Appel de Cthulhu - les Masques

Modérateur: Fjal

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 24 Fév 2011, 20:58

Juste un souvenir... par Tyrion

Quelques secondes après la mort de Mallister je me souviens d'avoir vu Houdini dans le Hall avec nous.

Dr Ashe, je n'ai pas tout compris mais votre expertise dans les rapports humains saura nous éclairer !
Dernière édition par roufdeouf le 25 Fév 2011, 21:30, édité 1 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 24 Fév 2011, 21:02

Dans les journaux par Fjal (MJ)

Le 1er décembre 1922
Les journaux reprennent le télégramme suivant ...

Le 30 novembre 1922
Cet après-midi, lord Carnarvon et Mr. Howard Carter ont montré à un large public ce qui promet d'être la découverte la plus sensationnelle du siècle ... l'attirail funéraire du égyptien Toutankhamon, l'un des fameux rois hérétiques de la XVIII° Dynastie."


Quelques événements de début 1923 ...
1er janvier
"La prédicatrice évangéliste Aimee Semple McPherson ouvre à Los Angeles le temple de l'Angelus qui a coûté un million et demi de dollars."

5 janvier
"Massacre de Rosewood, en Floride : après une accusation douteuse de viol d'une Blanche par un Noir, 300 Blancs envahissent Rosewood, tuent huit Noirs au moins et brûlent tout sans être inquiétés."

18 janvier
"La star de cinéma Wallace Reid meurt dans les bas de sa femme. La fin de sa vie a été marqué par les abus de drogues et les internements. Il avait seulement trente ans."

En janvier
« Entrée en fonction du nouveau gouverneur de l'Etat de New York, le démocrate Alfred E. Smith. Il succède au républicain Miller et retrouve une fonction qu'il avait déjà tenue de 1919 à 1921. »
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 25 Fév 2011, 21:43

I – Le dieux qui parlait aux crocodiles par Roufdeouf

Après le vernissage
Dans les semaines qui suivent les évènements du vernissage, Grossman m’engage pour aller draguer les marais à la recherche d’Edouard Morton, un professeur de physique disparu une semaine avant l’exposition. L’homme avait été interné après le meurtre de son assistant et la destruction de son laboratoire lors d’une crise de démence. Pendant cette période, je sors en ville avec Montana & Vivi. Payé 50 $ par semaine, je ne me fais pas prié pour l’accompagner dans son périple.

Nous nous retrouvons tous afin d’aller rendre visite à Richard Goodman, un requin de la finance millionnaire, qui se trouve être un collectionneur d’antiquités passionné par l'Égypte. Au cour de l’entrevue, nous lui demandons de nous prévenir s’il entend parler de Tillman et des parchemins.

Lundi 14 mai 1923
Un journal parle d’un cambriolage au Metropolitan Museum (MET). Pris sur le fait, les voleurs ont laissé tomber la stèle qu’ils transportaient. Le gardien qui les a surpris les décrit comme des hommes de race noire pauvrement habillés. Nous allons au New York Pillar afin de rencontrer le journaliste (en fait un simple pigiste) qui a rédigé l’article. Cette entrevue est rendue possible par l’intervention de Lawrence Crowe.

L’enquête sur le cambriolage du MET est menée par l’inspecteur Ralph Dillinger. Grossman pense avoir des informations sur l’enquête grâce à son contact dans la police, l’inspecteur Valentine.

Une fois sortis du journal, j’accompagne Montana au MET afin d’assurer sa protection. Il souhaite en effet rester sur place après son entrevue avec le conservateur (nom ?) pour étudier la pièce dans laquelle a eu lieu le cambriolage. Ceci étant fait, Montana étudie soigneusement les lieux. Et notamment les objets restants car les voleurs semblent avoir sélectionnés les pièces qu’ils devaient emporter. Dans une première vitrine, ils ont volé un médaillon en argent et un anneau en or en laissant d’autres objets de moindre valeur (notamment d’autres médaillons). Ils n’ont pas eu le temps de fracturer la seconde vitrine de la salle qui contient un papyrus. Ce dernier attire l’attention de Montana et celui-ci se décide à l’emprunter pour l’étudier.

Mardi 15 mai 1923
Un homme noir d’une trentaine d’années est retrouvé mort, mutilé, sur les bords de l’Hudson. Il porte comme seul signe particulier un tatouage sur le bras. Nous pensons qu’il pourrait s’agir d’un des deux cambrioleurs. J’ai l’idée de contacter Dutch Schultz à propos de ce meurtre et de l’organisation qui pourrait avoir commandité le cambriolage. En voyage d’affaires, il ne sera joignable qu’en fin de semaine.

Nous contactons la fondation Penhew et notamment Edouard Gavigan, la personne ayant organisé l’expédition de Jack Senior.

Nous apprenons qu’un sarcophage, découvert à Tanis par Jack Senior doit arriver par bateau à la fin de la semaine. Renseignements pris, le cargo transportant la relique se nomme « La Vigilante » et entrera dans le port normalement vendredi.

Le papyrus en poche, nous laissons Grossman poursuivre ses investigations sur Edouard Morton et nous partons pour le New Jersey. Le but est de rendre dans la résidence familiale des Jack, à deux heures de route de New York, afin que Montana puisse traduire le document au calme.
Dernière édition par roufdeouf le 26 Fév 2011, 20:08, édité 2 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 25 Fév 2011, 21:44

Récapitulatif de partie par Jingljungle

Rendez-vous avec un millionnaire, intéressé par les découvertes du père de Montana et qui voudrait obtenir des objets anciens.
Un vol est commis au musée (un anneau et un collier) par 2 noirs : les voleurs n'ont pas eu le temps de dérober un papyrus.
Ce papyrus est confié à Montana: la troupe se rend chez lui, puis chez son père pour mener leurs recherches.
Montana traduit le papyrus : c'est une description apocalyptique.
Un cadavre mutilé est retrouvé dans le fleuve, pouvant être celui de l'un des voleurs.
Après autopsie, on apprend qu'il avait une croix d'ankh tatoué sur le bras.
La surveillance des marais du parc national n'a débouché sur rien de probant.
Un sarcophage, récente découverte du père de Montana, doit être prochainement livré par paquebot.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 26 Fév 2011, 20:07

II – Le symbole qui amenait la destruction par Roufdeouf

Mercredi 16 mai 1923
Montana achève la traduction du papyrus. Il s’agit de charabia ésotérique parlant d’un dieu égyptien dirigeant les crocodiles… Et accessoirement de la fin du monde suite à une guerre entre plusieurs dieux ainsi que du rôle que ce dieu y jouerait.

Pendant que Montana travaille sur le parchemin et que le professeur Ashe dévore les ouvrages de la bibliothèque de Jack Senior, j’épluche la titanesque correspondance de ce dernier. Ce que j’en comprends laisse penser que la quasi-totalité de ses confrères trouve ses théories et sa manière de procéder totalement à côté de la plaque (j’entrevois alors une similitude avec son fils et ses théories sur la civilisation de l’Indus). Les seules personnes qui semblent porter un intérêt à ses recherches forment un ensemble éclectique et cosmopolite :
_ Lee Chen, apothicaire de Shanghai,
_ Nasim Kamsbar, imam chiite de la banlieue de Téhéran,
_ Costi Delescu, historien roumain de Bucarest,
_ Ravgard Svenson, historien suédois,
_ Michel Dupin, parapsychologue & « spirit » parisien,
_ Edouard Gavigan, de la fondation Penhew de Londres.

Je demande au professeur Ashe de faire lui aussi une étude de ce courrier car il possède les connaissances scientifiques que je n’ai pas.

Grossman nous rejoint chez Jack Senior. Il nous apprend à cette occasion qu’Edouard Morton avait repris les recherches qu’un autre scientifique, le professeur Abot, avait entreprises sur le voyage dans le temps 30 ans auparavant. Son prédécesseur avait également sombré dans la folie lorsque ses recherches étaient arrivées à leur terme. Il prétendait avoir réussi à voyager dans le temps et avoir rencontré des hommes-lézards dans un futur apocalyptique. Tout comme Morton, Abot a disparu de la cellule de l’asile dans lequel il était interné.


Jeudi 17 mai 1923
Nous retournons a New York pour achever les préparatifs avant l’arrivée du cargo « La Vigilante ». Le professeur Ashe se plonge a à son tour dans l’étude de la correspondance de Jack Senior. Il parvient à faire une synthèse des théories du professeur Jack. Ce dernier est persuadé qu’il y a eu des guerres civiles dans l’ancienne Egypte à la fin de la XIème dynastie suite à l’apparition d’un faux pharaon, Nyarlathophis. Cet imposteur (le Pharaon Noir ?) a conquis une partie de l’Egypte avant d’être battu à Karnac, notamment avec le concours des membres du culte du Taureau Noir. Le culte de Taureau Noir est voué à l’adoration de Sobek, le dieu-crocodile, ennemi de Nyarlathophis. Par ailleurs, ce culte a affronté le Lion Noir. L’apocalypse annoncée dans le papyrus de Tanis mettrait en scène l’affrontement entre plusieurs entité surhumaines avec Nyarlathophis, sa bête monstrueuse, Set, le Taureau Noir d’un côté et Sobek de l’autre. Il est également fait mention de Nirlothep.


Vendredi 18 mai 1923
Nous allons visiter la section des animaux exotiques du parc zoologique de New York, dans le Bronx. Nous apprenons à cette occasion qu’un crocodile leur a été volé il y a un an. Curieusement, ce même jour, un crocodile retrouvé mort sur les berges de l’Hudson est ramené au zoo escorté par la police. L’inspecteur Dilinger, chargé de l’enquête sur les cambriolages, s’intéresse de près à ce crocodile. En effet, il s’avère que le cambrioleur présumé retrouvé sur ces mêmes berges porte des traces de morsures de crocodile.

Nous nous rendons au port, le professeur Ashe en tête pour attendre l’arrivée du cargo. Lorsque ce dernier entre dans le port vers 16h30, des représentants du MET et de la police sont également prêts à l’accueillir. Nous apprenons qu’une partie des caisses envoyées par le professeur Jack Senior a été débarquée à Southampton à destination de la fondation Penhew à Londres. La caisse devant contenir le sarcophage est, quant à elle, bien arrivée à New York. Elle conduite au MET sous bonne garde pour y être ouverte. Nous suivons le mouvement afin de constater avec soulagement que le sarcophage et la momie crocodilienne qu’il contient sont effectivement présentes et en bon état de conservation pour leur âge (dixit des professionnels). Nous apprenons que les objets retrouvés avec la dépouille sont encore sur le sol égyptien. Nous montons la garde à l’extérieur du MET toute la nuit pour s’assurer qu’il n’arrive rien de fâcheux à cette pièce qui semble si rare (si l’on en croit ces mêmes professionnels).

Samedi 19 mai 1923
Le journal nous informe que des animaux exotiques ont été volés au zoo durant la nuit. Le vétérinaire a été blessé et un gardien tué sur le coup.

Il s’avère que les agressions ont eu lieu lorsque cinq hommes noirs armés de machettes sont venus récupérer le corps du crocodile amené la veille. Ils sont partis avec la dépouille de l’animal dans une camionnette conduite par un sixième.

Je contacte Dutch Schultz pour qu’il se renseigne sur le gang auquel pouvait appartenir l’homme noir tatoué. Il s’agit d’une organisation clandestine dont la main d’œuvre est essentiellement constituée de personnes des classes défavorisées, noires pour la grande majorité. En ce qui concerne les activités illégales, les membres de cette organisation pratiquent exclusivement le racket et les jeux clandestins. Ils possèdent en outre de nombreuses vitrines légales (stations services, boucheries, etc.). Partie du quartier de Harlem il y a 20 ans, cette organisation est maintenant présente dans tout l’état de New York ainsi que dans le New Jersey. Dutch les considère comme dangereux (ce qui n’est pas peu dire).

Nous apprenons par la suite, qu’un journaliste de notre connaissance, Silver s’est fait capturé par les hommes qui ont attaqué le zoo alors qu’il surveillait ce dernier.

Montana et moi-même montons la garde devant le musée la nuit suivante pendant que les professeurs Ashe et Grosman partent à Harlem à la recherche de la fourgonnette ayant servi aux braqueurs du zoo. Par chance, ils la retrouve devant une boucherie, une machette abandonnée à l’intérieur.
Dernière édition par roufdeouf le 01 Jan 2012, 10:54, édité 1 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 31 Déc 2011, 16:00

II – Le symbole qui amenait la destruction (part II) par Roufdeouf

Dimanche 24/05/1924
Le docteur Grossman nous apprend que la fouille de la boucherie n’a rien donné. Ils ont cependant fait le lien avec une autre boucherie grâce à la machette et le fait qu’il n’y ait pas eu d’effraction.

L’inspecteur Ralph Dillinger, membre de la police de la ville, est prévenu. Le boucher est arrêté est interrogé par la police. Le révérend Fenuku Mosi témoigne en sa faveur, prétendant qu'il était présent à une cérémonie qu'il organisait dans son église. Trouvant cet alibi un peu louche, le groupe décide de faire une visite à la congrégation du révérend Mosi.

Malgré l'heure tardive, lorsque le groupe arrive devant l'église du prêtre, celle-ci est ouverte et accueille une cérémonie. Il s'agit en fait d'un petit lien de culte aménagé dans un immeuble.

Beaucoup de paroissiens, dont quelques blancs, assistent à l'office. Les voleurs du zoo sont au premier rang, face au pasteur. A sa sortie, Montana est poursuivi par ces hommes et se fait coincer dans une ruelle par des loubards. Il revient à l’église.

Le groupe décide donc de revenir de nuit pour effectuer une visite plus approfondie des lieux.

Nous apprenons que le révérend Mosi est originaire du Soudan et qu'il est arrivé sur le sol américain il y a 20 ans. Il se trouve maintenant à la tête de la fondation Mosi qui possède des bâtiments dans Harlem dont la boucherie que nous avons visité. Cette fondation possède des parts dans des entreprises légales installées dans l'état de New York et les états voisins.

Nous revenons donc à l’église de nuit avec la liste des possessions dont le « lézard vert ».

Le groupe est pris en chasse par une Ford T. alors qu'il circule dans Harlem. Montana tire sur le véhicule des poursuivants avec son pistolet à de nombreuses reprises. Ces derniers ripostent en arrosant le véhicule du professeur Ashe avec leur pistolet mitrailleur Thompson M1921.
Après un détour par « Little Italy », nous réussissons à semer nos poursuivants.

De retour à l’église, nous constatons qu'il y a toujours beaucoup de voitures qui stationnent sà l'extérieur. Je reste à l'extérieur pour monter la garde avec Ashe.

Grossman et Montana pénètrent à l'intérieur. Sous l'autel, ils découvrent une trappe ouverte donnant sur un puits. Une échelle donne accès au niveau inférieur.

Dans un temple aménagé en sous-sol, des hommes en robes blanches prient leur dieu, Sobek.
Ces sectateurs portent des masques de crocodiles et massacrent de pauvres victimes avant de les jeter dans une fosse.

Montana et Grossamn récupèrent des passeports et des papiers avant que n'éclate une fusillade pendant laquelle Mosi réussi à envoûter Montana. Ce dernier élimine les sectateurs les plus intégristes et les jettent dans la fosse. Cette fosse communique avec l’Hudson, ce qui explique la fuite du premier crocodile.

Une fois le combat terminé, les deux hommes ressortent en piteux état (Monty a maintenant la peau parcheminée). Ils sont accompagnés par une femme noire en état de choc et Sydney Silver, le journaliste enlevé au zoo. Ces derniers sont conduits à l’hôpital.

Le docteur Grossman a récupéré des masques, des poignards et une bague. Montana a pris un médaillon.

Ashe et moi fouillons l’église après l’évènement. Nous trouvons la trappe sous l’autel ainsi que l'escalier qui mène au temple souterrain. Nous découvrons l'autel ensanglanté autour duquel s'est déroulée la bagarre. Dans la fosse centrale, se trouvent des restes de cadavres ainsi qu’un crocodile.
Nous remontons choqués par ce que nous avons vus.

Nous fouillons ensuite les étages et consultons les livres de comptes : la fondation Mosi cache en fait l’organisation dont m’avait parlé Dutch.

Les informations recueillies sont communiquées aux inspecteurs Ralph Dillinger et David Valentine.

Dans les mois qui suivent...
La police effectue des raids dans la semaine qui suit l’évènement. S'en suivent des interrogatoires, mais les témoignages sont contradictoires et les hommes emprisonnés sont relâchés.

Une fois remis, Sidney Silver rédige un article qui paraît dans le « New York Messenger ». Malheureusement, il passe plus ou moins inaperçu.

Pendant les raids, Jackson Elias nous invite à dîner. Les noms de Grossman, Ashe et Montana sont sortis dans la presse, via le « New York Weekly Messenger ». L’article parle surtout de Montana qui se retrouve associé à des rumeurs de culte égyptien oeuvrant jusque dans New York. Il parle également des gens qu’il a sauvés.

Jackson Elias est intéressé par l’utilisation des religions pour la manipulation des personnes. Les évènements récents lui ont inspiré une histoire qu’il souhaite transformer en livre lorsqu’il aura effectué des recherches en Afrique. Il refuse de nous en dire plus car il garde la primeur de son récit pour son éditeur, Jonah Kensignton. Elias quitte le pays une semaine plus tard.

Pendant la période calme qui suit ces événements, je décide de consacrer mon temps libre à l’étude de la géographie. Grossman & Montana pensent à monter une fondation. Je me fais deux nouvelles relations d’affaire : Pat Garlick & Mitch Cox.

Je donne un coup de main avec Dutch Schultz en pilotant son bateau entre le Canada et New York pendant 6 mois. Je ne pose pas de question sur la cargaison jusqu'à ce que je me fasse arrêter pour contrebande d’alcool. Je suis condamné à 5 ans de prison. Je purge un an à Sing Sing dans la même cellule que Darren Masker, perceur de coffre.

Coolidge a été réélu président le 4 novembre 1924.
Dernière édition par roufdeouf le 01 Jan 2012, 10:54, édité 1 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 01 Jan 2012, 10:53

III – Une langue trop bien pendue par Roufdeouf

Mercredi 24/12/1924
Je suis libéré de prison pour Noël. Ashe et Grossman viennent me chercher à ma sortie. Grossman me raconte qu’il a retrouvé Youssenko/Tcherkov.
Des hommes en costume m’attendent dans un corbillard avec Dutch Schultz. Mitch Cox est au volant. Nous partons vers le Bronx et nous nous arrêtons dans une société de pompes funèbres où est donnée une soirée en l’honneur de ma libération. J’annonce à Dutch que je vais me mettre au vert pendant quelques temps. Grossman m’invite à dormir chez lui.

Nous apprenons que Montana Senior a arrêté ses fouilles suite à l’attaque du site par les indigènes.

Montana a gardé des séquelles physiques de son affrontement avec le révérend Mosi, sa peau n’est plus parcheminée mais reste étrangement ridée pour son âge.

Mercredi 14/01/1925
Ashe reçoit un télégramme d’Elias lui disant qu’il a des révélations importantes à lui faire et qu’il a besoin d’aide. Il prévoit d’arriver le lendemain.

D’après les renseignements que Ashe a pu obtenir à la capitainerie du port, il arrivera avec le Phalarope vers 17h le lendemain. Il s'agit du navire d’où a été envoyé le télégramme. Ce cargo est en provenance de Southampton.

Jeudi 15/01/1925
Nous nous rendons au port à 16h pour apprendre que nous avons raté Elias car le cargo est arrivé en avance. Grossman et moi montons à bord pour fouiller sa cabine. Nous retrouvons des notes griffonnées de manière anarchique, laissant apparaître un état mental délabré (dixit le docteur).

Ashe retourne chez lui. Montana se rend au « Majestic », l’hôtel que fréquente habituellement Elias.

Après la fouille, nous nous rendons à l’endroit où loge Elias. Ne le voyant pas arriver, nous essayons de contacter son éditeur. Nous faisons également le tour des hôpitaux par téléphone.

Elias finit par contacter Ashe pour lui fixer un rendez-vous dans un autre hôtel, le « Chelsea ». Nous nous y rendons tous puis nous montons discrètement jusqu’à sa chambre. Sans réponse de sa part, nous enfonçons la porte pour tomber nez à nez avec un homme noir portant un masque sanguinolent d’où pend une langue. L’homme parle un dialecte incompréhensible. Je lui saute dessus. Grossman et Montana l’attaquent à leur tour lorsqu’il ramasse une dague étrange.

Des gargouillis provenant de la pièce voisine encouragent Ashe à s’y précipiter pendant que nous maîtrisons l’inconnu. Il revient rapidement, le nez en sang alors que Montana défonce le crane de notre adversaire.
Je me précipite vers la porte, je l’ouvre et je reçois un coup de couteau de la part d’un second agresseur identique au premier en tous points. Ashe m’aide à l’affronter mais l’homme parvient à m’infliger deux blessures assez sévères.

Pendant le combat, un troisième larron de couleur blanche mais portant le même masque en profite pour s’enfuir par la fenêtre et descendre par l’escalier de secours avec une valise. Montana part à sa poursuite pour essayer de le rattraper.
Grossman achève mon adversaire en le faisant passer par la fenêtre. Le troisième homme masqué monte dans une voiture noire et s’échappe avant que Montana ne puisse lui mettre la main dessus. Pendant ce temps, Ashe et Grossman me soignent.

Dans la seconde pièce, se trouve également le corps ensanglanté de Jackson Elias. Sur le front, ce dernier porte une marque faite avec un objet tranchant : il s’agit de deux croissants de lune se faisant face et séparés par des formes qui ressemblent à des pépins d’orange.

Grossman et Ashe trouvent des papiers éparpillés (témoignant de ses nombreux voyages) ainsi qu'une une sorte de boite à cigare contenant d’autres documents et son passeport.
Parmi les documents se trouvent :
_ Une carte de visite de la fondation Penhew.
_ Une autre d’Emerson Imports.
_ Une photographie de l’expédition Carlyle (quatre hommes blancs, une femme noire et une femme blanche).
_ Une autre de la baie d’une ville asiatique.
_ Une invitation à une conférence sur « les cultes des ténèbres ».

La police arrive sur place puis je suis emmené à l’hôpital. Le lieutenant Martin Poole apprend à mes acolytes que des agressions similaires se sont déjà produites. Le groupe est convoqué au poste de police de Lower East Side.
Après une opération délicate, les médecins de l’hôpital dans lequel je suis soigné me conseillent de garder la chambre pendant 11 semaines afin de parvenir à une guérison complète.

Grossman demande à l'inspecteur Valentine de rechercher la voiture noire des suspects en utilisant le numéro de plaque relevé par Montana.

D’après Grossman, Elias est allé au Kenya, à Hong Kong et en Égypte. Il semblait suivre les traces de l’expédition Carlyle. Ce dernier s’était rendu en Égypte sans être égyptologue puis au Kenya où il avait été tué lors d’un safari, il y a de cela quelques années.

Grossman et Montana vont enquêter chez « Emerson Imports » car Jackson Elias avait consulté les registres de cette société la veille. Ils décident de faire de même.

La voiture dans laquelle a fuit l’agresseur survivant a été retrouvée dans Harlem. Il s'avère que les hommes que nous avons neutralisés sont inconnus des services de police.

Elias avait en sa possession une lettre d’un antiquaire égyptien nommé Faraz Najir adressée à Carlyle en janvier 1919 et concernant l’achat d’objets anciens.
Ses affaires contenaient également une lettre que lui avait envoyée Miriam Atwright en novembre 1924 concernant un livre qu’il aurait demandé à sa bibliothèque, la « Topaz Library » de l’université Harvard. Cet ouvrage d’anthropologie s’intitulait « Cultes secrets d’Afrique ».
Son intérêt pour ce livre semble expliquer la présence du carton d’invitation pour la conférence sur « les cultes des ténèbres » donnée à l’université de New York.

Joint par téléphone, l’éditeur d’Elias explique qu’il n’est au courant de rien. Montana et Ashe décident d’aller voir cette personne à son bureau. Ils réussissent à obtenir de lui un dossier contenant les derniers écrits de Jackson Elias. Ce dernier est parti sur les traces de l’expédition Carlyle dans la colonie britannique du Kenya. Il souhaitait enquêter sur le massacre des membres de cette expédition qui fut attribué à un culte local dit « du vent et de la montagne ». Étrangement, les membres ce culte malfaisant vénèrent un dieu qui n’est pas originaire d’Afrique. Après enquête, les seuls cadavres réellement enterrés sur place sont ceux des porteurs noirs.
Un des membres de l’expédition, Jack Brady, aurait d’ailleurs été aperçu à Hong Kong en mars 1923, ce qui laisse à penser que certains membres de l’expédition ne seraient pas morts.
D’après les notes d’Elias, Carlyle est arrivé en Afrique après un séjour en Égypte.

Grossman, Ashe et Montana se rendent à l’université de New York pour assister à la conférence. Ils y entendent parler du culte du « Père de toutes les chauves-souris » vénéré par les aborigènes d’Australie. Ce dieu est également appelé « Celui qui hante les ténèbres ». L’exposé est animé par un ami de Jackson Elias, le professeur Anthony Dunsdale Cowles avec l'aide de sa fille Sarah.

J’apprends de mon côté que je pourrais sortir de l’hôpital dès le lendemain en signant une décharge.

Vendredi 16/01/1925
Les trois autre vont faire une virée nocturne à Harlem jusqu’à une boutique d’artisanat kenyan nommé « Ju-Ju » dont le nom est apparu plusieurs fois dans les registre de la compagnie « Emerson Import »
Dernière édition par roufdeouf le 01 Jan 2012, 18:03, édité 2 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 01 Jan 2012, 10:57

IV – Longue est la nuit, sombres sont les rêves par Roufdeouf

Samedi 17/01/1925
Lorsque je me réveille le lendemain matin, Montana et Ashe occupent les lits voisins du mien. Nous sommes désormais tous les trois résidents de l’hôpital « Bellevue », prestigieux établissement séculaire dans lequel exerce Grossman.

Les deux compères ont été attaqués par des vagabonds qui dormaient à l’extérieur de la boutique « Ju-Ju », lorsqu’ils sont rentrés par effraction dans celle-ci. D’après eux, ces hommes pourraient appartenir à la même organisation que les agresseurs d’Elias. En effet, Montana a été blessé par un poignard similaire à celui qui a été utilisé contre moi quelques jours plus tôt dans la chambre de l’hôtel « Majestic ».

Ashe a reçu par la poste le journal d’Elias dans lequel il parle également de l'expédition Carlyle. Il a été envoyé de Londres. Il s’agit du dernier lieu où a séjourné Elias avant de revenir à New York.
En 1919, un playboy nommé Carlyle et quelques uns de ses amis décident de monter une expédition afin de se rendre sur le continent africain. Sir Aubrey Penhew, créateur de la fondation du même nom, faisait partie de cette expédition.
Cette entreprise s'est terminée au Kenya par la mort de tous les participants. Une fois les membres de l'expédition déclarés morts, la sœur de Carlyle a hérité de la fortune familiale.

Elias est parti sur les traces de l’expédition : il a commencé par un voyage dans la colonie britannique du Kenya, suivi d’un séjour à Hong Kong pour arriver enfin au Royaume d'Égypte. Il est également passe par l’Angleterre bien que son passeport ne le mentionne pas.

Dimanche 18/01/1925
A titre exceptionnel, nous obtenons l'autorisation de quitter temporairement l'hôpital « Bellevue » pour nous rendre à l'enterrement d’Elias. A cette occasion, nous croisons notamment Jonasz, son éditeur et Miriam Atwright. Nous regagnons nos chambres à la fin de l’enterrement.

Lundi 19/01/1925
Montana est emmené pour une autre opération. Son état semble préoccupant. Grossman poursuit son travail et ses recherches. Vers midi, le lieutenant Poole vient nous interroger. D’après lui, Elias enquêtait sur une secte africaine et des assassins indiens (les « tugs »).

Une boite d’allumette retrouvée dans la chambre d’Elias porte les inscriptions « Au Tigre Trébuchant, Fête et amitié à Shanghai ». Elle renforce l’idée selon laquelle la photographie de la ville asiatique pourrait être celle de la baie de Shanghai.

Un jeune garçon remet à Ashe un paquet de la part d’un homme noir bien habillé. Il contient une chevalière sur laquelle se trouve le monogramme « AA » ainsi qu’un mot. Après la lecture du mot, Ashe et Grossman semblent inquiets. La bague est un bijou de famille ayant appartenu à Augustus Ashe.

Ashe poursuit sa lecture du journal d'Elias. D'après ses notes, la fondation Penhew a été créée par le vieil Aubrey Penhew car il n’avait pas de descendant à qui léguer sa fortune. Il a accompagné Roger Carlyle en tant qu’égyptologue. Robert Hudson, un psychologue, a également participé à l’aventure ainsi que Hypatia Masters, une photographe et archiviste et Jack Brady, engagé comme homme à tout faire.
Selon les écrits d’Elias, les membres de cette expédition ne seraient pas morts mais auraient seulement disparus. Leur but serait d’ouvrir un portail vers un « autre monde », ce qui signifierai la fin du nôtre.

Afin d’obtenir davantage d’informations, nous partons à la recherche d’Erica, la sœur de Roger Carlyle. Nous apprenons que c'est une femme d’affaire vivant quelque part dans la banlieue de New York. N’arrivant pas à trouver ses coordonnées, nous essayons de contacter Victoria Post, sa meilleure amie.

Grossman propose de se renseigner sur Robert Hudson, le psychologue.

Les notes d’Elias mentionnent également un certain Johnstone Kenyatta. Cet homme aurait fait partie du détachement qui a retrouvé les corps des membres de l’expédition.
La tribu qui vit dans les montagnes « du vent noir », près du lieu du massacre, se nomme « Ceux de la langue sanglante ». Kenyatta pense qu’ils responsable de la fin tragique des explorateurs.

Un des membres de l’expédition reste à identifier, il s’agit d’une femme noire figurant sur une photographie de groupe.

Viviane vient voir Montana pour lui parler d’Erica Carlyle.

Dutch Schultz et ses hommes me rendent visite. Je leur parle des langues sanglantes et de la boutique « Ju-Ju ». Ils partent assez remontés.

Victoria Post appelle Grossman. Ils se rencontrent dans un cabaret. Victoria a accompagné Erica sur les traces de son frère en Afrique. Elle confirme à Grossman que Roger Carlyle faisait des rêves étranges, ce qu’avait déjà mentionné Elias dans le carnet envoyé de Londres. Roger Carlyle avait d’ailleurs consulté le docteur Hudson pour cela. Les notes d’Elias contiennent de plus un passage concernant les dossiers que le psychanalyste aurait rédigé à propos de ces rêves. Il se trouve, après enquête, que les dossiers du docteur Hudson ont été transférés au bureau des affaires médicales après sa disparition.

Elias parle également de livres contenus dans le coffre fort de Carlyle.

Victoria précise à Grossman que Roger avait changé peu avant son départ suite à sa rencontre avec une femme noire surnommée Anastasia.

Vendredi 23/01/1925
Suite à son entretien avec Victoria Post, Grossman tente de rentrer en contact avec Erica Carlyle. Au final, c’est l’avocat de cette dernière qui le rappelle et, après l’avoir écouté, lui fixe un rendez-vous pour le lundi suivant. Grossman se rend au bureau des affaires médicales et consulte les archives. Il en ressort qu’Erica faisait les mêmes rêves que son frère mais son mental plus solide lui a permis de ne pas perdre pied.

Samedi 24/01/1925
Nous sortons de l’hôpital en bon état de santé.

Nous apprenons que les Carlyle ont perdu leurs parents lors du naufrage du « Titanic ». Orphelins, Erica a cherché à prouver la mort de son frère après la fin tragique de l’expédition au Kenya dans le but d’hériter de la fortune familiale.

Les étudiants de Montana recherchent des informations à propos de l’expédition Carlyle. Les membres américains du groupe ont quitté New York le 5 avril 1919 pour se rendre à Londres où se trouvait Aubrey Penhew. Ils ont ensuite quitté Londres le 28 avril 1919 à destination du Caire. Une fois sur place, ils ont d’abord effectué des fouilles dans le secteur des grandes pyramides à Gizeh. Dans un deuxième temps, le groupe a poursuivit ses recherches à Marmarah autour de la pyramide penchée et de la pyramide rouge pendant semaines mois.

Carlyle est tombé malade ce qui a conduit le groupe à quitter le Caire le 18 juillet 1919 pour se rendre au Kenya. Ils ont finalement choisi Nairobi comme lieu de convalescence pour Carlyle.
Quelques jours plus tard, ils sont partis faire un safari pendant lequel ils ont trouvé la mort. Ils auraient été attaqués par les « Nandis », des rebelles à l’autorité britannique.

Nous allons voir la propriété de Carlyle située au nord de l’état de New York, à Worcester. Malgré d’importantes chutes de neige, nous décidons de poursuivre notre route. Nous finissons par rencontrer un véhicule accidenté rangé sur le bas côté. Nous prenons son occupant, un banquier de nom de Withmore, à notre bord. Il nous raconte avoir fini bloqué dans la neige après une sortie de route causée par le manque de visibilité. Nous arrivons enfin à Worcester vers 15h. Nous décidons de nous arrêter dans le seul restaurant de la ville pour réfléchir à la suite.

Nous apprenons qu’Erica cherche un jardinier et qu’elle vit dans une grande propriété au nord de la ville. Lors de ces déplacements, elle est toujours accompagnée de gardes du corps. Quatre hommes protègent la propriété en permanence car des hommes noirs ont tenté d’y pénétrer nuitamment il y a deux ans. Nous décidons de dormir sur place.

Dimanche 25/01/1925
Le lendemain matin, les trois autres me laissent devant la propriété des Carlyle muni d’une lettre de recommandation rédigée par Ashe. Je tente de me faire engagé comme jardinier pour 15$ par semaine (logé, nourrit, blanchi).

Lundi 26/01/1925
Je suis engagé comme jardinier. Pensant que tout s’est bien passé en ce qui me concerne, le trois autres quittent la ville.

Ashe fait des recherches sur la photographie de Shanghai. Grossman et Montana se rendent à leur rendez-vous chez Dunstan, Waterly et Grey. Ils sont reçus par Bradley Grey mais leur entrevue n’aboutit pas, Erica Carlyle prétendant au téléphone ne jamais avoir entendu parler d'Anastasia M’Weru.

De mon côté, j’aperçois Erica et son garde du corps. Je fais ensuite la connaissance de tout le personnel et j’apprends que les quatre hommes en poste dans la propriété sont loués à une entreprise de sécurité. J’écris à Ashe pour lui demander de m’envoyer des ouvrages de botanique.

D’après les domestiques, une soirée sera organisée dans la demeure le 31 janvier, comme chaque année. Une cinquantaine de membres de la haute société new yorkaise sont conviés à cet évènement. L’exubérant Mollie Sutherland fait partie du nombre. Le dîner est préparé par un célèbre traiteur new yorkais, Aaron Brighton. J’écris à Grossman et Montana pour leur fournir ces informations et leur demander une photographie d’Erica. Timothy Waterford, le magnat du pétrole, Hylan, le maire de la ville de New York et le gouverneur de l’état sont également conviés à cette réception.

Mardi 27/01/1925
Montana se fait arrêter. Par « hasard », Grossman rencontre Caroline Sutherland, la fille de Molly.

Jeudi 29/01/1925
Les préparatifs de la soirée commencent.

Grossman est invité chez Molly Sutherland par Caroline. Au cours du dîner, Molly décide qu’il sera sont cavalier pour la soirée du 31 janvier.

Montana transmet à Bradley Grey une copie des notes envoyées de Nairobi par Elias. Ce dernier lui fixe un rendez-vous le lendemain matin à 7h.

Vendredi 30/01/1925
Les préparatifs se poursuivent. La sécurité passe de 4 à 6 hommes. Waterford, sa fille et son fils sont présents.

J’écris à Grossman pour le féliciter et à Montana pour avoir de ses nouvelles.

Samedi 31/01/1925
J’assiste le personnel pendant toute la soirée. Grâce à Grossman, Montana est finalement invité par Molly. Grey, le gouverneur, le maire et le chef de la police sont également présents.

Grossman et Montana réussissent à obtenir un rendez-vous avec Miss Carlyle le 2 février 1925 à 14H.
Dernière édition par roufdeouf le 01 Jan 2012, 18:13, édité 4 fois au total.
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 01 Jan 2012, 11:57

V – Démons & peurs vielles par Roufdeouf

Dimanche 01/02/1925
J’apprends que le professeur Jack Senior ne collabore plus avec la fondation Penhew mais effectue des recherches près de Louxor.

D’après ce que nous a appris Miriam Atwright après les funérailles, le livre recherché par Jackson Elias a été volé il y a deux ans. La dernière personne à l’avoir consulté était un élégant homme noir avec un fort accent. Le contenu de ce livre a été jugé dangereux par le gouvernement britannique. Il a été rédigé par le révérend Lassington puis publié à compte d’auteur.

Grossman et Ashe envoient Montana Jack voir Miriam Atwright à Cambridge afin qu’elle lui donne les informations qu’elle souhaitait communiquer à Jackson Elias. Elle prétendait en effet pouvoir l’aider à collecter dans d’autres ouvrages les informations contenues dans ce livre.

Lundi 02/02/1925
Je surprends une conversation entre Bradley Grey et Erica Carlyle. Grey essaie de convaincre Erica d’annuler le rendez-vous de l’après-midi et de ne pas rencontrer le groupe. Miss Carlyle insiste pour qu’il ait lieu car elle pense que nous avons des révélations à lui faire concernant son frère.

Grossman et Ashe arrivent à la propriété en début d’après-midi dans la voiture de ce dernier. Je leur transmets les réserves émises par Grey à leur égard.

Avant leur entrevue avec Erica, Grey leur parle à nouveau de la confidentialité des propos qui seront échangés dans le cadre de l’entretien à venir.

Les deux hommes rencontrent enfin Erica Carlyle. Elle est accompagnée par son garde du corps, Joe Corey. Grey est également présent.
Grossman et Ashe souhaitent d'une part qu’elle finance leurs recherches concernant l’expédition et d'autre part qu'elle les laisse accéder au coffre de Roger.
D’après Erica, pendant les mois précédent son départ, son frère avait disparu plusieurs jours d’affilée et ceci à plusieurs reprise. Il était probablement en compagnie d'Anastasia lorsqu'il le faisait. Cette dernière n’est d’ailleurs pas partie à Londres avec les autres membres de l’expédition car elle devait les rejoindre en Afrique.
Jack Brady était chargé de veiller à la sécurité de Roger durant le périple. Erica avait confiance en lui car c’était un ami fidèle de Roger depuis que celui-ci l’avait aidé à se sortir d’une situation délicate quelques années auparavant.
Au final, Erica décide de répondre favorablement aux requêtes du groupe. Elle accorde à Grossman et Ashe une allocation mensuelle afin qu’ils poursuivent leurs recherches et confirme que le coffre de Roger renferme des livres anciens aux contenus étranges.
Erica leur propose de revenir le lendemain pour signer cet accord. Une fois cela fait, ils pourront consulter les ouvrages. Grossman et Ashe décident de passer la nuit à Worcester.

Avant de quitter la propriété, Grossman interroge Anna, la servante. Elle leur apprend que Joe est un ami de Brady. Grossman me conseille de surveiller le coffre cette nuit.

Dans l’après-midi, un homme arrive dans une voiture de sport. Il se fait appeler « Docteur » Maulstone et, d’après ce que j’entends, est chargé d’estimer les livres de Roger. Il confirme qu’il s’agit d’ouvrage de prix et demande à les emprunter pour affiner son estimation mais Erica refuse.

Mardi 03/02/1925
Grossman et Ashe reviennent signer le contrat. Ashe m’apprends que Maulstone est un revendeur new yorkais spécialisé dans les ouvrage rares.

Erica et Grey se sont mis d’accord sur un montant d’allocation de 1000 $ par mois mais demande aux deux hommes de rédiger un rapport trimestriel.

Une fois les papiers signés, Erica les conduit dans la bibliothèque où se trouve le coffre. Ce dernier contient quatre ouvrages que mes deux compères commencent à étudier sur le champ :

_ Le premier est un parchemin enveloppé dans un tissu et intitulé « Manuscrits Pnakotiques ». Il est rédigé dans un anglais archaïque ce qui semble cohérent avec l’époque de sa rédaction par un scribe anonyme, au XVème siècle. Il s’agit de la traduction d’un papyrus écrit en grec ancien, le « Pnakotica ». Ce parchemin contient des histoires contées en Hyperborée, en Atlantide et à Real-Yea. Elles parlent d’une grande race et dateraient de plusieurs millions d’années… Ces récits de l’ancienne Lomar auraient été confiés aux premiers hommes d’Hyperborée par les membres de cette race antédiluvien. Cet ouvrage obscur parle également du retour du sultan des démons.

_ Le deuxième est un recueil de poésie anglais intitulé « Le peuple du monolithe ». Ce livre, à la reliure en bougran rouge sombre, a été écrit par Justin Geoffrey et publié en 1916. L’auteur a disparu en 1921. Il s’agit de poèmes retraçant l’histoire de créatures anciennes et puissantes qui furent exilées de la terre avant l’avènement de l’homme. Elles parlent aux humains dans leurs rêves. Les poèmes de cet ouvrage sont d’ailleurs issus des rêves de l’auteur.

_ Le troisième est un petit cahier en mauvais état qui se révèle être le journal intime de Montgomery Crompton. Cette prose en anglais intitulée « La vie d’un dieu » est datée de 1905. Ce journal parle de sacrifices commis au nom du « Pharaon des ténèbres » (probablement Nyarlatophis) par la secte à laquelle appartenait l’auteur.

_ Le quatrième et dernier document est constitué d’une cinquantaine de feuillets reliés à l’aspect ancien. Il est rédigé dans ce qui semble être du français médiéval. Son auteur, Gaspard du Nord, a compilé dans ces feuillets des « Passages choisis du livre d’Iron ».

En fin de journée, Grossman et Ashe demandent à emporter les livres chez Jack afin de disposer d’ouvrages de référence leur permettant de poursuivre leurs recherches. Erica accepte après la signature d'une décharge.

Je propose à Bradley de suivre les deux hommes, de lui faire un rapport de leurs activités et de veiller sur les intérêts d’Erica. Après une brève réflexion, il accepte ma proposition pour 50 $ par semaine en ajoutant que ma mission comprend également la surveillance des livres. Elle se poursuivra par la rédaction d’un rapport hebdomadaire tant que nous seront sur le sol des Etats-Unis qui deviendra mensuel si nous quittons le pays.

Une fois les livres empaquetés, mes deux camarades reprennent la route pour se rendre chez Ashe, à New York.

Mercredi 04/02/1925
Montana reste à Cambridge pour consoler Miriam Atwright et, accessoirement, continuer à chercher des informations sur le livre.

Grey donne rendez-vous à Grossman et Ashe dans ses bureaux afin de me « présenter ». Grossman vient seul, Ashe poursuivant sa passionnante analyse des livres de Roger Carlyle. Je repars avec le docteur.

Nous apprenons par la presse que deux hommes noirs se sont fait agressés à Manhattan, dans Central Park. J’accompagne Grossman chez son ami légiste. D’après lui, ils ont été tués par une longue lame recourbée. L’affaire semble être liée au meurtre d’Elias.
Suite à cette entrevue officieuse, nous allons voir le lieutenant Poole au commissariat. Il nous confirme que les cadavres portaient le même signe que Jackson Elias. Pour l’aider dans son enquête sur ces meurtres commis par la secte de la « langue sanglante », Poole pense s’adresser à un spécialiste du folklore, Mordekaï Lemmin.
Sortant de son bureau sous un faux prétexte, il nous laisse le champ libre pour consulter les dossiers relatifs à cette affaire (les victimes portaient toutes le même symbole sur le front) :

_ Abraham More, un homme noir tué le 12septembre 1923 au nord-ouest de Central Park. Employé par Samuel Lorkin. Vivait chez ses parents (849 w 142ème rue). Son frère, John, est porté disparu quelque temps avant. La famille est effrayée. D’après sa sœur, Abraham avait décidé de retrouver son frère.
_ Un homme noir non identifié retrouvé mort par un des gardiens de Central Park.
_ Belleville, une petite frappe blanche acceptée dans Harlem, a tenté de poignarder un flic. Il s’agit d’un dossier atypique qui demandera une attention particulière.
_ John Sutton, un étudiant noir.
_ Clarence Harald Uppeld, un détective privé blanc tué chez lui. Il a d’abord travaillé avec Gary McTorgon puis il a ouvert une agence avec Mattews Betis.
_ Max, un gamin des rues simple d’esprit, retrouvé mort à Harlem (témoin des activités de la secte ?).
_ Gregory Fleding, un homme blanc spécialiste de la musique noire, tué après avoir fait des recherches sur le gospel.
_ Victor Demme, un agent immobilier travaillant dans les quartiers noirs sur un projet visant à aider les pauvres à s’installer. Après sa mort, son associé à vendu ses parts et s’est enfui.

J’appelle Dutch Schultz pour qu’il se renseigne sur Belleville.

Jeudi 05/02/1925
Nous allons rendre une petite visite à Maulstone car il ne répond pas au téléphone. La porte étant fermée, je la crochète. Nous fouillons le bureau pour finalement emporter le livre de compte, le livre des acquisitions et, soyons fou, le carnet de rendez-vous.

Nous allons ensuite voir Matthew Betis, le détective privé. Il nous apprend qu’au moment de sa mort, Clarence Uppeld était sur une affaire d’adultère. Une jolie chanteuse noire d’une vingtaine d’années sortait avec un homme marié. Uppeld avait été engagé par la femme de ce dernier. D’après le détective, la fille noire fréquentait la bonne société. Elle était originaire de l’Afrique de l’Ouest, probablement de l’Ouganda ou du Kenya.

Betis prétend que le fait qu’il ait brûlé les dossiers de son associé après sa mort n’est qu’une coïncidence… Même s’il est maintenant marié avec Jessica, la veuve du défunt détective, cela a commencé avant la mort d’Uppeld. Jessica a d’ailleurs retrouvé le corps de son mari en rentrant de chez Betis.

Nous partons ensuite à la recherche du révérend Mickelson, l’homme qui a retrouvé le jeune Max.

J’identifie la clé retrouvée dans les affaires d’Elias comme étant la clé d’un cadenas, sans doute lié à l’entrepôt dont lui seul connaissait l’adresse.

A suivre... 8-)
"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Re: Appel de Cthulhu - les Masques

Messagepar roufdeouf » 01 Jan 2012, 17:44

"La défaite est une perte de temps..."
Marvin Drake dit "Bon chance !"
Avatar de l’utilisateur
roufdeouf
 
Messages: 637
Inscrit le: 04 Mai 2010, 09:45

Précédent

Retour vers L’Appel de Cthulhu - Les Masques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité