortifiés contre les incursions des loups, des brigands et des envahisseurs éventuels. Du côté de la rivière, les murs ne sont interrompus qu’au pont de Judith.

La Vieille Ville et le Quartier Juif se trouvent derrière de forts murs de pierre, alors que la Nouvelle Ville doit encore achever ses fortifications.

La construction des digues a élevé la cité de trois mètres au-dessus des anciens établissements celtiques.

Dans une petite partie de la Nouvelle Ville, une église est en construction ont utilise pour cela un style architectural entièrement nouveau, appelé “gothique”, Ses arcs en ogive et ses arcs-boutants permettent à sa flèche de s’élever dans le ciel.

DESCRIPTION

Prague est construit sur sept collines et enjambe la Vltava comme une grande araignée de pierre. L’essentiel de la cité est encerclé de hauts murs, avec une forteresse de chaque côté de la rivière.

Le pont de Judith est une construction de pierre grise assez large pour que six chariots l’empruntent de front et relie les deux côtés de la ville.

Les marchandises qui viennent de l’amont ou de l’aval de la Vltava sont débarquées, comptées et taxées, puis hissées sur les trois mètres de digue pour être vendues au marché de la Vieille Ville.

Qu’ils grimpent depuis la rivière ou traversent le pont de Judith, les voyageurs doivent passer sous les portes gardées ; que ce soit pour entrer dans la Vieille Ville (sur la rive droite) ou le Petit Côté (sur la rive gauche).
La Vieille Ville s’étend sur un terrain plus plat, et ses rues sont plus larges que celles du Petit Côté.

Les portes de la Vieille Ville mènent aux rues en dédale du Quartier Juif au nord-ouest ou bien dehors, dans la zone sans fortifications de la Nouvelle Ville au sud.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:32, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 14:22

CHATEAU PRAGUE ET LE HRADCANY

Château Prague est une forteresse tentaculaire fabuleusement décorée qui contient des douzaines de bâtiments distincts, lesquels sont reliés par des petits passages mal éclairés et des escaliers qui vont d’un niveau à l’autre.
Les salles du château semblent se percuter entre elles sans rime ni raison:

-Les salles publiques se mêlent aux chambres privées.

-Une salle des trophées s’ouvre une chambre qui , à son tour , abrite un escalier en spirale conduisant dans une cave.

-Quelques panneaux éparpillés de ci de la, indiquent quel labyrinthe de corridor mène à la cour ou vers l’extérieur.

-Des escaliers tournoient en descendant à l’étage principal où une cage d’escaliers différente mène deux étages plus haut.

-Un dédale de salles, faisant apparemment partie d’un plus grand appartement, se termine dans une tour négligée qui surplombe les remparts loin en contrebas.

-Et seuls ceux qui connaissent intimement le château peuvent négocier les passages secrets qui trouent les murs, reliant tel lieu improbable à tel autre.

-Les angles étranges dominent toute la structure.

-Des œuvres d’art bizarres qui montrent des visages angoissés, des membres tordus et des silhouettes accroupies démoniaques décorent les murs aux côtés de frises grotesques.

-Les murs possèdent des tentures destinées à combattre le froid qui imprègne Le château.

-Des cheminées à la décoration grandiose restent noires, aucune sortie n’ayant été prévue pour leur fumée ; et de petits poêles donnent de la chaleur à la plupart des salles.

La structure semble avoir été conçue et construite par un dément. Pourtant, la famille des Prémysl vit assez confortablement dans sa forteresse ; ses membres sont rassurés de savoir que les ennemis doivent d’abord les y trouver avant de leur faire du mal.

La basilique et le couvent Saint-Georges se trouvent également entre les murs austères du palais royal. Les tours jumelles massives de la basilique se dressent au-dessus du château. Son intérieur morne abrite les tombes de plusieurs Prémysl, dont celle de Boleslas II, qui se trouve derrière une grille ornementée.

On y trouve également la minuscule église Notre-Dame (une chapelle du IXe siècle construite par le prince Borivoj) et la rotonde Saint-Vital, qui abrite le reliquaire doré et orné de joyaux du bras de saint Georges.
Une fois par an, à la Saint-Vital, des “âmes enténébrées ”sont admises dans la rotonde pour assister aux rites de la folie.

Des rangées de petites demeures sont construites entre les arches des murailles du château ; certaines ont des étages qui ne dépassent pas le mètre.

Des orfèvres vivent dans ces minuscules maisons, travaillant les richesses produites par les mines de la seconde cité de Bohème, Brünn (Brno).

Le Chemin Doré (c’est le nom de la rue) est, dit-on, rempli d’alchimistes qui travaillent tous à changer le plomb en or pour les Prémysl. En réalité, les alchimistes de la ville vivent et travaillent dans une venelle tranquille du Hradcany.

Le château et le Chemin Doré sont patrouillés à toute heure par des groupes de soldats. D’autres gardes occupent la Tour Blanche et la Tour Noire, les entrées du château.

Des escaliers raides courent à gauche et à droite de la forteresse pour conduire à la rivière en contrebas, à travers le Petit Côté.

Une petite ville a grandi dans la cour extérieure du château. Appelée le Hradcany, elle abrite de nombreuses échoppes d’artisans ainsi que ceux qui travaillent au château (hobereaux, serviteurs et gardes).

Dans le Hradcany se trouve également le monastère de Strahov, fondé en 1140 par les austères prémontrés. Centre d’érudition, ce monastère étendu abrite une célèbre bibliothèque, la meilleure de Bohême (et, beaucoup le prétendent, du monde), où sont conservés des ouvrages théologiques et philosophiques. La Bible de Strahov, un manuscrit du IXe siècle couvert de joyaux, de représentations dorées de saints et d’un crucifix, est l’un des livres les plus précieux de la bibliothèque.

La rumeur dit qu’il y a aussi des ouvrages plus sombres dans cette bibliothèque, des ouvrages de sombre savoir sur une epoque mythique. Mais ceci n'est qu'une rumeur et les Prémysl refusent de commenter ces rumeurs.

Le monastère de Strahov partage le verger du monastère de la colline de Pétrin.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:32, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 16:31

LE PETIT CÔTÉ

Le Petit Côté commence juste sous les remparts de Château Prague, puis se répand sur une série de collines en contrebas jusqu’à la Vltava.

Ses rues étroites et escarpées abritent les demeures de potiers, joailliers, charpentiers, charrons, forgerons, négociants en vins et vendangeurs, ainsi que celles des jardiniers qui cultivent les terrains sous Château Prague.

Comme l’essentiel de la populace est illettrée, les maisons et les boutiques, ici comme dans la Vieille Ville, sont identifiées par des enseignes colorées qui décrivent soit le métier pratiqué à l’intérieur soit le symbole de la famille qui y réside.

L’église Notre-Dame-sous-la-Chaîne est la plus ancienne du quartier ; elle a été construite par Vladislav II et donnée à l’ordre croisé des chevaliers de Saint-Jean. Le monastère fortifié qui entoure l’église garde les accès du pont de Judith. Son nom vient de la chaîne qui sert à fermer la poterne du monastère.

Trois moulins se trouvent sur l’île Kampa, une partie du Petit Côté qui se situe entre la Vltava et une branche plus petite de la rivière qui s’appelle le Ruisseau du Diable. Le plus grand de ces moulins est le celui du Grand Prieur, lequel moud le grain pour les occupants du château et les chevaliers de Saint- Jean.

Des jardins prospèrent sur l’île — qui est aussi utilisée par les gens de la ville pour laver le linge et blanchir le lin.

Le lieu le plus reconnaissable du Petit Côté est la Place du Petit Côté, à l’origine une place du marché de la cour extérieure de Château Prague. Le marché a été divisé lorsque les marchands ont construit des boutiques en plein milieu de la place.
La partie basse est devenue un lieu d’exécution avec des gibets et un pilori.

La rue du Pont sort de la Place du Petit Côté et descend au pont de Judith.

L’évêque de Prague a une maison dans une allée calme derrière la rue du Pont, avec vu sur la Vieille Ville de l’autre côté de la rivière.

Près de la limite sud du Petit Côté, l’église Saint-Laurent se dresse sur le site d’une ancienne chapelle païenne. Certains des résidents du quartier murmurent que des rites païens secrets se tiennent encore dans les entrailles de l’église les nuits de pleine lune.

Le Petit Côté est gouverné par les chevaliers de Saint-Jean qui patrouillent les rues et offrent des soins à ceux qui en ont besoin.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:32, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 17:01

LA VIEILLE VILLE

La Vieille Ville s’est installée autour d’une grande place centrale qui était utilisée comme marché depuis le Xe siècle.

La Place de la Vieille Ville forme le coeur de ce quartier, avec des églises et des maisons qui en irradient sur un réseau de rues.

Fortifiée, la Vieille Ville a pourtant treize entrées ; la plupart des portes flanquées de tours sont fermées lorsque la nuit tombe. L’une des portes les plus au sud mène désormais à la Nouvelle Ville non fortifiée, une autre au pont de Judith et la dernière au Quartier Juif.

Même sans l’ombre de Château Prague qui s’étend sur le Petit Côté, la Vieille Ville donne à ses visiteurs et ses résidents une impression de claustrophobie avec ses hautes murailles de pierre noire et ses rues aux contours aléatoires.
Les structures dominent les petites maisons en contrebas, les baignant d’une ombre permanente.

La rue des Celetna, l’une des plus anciennes voies de Prague, court depuis la porte orientale le long de l’ancienne route de commerce de l’est de la Bohème. “Celetna” est le nom que l’on donne aux petits pains tressés qui sont cuits dans la rue. On y trouve aussi les bouchers ; on dit que par certaines nuits venteuses, on peut rencontrer dans la rue des Celetna le fantôme d’un boucher qui tient une hache flamboyante. Les noctambules assez malchanceux pour le croiser sont retrouvés décapités au matin.

La rue des Celetna rencontre la rue Karlova, une voie sinueuse bordée de maisons et de boutiques, la route principale à travers la Vieille Ville.

L’église Saint-Nicolas, située près du mur qui entoure le Quartier Juif, sert de salle de réunion et d’église paroissiale pour la Vieille Ville.

Récemment construite, la Grande Université de Prague promet une stimulation intellectuelle longtemps refusée aux peuples d’Europe de l’Est. Des cours de latin, de théologie, de philosophie et sur les classiques attirent des étudiants de toute l’Europe — pas seulement des terres orientales. Elle est un phare brillant d’espoir dans la sombre et mystérieuse “ville de la magie”.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:33, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 17:02

LE QUARTIER JUIF

Deux communautés de juifs, l’une d’Occident, l’autre de l’Empire Byzantin, se sont installées à Prague et se sont peu à peu fondues dans l’angle nord-ouest de la rive droite de la Vltava.

Les juifs avaient à l’origine le droit de construire leurs boutiques le long des routes menant à travers la Vieille Ville et le Petit Côté ; mais la plupart ont été poussés dans le petit ghetto muré au début du XII siècle.

Des murs ont été construits pour enserrer la place du marché et le dédale de rues qui en sort, coupant les juifs du reste de la cité en les tassant ensemble.

Les juifs n’ont pas le droit d’acheter ou vendre quoi que ce soit sur les places de marché de la Vieille Ville et du Petit Côté.
En outre, les portes qui mènent au Quartier Juif sont fermées les dimanches.

Certains juifs travaillent des champs en dehors des murs, mais beaucoup offrent des services qui vont de la forge au prêt.
Au contraire des chrétiens, les juifs ont le droit de prêter à usure, et quelques résidents sont plutôt riches.

Élevés dans une tradition qui insiste sur l’érudition et la connaissance, beaucoup plus de juifs que de chrétiens sont lettrés.
Plusieurs scribes tiennent un étal dans le Quartier Juif et en tirent de grands profits.

De nombreux érudits résident également dans le ghetto ; quelques-uns émergent quand les portes s’ouvrent le matin pour aller enseigner à la Grande Université.

La plupart des habitants ne sortent pas la nuit, même s’ils ne sont pas sûrs de savoir ce qu’ils craignent. Une atmosphère de mystère et de mélancolie voile le Quartier Juif, affectant les visiteurs comme les résidents.

Deux édifices sont au coeur du Quartier Juif. Le premier est la Vieille Synagogue, qui se dresse au centre du ghetto, dominant les maisons et les boutiques voisines. Faite d’une pierre de couleur crème, son intérieur est décoré de sculptures, de chandeliers de bronze et de boucliers d’argent. Elle offre un lieu de culte aux juifs de rite occidental, dont les demeures l’entourent.
Une maison confortable près de la synagogue abrite le chef spirituel des juifs occidentaux, le rabbin Mordecaï ben Judah.

Irrité par les persécutions des chrétiens de Prague envers son bon peuple, le Rabbi ben Judah, un grand savant et un kabbaliste confirmé, aurait créé un golem. Le Rabbi lui ferait patrouiller le ghetto durant la nuit. Ce mannequin animé sans esprit est capable de tours de force prodigieux. Mais il semblerait que le contrôle du Rabbi s’amenuise depuis quelque temps et que le golem tue tous chrétiens assez malchanceux pour pénétrer la nuit dans le ghetto.

Le second édifice important est la première synagogue de Prague, appelée la Stara Skola ou Vieille École. La Stara Skola constitue le coeur de la communauté des juifs de rite oriental, lesquels vivent strictement à l’écart de leurs cousins occidentaux. La Vieille École possède une apparence mauresque, similaire à l’Alhambra. Comme la Vieille Synagogue, elle se dresse au-dessus de la sombre cité.

Aux limites du ghetto se trouve le cimetière juif. Des pierres tombales usées par les intempéries attestent de son ancienneté. Des arbres tordus laissent tomber leurs branches sur le sol irrégulier, pour toucher les pierres tombales à certains endroits.

Les tombes sont entremêlées de manière aussi labyrinthique que les rues du Quartier Juif. Comme le cimetière dispose de peu de place, les tombes sont placées les unes sur les autres.

La loi religieuse interdit les exhumations; de la terre est donc amenée régulièrement pour former une nouvelle couche et la petite colline du cimetière s’élève peu à peu.

Les anciennes pierres tombales sont déplacées à la nouvelle altitude et remises aussi proche que possible de leur site d’origine, ce qui crée un amas chaotique perturbant.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:33, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 17:03

LE VYSEHRAD

Cet éperon rocheux couvert d’arbres plonge sur son flanc ouest pour devenir un mur de roc en à pic qui suit la rivière.
Au sommet se dresse le Vysehrad, le second château de Prague.

Des murs défensifs serpentent vers le bas de la falaise, et la roche est trouée de grottes qui ont été reliées par des tunnels et des salles souterraines.

Construit à l’origine en briques, le château a reçu un parement de pierre taillée depuis son édification.

Utilisé comme cour et résidence durant le XIe siècle, certaines de ses parties anciennes sont maintenant en ruine, et la plupart le laissent sagement reposer en paix.

Une branche de la famille Prémysl vit encore ici.

Des lumières, des sons, des grognements et des disparitions étranges ont été rapportés dans le voisinage ; beaucoup de citoyens de Prague pensent donc que le Vysehrad est hanté.

D’autres murmurent que les membres “fous” de la famille ont été enfermés là pour qu’ils ne puissent pas faire du mal au reste de la cité.

Certains disent que les Prémysl y vénèrent le Diable en d’horribles rituels: ils mangeraient de la chair humaine, s’abreuveraient de sang et sacrifieraient des enfants enlevés que les juifs leur auraient vendus.

Les gens frissonnent de peur et de dégoût quand l’ombre du château tombe sur eux. On dit que l’ombre seule peut faire écumer et rendre fou quelqu’un.

Curieusement, ce château terrifiant partage son espace avec trois sanctuaires : la basilique Saint-Laurent, l’église Saint-Pierre et Saint-Paul avec ses deux flèches, et la petite rotonde romane de Saint-Martin.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:33, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 18:17

LA NOUVELLE VILLE

Cette zone mérite à peine le nom de “ville”. Elle englobe trois places de marché et les plans grandioses d’extension aux alentours. Il s’y trouve pour l’heure peu de choses en dehors d’un marché aux chevaux, de quelques forgerons, charrons, tanneurs et brasseurs. Un verrier s’est récemment installé là. Ses créations, appelées cristal de Bohême, sont très demandées.

Quelques maisons isolées affrontent la nuit en dehors de la cité fortifiée, mais la plupart de ceux qui travaillent dans la Nouvelle Ville se retirent dans leurs demeures de la Vieille Ville avant la nuit.

Des architectes et des artisans de France (cherchant de nouveaux débouchés pour leurs talents) se sont récemment installés à Prague. Ils construisent avec les fonds du roi Ottokar Ier une glorieuse église qui “atteindra le Paradis même”. Ils utilisent de nouvelles techniques architecturales d’invention récente pour édifier l’église de la Sainte-Vierge dans le nouveau style gothique. L’église occupera un emplacement privilégié sur tout un côté de la place du marché centrale.

Le roi Ottokar lui-même a tracé des plans pour des rues larges et droites qui s’écartent en rayons des marchés centraux. Si ses plans sont suivis, la Nouvelle Ville deviendra un jour un carrefour de l’art et de la beauté.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:33, édité 2 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 18:19

HORS DES MURS

Plus que des rumeurs, on rapporte que des créatures rôdent dans les forêts qui entourent la cité, ces créatures que l’on dit plus proche de l’animal que de l’humain et que des érudits appellent Lupins, ne manquent aucune occasion pour déchiqueter les malheureux humains qu’elles peuvent attraper.

À l’ouest du Petit Côté, la colline de Petrin surplombe Prague. D’une altitude de plus de 270 mètres, elle servait à l’origine de lieu de sacrifice pour le dieu slave Perun. La colline rocheuse est fortement boisée. Là sur son versant sud, un monastère s’y est établi. Entouré par des bois de charmes, de chênes, d’érables, de hêtres et de noisetiers, le monastère abrite plusieurs frères qui ont planté des vignes et des vergers sous le simple chapitre. De nombreux champignons poussent dans la sombre forêt ; ils forment la base pour des remèdes, des poisons et des narcotiques puissants.

À la suite de féroces assauts de Lupins sur le monastère, les moines ont planté de vastes parterres d’aconit tue-loup dans des zones humides et ombragées autour de leurs champs et de leurs demeures. Les fleurs pourpres de l’aconit, imprégnées de la magie de la terre elle-même, protègeraient la zone des incursions des Lupins.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:34, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Re: Prague Dark Age

Messagepar Merzhin » 17 Fév 2011, 18:19

POLITIQUE ET RELIGION

La Bohême lutte pour conserver son autonomie malgré les pressions et l’alliance du Saint Empire. Bien qu’elle fasse techniquement partie de l’empire, la Bohême est toujours considérée comme étrangère aux affaires européennes.
Le soupçon qu’elle possède encore un mode de vie barbare sous sa façade civilisée empêche le royaume d’être complètement accepté par l’Europe de l’Ouest.

Dépendant du commerce avec l’Occident, Prague doit attirer et garder le plus de marchands possible. Beaucoup de marchands allemands se sont installés à Prague au côté des nombreux commerçants slaves.

Les juifs ont le droit de posséder des échoppes et de commercer avec qui ils veulent tant qu’ils restent dans le ghetto et payent leurs impôts à la couronne.

Les Allemands ont à l’origine payé des dîmes pour le privilège de commercer en ville, mais les marchands ont monté un blocus en 1176 pour obliger la couronne à faire des concessions.

L’Église catholique romaine est la religion d’État, mais malgré la myriade d’églises de Prague, la cité reste un foyer de paganisme.

Diverses sectes hérétiques pratiquent leurs rituels dans des coins cachés de la cité.

Des missionnaires qui suivent les rites orientaux viennent toujours secrètement à Prague pour rencontrer des marchands influents; ils espèrent ainsi regagner la cité à l’Église orthodoxe.

Les juifs sont protégés par la loi royale, mais de fréquents harcèlements et agressions se produisent près du ghetto ou juste dans ses limites. De nombreuses personnes pourtant intelligentes pensent que les juifs mangent les enfants ou accomplissent de sombres rituels dédiés au Diable. D’ailleurs, même ceux qui n’apportent pas foi à ces racontars pensent que les juifs sont responsables de la mort du Christ.

Les gens de Prague sont curieusement indépendants et libres d’esprit. L’université attire des érudits qui répandent de nouvelles philosophies (elle aura au XVe siècle comme recteur Jan Hus, le réformateur et libre penseur révéré dans toute la Bohême). Néanmoins, quand la nuit tombe et que les rues noires sont presque désertes, le peuple de Prague s’y reprend à deux fois avant de mettre le pied hors de sa demeure.
Dernière édition par Merzhin le 24 Fév 2011, 10:34, édité 1 fois au total.
Puisse le chemin monter à ta rencontre,
Puisse le vent souffler dans ton dos,
Le soleil briller chaud sur ton visage,
La pluie tomber douce sur tes champs,
Et jusqu'à notre prochaine rencontre,
Que la Déesse te tienne dans le creux de sa main !
Avatar de l’utilisateur
Merzhin
 
Messages: 2947
Inscrit le: 01 Mai 2010, 18:11

Suivant

Retour vers Dark Ages - Prémisses à Prague

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité