Sombre

Un jeu de rôle aperçu en magasin sur lequel vous ne connaissez rien. Un jeu auquel vous voudriez jouer voire officier en tant que meneur ? C'est ici que cela se passe.

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 13 Nov 2013, 18:00

Dans le cyberspace, personne ne vous entend crier.


Image


Pour la sortie de Sombre 3, j'ai répondu à deux interviews :

+ La première sur Outsider, le blog de mon camarade Thomas Munier : http://outsider.rolepod.net/des-univers ... -au-cinema

+ La seconde dans le numéro 18 des Chroniques d'Altaride, webzine rôliste et néanmoins gratuit : http://www.altaride.com/spip/spip.php?article1330


Ouais ouais, un plan média de fôôôlie. ^^



*



Incidemment, j'organise une partie de Sombre samedi dans la journée en région parisienne et je cherche des joueurs. Inscriptions et infos qui vont bien sur Opale : http://forum.opale-roliste.com/index.ph ... 658351#new
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 21 Nov 2013, 18:04

Indian Lake III : The Y-girl from the deep – chez Émilie et Cédric – novembre 2013



Cette année (je parle en années universitaires, 2013-2014 donc), je me suis dit comme ça que j'allais donner dans le jeu de rôle de proximité. Les conventions lointaines, c'est bien sympa, mais épuisant et chronophage au possible. Or j'ai besoin de temps et d'énergie pour écrire et playtester plus. Treize mois entre Sombre 2 et 3, c'est trop long. Faut que je boucle le quatrième en moins d'une année. Et même nettement moins, si possible.

Du coup, quand Mehdi m'a dit qu'il voulait remettre le couvert après notre partie marathon de l'année dernière, j'ai accepté avec plaisir. C'était avant l'été. Mais une chose en entraînant une autre, écriture et bouclage de Sombre 3, puis orga du Dark Day, on a repoussé à l'automne. Puis à un peu plus tard dans l'automne. Enfin, on s'est mis d'accord sur le 16 novembre, mais ça ne l'a finalement pas fait de son côté. Pô grave, ce sera pour 2014.

Par contre, moi j'avais réservé la date et j'avais bien envie de mener. Comment que faire donc qu'est-ce ? Hop, une annonce sur Opale ! Grave à l'arrache, à peine une semaine avant. Et avec des spécifs pas faciles : j'ai pas de mou sur la date, pas de lieu et pas de scénar pour vendre du rêve (ce sera un quickshot). Alala, c'te loose de chez loose. Au fil des jours, la table se remplit, mais de lieu point. Vingt-quatre heures avant la partie, toujours rien. J'annule. Et là, à peine trente minutes plus tard, Émilie et Cédric, deux Opaliens adorables que je connais pour les avoir croisés à moult IRL, convs et autres soirées, me sauvent la life en me proposant d'héberger chez eux. Yeah, back in business !

Donc on joue. Autour de la table, cinq personnes (plus moi). Émilie et Cédric bien sûr, rôlistes chevronnés et bons connaisseurs de Sombre (Cédric le mène), plus Mathieu (vieux rôliste qui s'y remet, et qui aime Kult. Il a bon goût, le bougre), Nicolas (grand débutant, mais qui a joué un Bring me sun avec Amaranth aux Caves) et un autre Mathieu (Mathieu2, on va dire sinon ça va être le Bronx), qui débute également mais que j'ai eu à ma table à l'occasion d'un Deep space gore lors d'une IRL Opale.

Faut pas être Einstein pour se rendre compte que la table est super hétérogène. Y'a un maximum de diversité en terme d'âge, d'expérience du jeu de rôle et, je m'en doute très fort, de niveau de roleplay. C'est ce qui fait le charme, et la difficulté il va sans dire, des tables montées en recrutement public. Évidemment, les joueurs ne se connaissent pas entre eux. Pour arranger le tout, je n'ai, Sombre 3 oblige, pas improvisé depuis cet été. J'ai enchaîné les démos à l'automne, hein, mais c'était en zéro. Mine de rien, ça fait looongtemps que je n'ai pas touché de classic.

En résumé, c'est un peu plan à la « Monsieur Johan, si vous-même ou l'un de vos vous-mêmes était capturé ou tué, le département de Sombre nierait avoir eu connaissance de vos agissements ». Et pis juste après, y'a une allumette qui enflamme une mèche rapide. Va y avoir du sport, je vous le dis.



Le brainstorming

Aujourd'hui, c'est quickshot. Quickshot ET playtest : story deck + Indian Lake, mon setting à moi que je développe depuis cet été. Après l'avoir bricolé avec la dream team, on a remis le couvert le week-end suivant. Depuis, j'ai continué d'y cogiter en tâche de fond. J'ai même trouvé un peu de temps pour retravailler mon plan, qui commence à avoir plutôt de la gueule, je trouve (ouais ouais, je m'enduis d'autosatisfaction. J'aime bien, ça me fait des choses sensuelles sur la peau). Enfin, sauf les rochers parce que putain, comment c'est hyper dur à dessiner un rocher. Ça bouge tout le temps. ^^

Allez, c'est parti. Je sors le story deck et on commence à brainstormer. On joue en contemporain, dans les années 2000 sans autre précision. Les personnages, du moins certains d'entre eux, constituent un sound system, une petite tribu de nomades modernes, qui pose du son dans diverses free parties. Là présentement, ils viennent à l'Indian Lake Summer Camp pour organiser un gros rassemblement techno. On est hors saison, à l'automne en fait, et le Camp est désert. Cette teuf est la dernière avant que les personnages ne passent en mode hivernal. Ils comptent se faire un peu de thune et la mettre de côté pour tenir durant les mois froids, pendant lesquels ils vont se contenter de bouger de squat en squat.

Comme de bien entendu, aucun d'entre nous ne connaît grand-chose à la culture techno. Mais ce n'est pas ça qui va nous arrêter. Si les rôlistes ne devaient jouer qu'avec ce qu'ils connaissent vraiment, 80 % des PJ seraient informaticiens. Et on s'emmerderait grâââve, chacun dans son coin de la Matrice. Pis bon, on s'en fout du réalisme, on joue un film d'horreur ! Donc là, on va juste essayer de broder un peu en s'appuyant sur deux trois trucs qu'on a vu à la télé. Business as usual.

+ Mathieu joue Bobby. C'est un ado, fils du gardien du Camp, Will. Le paternel en question n'est pas là ce week-end. Il le passe au vert dans une petite ville à quelques dizaines de kilomètres, chez sa maîtresse. Il fait toute confiance à Bobby, et c'est une erreur car le gamin n'a qu'une idée, lâcher sa vie de merde. Will est une balance. Mafieux repenti, il a intégré (avec son fils, qui était alors tout petiot) un programme de protection des témoins. Pas le programme haut de gamme, genre mes couilles bronzent en Floride, plutôt le genre je m'enterre bien profond dans le trou du cul des States. Bobby n'en peut plus, il veut se casser. Son issue de secours, c'est le sound system. Il se voit bien faire la route avec eux. Encore faut-il qu'il mérite sa place.

+ Nicolas joue Sonic, héroïnomane et dealer. Le plan thune du groupe, c'est lui : il est censé écouler un gros sac d'ecstasy durant la teuf. Sauf qu'il s'est fait tirer son stock (se shooter pendant qu'on deale n'est pas une bonne idée) et qu'il n'en a rien dit à personne. Ses pilules sont bidon, pas un gramme de MDMA dedans, et il doit un max de pognon à son grossiste. Avant de partir sur les routes avec le sound system, Sonic était, je vous le donne Émile, mannequin professionnel. Oui, moi aussi j'ai levé un sourcil intérieur quand Nicolas me l'a annoncé, mais bon, le quickshot est quand même le type de partie ou tu peux faire ce que tu veux avec tes cheveux. Or justement, Sonic les as beaux et soyeux, rapport au fait qu'il est Irrésistible. Enfin si, y'en a une qui lui résiste et ça le stresse un poil : Cassandra, sa demi-sœur. Le Camp est un plan à lui : du temps où il faisait encore les couvertures des magazines de mode, avant de commencer à fumer de l'héro comme un porc, il a été y faire un shooting. C'est là qu'il a croisé Bobby.

+ Émilie joue Cat. En vérité Lauren, mais comme nom de DJ, c'est tout pourri. Dans le sound system, c'est elle qui mixe. Elle a un profil bien Rebelle, qui explique qu'elle ait entraîné tout le monde sur la route (Sonic et Cassandra sont des amis d'enfance, ils étaient voisins). Elle est Phobique des araignées et cache un secret : Skunk, l'un de ses potes, lui a fait jurer de ne pas organiser de teuf au Camp. Elle a passé outre, rapport au fait qu'ils sont un peu beaucoup coincés par la thune et que c'est leur dernière chance de se refaire avant l'hiver. Mais quand même, il s'agit d'une promesse non tenue à un mort, et ça n'augure pas du meilleur. Skunk avait eu une sorte de vision juste avant de faire l'overdose qui lui a été fatale. C'était d'ailleurs un plan came à trois, avec Sonic. Pour la Phobie, Émilie, bien consciente que les araignées ne seront pas forcément super faciles à caser dans ce setting, me laisse en fait le choix des bestioles. Ça pourrait aussi être des serpents, me dit-elle. Mais non, je valide ses arachnides. D'une, j'aime les challenges. De deux, j'ai eu un flash : une grosse araignée liquide qui émerge du lac. Sooo cool.

+ Mathieu2 joue Cassandra, qu'on peine un peu à intégrer au groupe, je dois dire. Le concept du perso est qu'elle est Médium, mais on ne voit pas trop bien au premier abord ce que ça vient faire dans un sound system. Ah si quand même, on lui trouve finalement une place de graphiste. L'artiste du groupe, celle qui dessine les flyers et a entièrement repeint le vieux bus scolaire dans lequel les personnages vivent et se déplacent, c'est elle. À part ça, elle est la demi-sœur de Sonic (famille recomposée, pas le même père ni la même mère), dont elle constitue le plan de secours. S'il n'arrive pas écouler ses extas toutes pourries, il a prévu de demander à Cassandra de taper son père, dont elle est la fifille chérie. Sauf que Cassandra s'est brouillé avec lui, genre « Si tu pars retrouver ton frère, ce bon à rien de junkie, t'es plus ma fille ». La loose intégrale.

+ Cédric joue Sam, Petit-Castor-Qui-Fait-Je-Sais-Plus-Trop-Quoi-J'ai-Oublié. Moitié chinois, moitié amérindien, il est vachement en contact avec ses racines. Tellement en fait, qu'il est Possédé par un esprit indien. Ça ne date pas d'hier : il y a dix ans, alors qu'il était moniteur au Camp (on dit « counselor »), il y a tué une adolescente. Elle s'appelait Linda et ils entretenaient une relation secrète. Quand elle lui a annoncé qu'elle était enceinte, il a paniqué. Dans la dispute qui a suivi, elle est tombée sur les rochers, s'est blessée à la tête et a terminé dans l'eau du lac, où elle s'est noyée (la scène se déroulait sur l'île, où ils se débrouillaient pour se voir en cachette). Enfin, c'est ce que pense Sam, qui ne se souvient en réalité de rien. Quand il est revenu à lui, après son blanc, Linda était déjà à l'eau. Il aurait pu la secourir, mais n'en a rien fait. Le corps a fini par être retrouvé puis rendu à la famille après autopsie. L'enquête a conclu à un accident. Le Camp a bien failli ne jamais rouvrir, mais en fait si. Et Sam y est revenu. Pas pu faire autrement, l'esprit le contrôlait. Il y travaille aujourd'hui en tant qu'homme à tout faire. Il est au courant de la free party. Même qu'il a poussé à la roue autant qu'il a pu, rapport à Cassandra, avec laquelle l'esprit à régler. On sait pas trop bien quoi, on trouvera en cours de route. Ce qui est sûr, c'est que Cassandra sait tout à propos de Linda. À l'époque, elle séjournait au Camp et a eu une vision médiumnique.

Plutôt cool tout ça. Et en 3h30, à cinq joueurs, avec le story deck, c'est pas mal du tout. Bon, on n'a pas eu besoin de créer le setting, il était tout fait. Mais quand même, c'est un brainstorming très correct. Dynamique et plutôt efficace. Je termine en ajoutant Ramon au sound system, un mécano biclassé techos, qui gère le matos son et le bus. Je sens que je vais avoir besoin d'un PNJ pour cadrer un peu le début de partie. Je ne me trompe pas.



La partie

Allez, on a terminé les pizzas et on s'y met. On est hors saison, en plein automne. L'Indian Lake Summer Camp est désert. Il pleut des cordes de chez cordes, mais la météo est censée s'améliorer dès le lendemain. Il vaudrait mieux d'ailleurs parce que sinon, ça va le faire moyen pour la free party. En fin de journée, le sound system arrive sur les lieux. Bobby et Sam sont là pour l'accueillir. Et là, direct je fais monter Ramon au front. Parce que je vois que si je laisse aller le truc, on part pour du Brain Soda. Y'a de l'enthousiasme autour de la table et ça fait grave plaisir à voir, mais pas mal d'inexpérience aussi, et ça part un peu dans tous les sens. Il faut que je tienne Nicolas et Mathieu2.

Or je préfère le faire en intradiégétique (Ramon qui engueule tout le monde pour que les gens se mettent au taf) plutôt qu'en extra (Johan qui recadre à tour de bras pour rappeler aux joueurs que leurs persos sont quand même là pour faire un truc important à leurs yeux, monter une free party). Donc voilà, Ramon faut pas le faire chier. C'est pas un Sanchez rigolo, concept que voulait me vendre Nicolas durant la créa. C'est un néo-primitif (percings, locks, tatouages, effets militaires) d'origine mexicaine, plutôt droit dans ses bottes, bien sérieux, bien carré, non-violent mais qui sait se faire respecter. Y'a une demi-tonne de matos à décharger du bus et à installer dans la réserve au bord de la plage. Les conditions sont pourries, tout le monde est fatigué (surtout lui, qui a conduit une bonne partie de la route), mais faut se bouger le cul parce que demain, les premiers teufeurs seront là. Et si tout se passe bien, devrait y avoir plusieurs milliers de personnes sur tout le week-end.

En clair, je mouille pas mal la chemise pour mettre la partie sur les rails et faire monter la mayonnaise rôliste. Petit à petit, ça prend. Ramon s'active, Cat à ses côtés. Sam se montre très serviable (il est Affectueux), sauf quand il est possédé et qu'il crève un pneu du bus (Cédric joue bien le coup et dissimule l'incident aux autres). Cassandra pète les plombs les uns après les autres, rapport à Sam, ce dangereux meurtrier. Mais bon, les pétages de plombs c'est un petit peu beaucoup sa spécialité à la demoiselle. Sonic glandouille. Bobby capte que ses pilules, c'est du flan. Ça prend forme. Cool.

Je n'oublie pas d'amener en jeu mes bad guys. Pour l'esprit indien qui possède Sam, pas de souci puisqu'il a déjà crevé un pneu à l'insu du plein gré de son hôte. À côté de ça, il y a les mafieux. Deux options, des gars qui recherchent Will, le père de Bobby, ou des sbires du grossiste de Sonic. J'opte pour le grossiste, qui me paraît plus directement connecté à l'objectif collectif de la majorité des PJ (organiser la rave, récupérer de la thune pour passer l'hiver). Tandis que Sam est allé placer un panneau annonçant la teuf à l'entrée du Camp, deux gars ultra louches, un Noir et un Blanc, passent sur la route forestière dans un gros SUV. En voyant Sam, ils ralentissent et le dévisagent. Le Blanc a un l'air d'être un ancien boxeur, nez cassé et visage buriné. Sam s'empresse de tout raconter aux autres. L'info circule, parfait.

Un peu plus tard, Cassandra et Bobby rallient l'île en canot pour y déposer du matériel pyrotechnique (un petit feu d'artifice est prévu). Au retour, sur le ponton flottant ancré au milieu du lac, ils voient une jeune femme nue, debout sous la pluie. Elle a le côté de la tête défoncé, ça pisse le sang. Sur son torse, une très vilaine cicatrice en Y. C'est Linda bien sûr, qui a été recousue à gros points après son autopsie.

À terre, c'est pas la fête. J'ai envoyé Ramon se coucher dans le bus, sur le parking à l'entrée du Camp, pour donner un peu d'espace narratif aux joueurs. J'ai pas mal touillé la sauce pour amorcer la partie, à eux maintenant d'enchaîner. Et puis aussi, j'ai besoin de récupérer un peu de bande passante cérébrale pour commencer à mettre en scène mes antagos. Car le SUV est revenu, s'est garé près du totem, face au réfectoire. Sam, qui est dehors, a vu les sbires en sortir. Le Blanc armé d'un pompe, le Noir d'un automatique. Ça sent pas trop bon tout ça. Ils entrent dans le réfectoire, où Sonic et Cat sont en train de discuter. Sonic reconnaît les deux gars : le Blanc, celui qui le braque avec son fusil, c'est Randy. Son partenaire s'appelle Tuk. Ils ne sont pas venu jouer au tricot : Sonic doit 15.000 dollars à leur boss. Aaah oui, c'est du lourd.

Je sais très bien que je prends pas mal de risques à les faire débouler à ce moment. On est en mid-game et je ne peux pas trop me permettre de décimer la moitié du groupe, ce serait prématuré. D'un autre côté, faut qu'on passe en mode survival parce que sinon, la séance est partie pour s'étirer bien plus que de raison. Sans compter que l'heure du dernier métro se rapproche. Je décide d'y aller franco mais pas trop, demi-franco on va dire. Pour réduire l'adversité en même temps que je claque une scène-choc, j'active le Désavantage de Sam, prend le contrôle de son perso et le lance dans la mêlée. Il déboule à toute blinde dans le réfectoire et saute sur Tuk. PNJ contre PNJ, je gère en narratif : Sam plante son Bowie dans le cou de Tuk et l'égorge. Du sang partout, une véritable boucherie. Le Tour d'après, je rends son perso à Cédric, en mode PJ. Est-ce que c'est pas un joli cadeau, hmmm ?

Et on enchaîne : Cat fuit vers la cuisine, Sonic se jette sur Randy pour le gêner (sans arme, il ne peut rien faire d'autre), Randy bien sûr tire. À bout quasi touchant. Et je claque un 12, qui décape le (beau) visage de Sonic et réduit son crâne à l'état de pulpe sanguinolente. Ça picote. Cat ayant filé, ne reste plus que Randy et Sam. Bowie contre fusil, c'est violent. Les deux combattants mangent des dommages, et à un moment, alors que Sam, en pleine frénésie meurtrière, ne veut rien lâcher, Randy fait le point : Tuk est mort, il n'a plus que deux cartouches dans son fusil et est à quatre cercles de Blessure de crever. C'était pas du tout ça le plan. S'agissait juste de secouer un peu une bande de petits jeunes, et là ça vire à l'Apocalypse. Il se barre.

Sauf que c'est Tuk, le conducteur, qui a les clés du SUV. Du coup, Randy trottine sur le chemin qui mène à la sortie du Camp. Court aussi vite qu'il le peut étant donné ses (lourdes) blessures. Sam ne le lâche pas, coupe à travers bois et l'attend en embuscade. Mais l'autre ne se pointe pas. Sam remonte le chemin, croise Ramon qui vient de se réveiller (hop, perso de remplacement pour Nicolas) et retrouve Randy, agonisant dans la boue. Il le finit. Puis, tandis qu'il file à l'infirmerie pour soigner ses blessures, Cassandra réveille les morts dans le refectoire. Enfin, Tuk surtout, à qui elle tire les vers du nez. Pas de révélation fracassante, hein, juste la confirmation que lui et son pote sont venus secouer le prunier de Sonic. À la fin quand même, Tuk lâche que le manitou arrive.

Ensuite, conseil de guerre dans le réfectoire. Pas moyen d'appeler les flics, vu le passif des PJ, teufeurs et tout le bazar. Forcé que le sheriff du coin ne va leur faire aucun cadeau. À l'heure qu'il est, y'a plus moyen d'annuler la rave : l'aube approche et d'ici quelques heures, le public va commencer à débarquer en masse. Et puis bon, Cat est par principe opposée à tout recours à la force publique. C'est qu'avec tout ça, elle s'est pas mal enfoncée dans sa Personnalité rebelle. Conclusion : on planque les cadavres dans la chambre froide, on nettoie le réfectoire, on envoie le SUV au fond du lac, on fait la free party comme si de rien n'était et on avise ensuite. Sounds like a plan.

Pendant ce temps là, je prends Cédric en aparté. Pas dur : vu son attitude ces dernières minutes, façon homme des bois psychopathe, personne n'a cherché à l'accompagner à l'infirmerie. D'un coup, les élucubrations de Cassandra deviennent moins improbables. Et de fait, je bascule Sam en PNJ. J'annonce à Cédric que l'esprit, celui d'un ancien chamane maléfique, prend définitivement possession de lui. Je lui donne un objectif : tuer tout le monde sauf Cassandra, qu'il souhaite utiliser comme matrice pour se réincarner. Bon, il lui faudra aussi trouver un homme en état de procréer (plus moyen avec Sam, il est, attrition oblige, cliniquement mort) mais chaque chose en son temps.

Alleeeez, climax. Parce qu'il faut enchaîner. La tension redescend, je ne peux pas me permettre de la laisser retomber trop bas. Premières lueurs de l'aube, la pluie ne tombe plus dru, il crachine seulement. Linda, le spectre du ponton flottant, sort du lac. Et l'eau la suit, déferlant sur la terre comme un tsunami. Sauf qu'il s'agit de milliers de grosses araignées liquides, constituées de vase et de boue. Cat pète un boulon, bien sûr. Elle coche ses derniers cercles d'Esprit et, tandis que Ramon essaie de l'entraîner à l'écart, vers un lieu plus élevé (il y a une colline non loin), le repousse brutalement. Elle tire sur les araignées et comme ça n'a aucun effet (c'est un groupe), s'enfuit dans la forêt.

Bobby et Cassandra montent dans le SUV. Bobby, qui s'est enfoncé profond dans sa Personnalité impulsive, écrase le champignon, passe à travers Linda et fonce vers le lac. J'active son Écervelé pour enfoncer le clou de l'action stupide. Le SUV coule. Cassandra tente d'ouvrir sa portière, sans succès (ah bin oui, c'est une Panne). Sam fonce à travers les araignées, s'accroche au SUV et se penche à travers le pare-brise brisé pour secourir Bobby et surtout Cassandra. Mathieu rate tous ses jets, Mathieu2 s'en sort mieux : Bobby meurt noyé dans l'habitacle, Cassandra s'accroche à Sam, qui la tire par delà l'écume arachnéenne, vers des eaux plus calmes. Ils font une pause sur le ponton avant de rejoindre l'île à la nage. Cassandra, qui depuis le début de la partie se méfiait de Sam comme de la peste, le trouve d'un coup nettement plus avenant. Il faut dire aussi qu'il vient de lui sauver la vie, ça aide.

Ramon se replie vers la remise à outils, tente de s'y barricader, mais y'a pas grand-chose qui puisse arrêter des araignées liquides. En désespoir de cause, il fonce vers la cuisine attenante au réfectoire, y récupère un sac de gros sel et se tasse dans un coin. Il utilise le sel pour tracer un quart de cercle sur le sol, à ses pieds, espérant que les araignées seront arrêtées par ce qui est une barrière traditionnelle contre les fantômes. Je trouve l'idée bien fun. Un peu capilotractée sans doute, car pour ce qui est des araignées, la thématique spectrale se dilue quand même vachement dans le motif aquatique, mais très cool quand même. Du coup, je demande un jet à Nicolas. L'avantage pour lui, c'est que Ramon est toujours un PNJ : même s'il n'a plus qu'un cercle à cocher, il reste Niveau 11. Une chance sur deux, grosso merdo. Nicolas réussit son jet : les araignées s'arrêtent au sel ! Dans l'état où il est, Ramon ne tarde pas mourir, mais c'est une mort sans retour. Il ne sera pas, comme Linda, condamné à hanter pour l'éternité les abords du lac.

Tandis que le soleil commence à briller dans le ciel, Sam et Cassandra atteignent l'île. Bientôt, la Médium s'y retrouve seule. À côté d'elle, un cadavre : Sam est mort. Il l'est depuis l'infirmerie, en fait. C'est juste que le manitou vient de quitter son hôte pour concentrer ses pouvoirs sur la jeune femme et la tenir prisonnière de l'île en attendant de trouver un géniteur approprié. Sam intervient une ultime fois pour desserrer l'emprise du chamane, le temps pour Cassandra de lancer une fusée de feu d'artifice, mais à ce moment, la free party bat son plein et personne n'interprète ça comme un appel à l'aide. Les gens trouvent ça festif et cool.

Car oui, la rave a bien eu lieu. Aucun orga n'était plus sur le site, mais tout le matos son était en place, ce qui a permis à d'autres teufeurs de prendre le truc en main. La police puis la Garde Nationale n'ont pas tardé à s'en mêler, et quand on a retrouvé les cadavres dans la cuisine et la chambre froide, ça a fait les gros titres de la presse nationale. Une battue a été organisée pour retrouver Cat, qui ne s'est pas rendue sans résister et a été grièvement blessée. Elle survit mais termine, paraplégique, entre les murs capitonnés d'un hôpital psychiatrique pour fous dangereux. Durant l'enquête de police, personne ne songe à visiter l'île, comme si elle était mystérieusement passée sous le radar humain, ce qui est le cas bien sûr.

Générique.



Le bilan

Une bonne partie. Pas la meilleure que j'aie menée, ni même la meilleure que j'aie menée dans ce setting, mais ça a tout de même eu de la gueule. Compte tenu de la grande hétérogénéité de la table, je suis très satisfait. Même si on n'a pas fait d'étincelles, je pense qu'on n'a pas été très loin de produire la meilleure partie dont on était capables ce soir-là. Contrat rempli, moi je dis.

C'était super fun de refaire du Sombre classic après tout ce zéro que je me suis enquillé ces dernières semaines. Très frais, même si je n'avais pas toutes mes marques en début de séance. C'est revenu vite bien sûr, mais c'est quand même incroyable la vitesse à laquelle les réflexes de maîtrise s'émoussent. Il faut dire aussi que je n'ai pas encore le story deck bien en main (et qu'il n'est pas non plus tout à fait calé, même si c'est en bonne voie). On en a recausé avec Émilie et Cédric à la dernière IRL Opale, et je suis bien d'accord avec eux : faut que j'améliore mon briefing, que j'explique mieux ce que j'attends des joueurs avec cette aide de jeu. Je vais y travailler.

Je me rends compte également qu'elle est surdimensionnée pour des novices. Cela ne m'était pas apparu aussi clairement dans mes playtests précédents, mais je pense que ce deck est plus utile aux joueurs un tant soit peu expérimentés qu'à ceux qui débutent. La créa collective, c'est comme tout, ça s'apprend. Or le story deck oblige pas mal à pousser le truc dans ses derniers retranchements. Pas si facile quand on est newbie.

Pour le reste, j'ai clairement merdoyé sur les antagos. Bon, pas le gros caca non plus, c'était très correct, mais ça manquait de oomph. Déjà, j'avais sans doute un bad guy surnaturel de trop. Il aurait fallu que je choisisse, le chamane ou Linda. J'y aurais gagné en cohérence et en fluidité. Ensuite, la montée en puissance des antagos, leur introduction progressive dans la partie, laisse à désirer. Il me manque un ou deux maillons narratifs. Pour Linda surtout, qui ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe en ouverture du climax, mais presque.

Bon, l'explication est toute simple. Ça tient aux efforts qu'il m'a fallu déployer dans le premier tiers de la séance pour lancer la partie sur de bons rails. En clair, Ramon me bouffe Linda. J'ai une quantité de neurones limités. Quand j'en mobilise pas mal sur un aspect du jeu, il m'en reste moins pour le reste. Peux pas être partout à la fois. En revanche, je gère tranquille le chamane, avec une belle courbe de progression (le pneu à plat, le meurtre de Tuk, la possession finale), mais il n'y a que Cédric qui s'en rend vraiment compte puisque ça se joue en aparté.

Allez, on va dire que c'était son petit cadeau à lui pour le remercier de ses efforts de roleplay. Super agréable d'avoir un gars comme ça à table. Le hasard de la disposition des joueurs (je suis arrivé dernier, tout le monde était déjà installé) a voulu qu'il ne soit pas assis à côté d'Émilie, ce qui, associé à la mécanique du story deck, a rendu leurs interactions plus difficiles, et c'est un peu dommage. Ça aurait sans doute été utile de les avoir en binôme car ils étaient des cinq joueurs ceux qui avaient les réflexes rôlistes les plus aiguisés. En l'état, l'effet d'entraînement n'a pas été aussi efficace qu'il l'aurait pu.

Pour en revenir aux antagos, je n'ai tilté sur Linda que bien trop tard. Sur ses araignées surtout. Resté trop longtemps bloqué sur mon image de gros monstre marin arachnéen, je n'ai percuté sur les petites bestioles qu'en ouverture du climax. Suis quand même tout content de moi, hein, j'aime très fort cette idée de meneuse d'araignées liquides. Juste, si j'y avais pensé avant, j'aurais pu envoyer une ou deux de ces bestioles en éclaireur. Le crescendo horrifico-surnaturel aurait été meilleur.

Mais bon, je ne vais pas jouer les flagellants. La partie fut cool et le playtest vraiment enrichissant. Je kiffe de plus en plus le story deck. Et aussi ce petit setting. Il est vraiment super, mais alors super, sympa. Gros potentiel, m'est avis. Bien hâte de l'explorer plus en profondeur, en tout cas. Y'a encore des tas de trucs que je veux faire dedans. Du coup, j'ai déjà corrigé mon plan pour en virer les défauts que j'ai notés durant la partie. En particulier, j'ai redessiné les rochers. Rhâââ, ces putain de rochers !



*



Promo

Image

Les trois numéros de la revue consacrée à Sombre, sont disponibles. 72 pages au format A5 et à pas cher (prix libre, minimum 7 euros par numéro + port).

Pour commander, c'est par ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 29 Nov 2013, 21:20

Around the world, around the world (air connu).



Image


+ Du Sombre sur HuMu :

Faisant suite à sa critique de la semaine dernière, Cédric Ferrand me tend le micro sur son blog. Résultat ? Une interview lôôôngue comme un jour sans pain.


+ Du Sombre à Montreuil :

J'assurerai des démos de Sombre samedi et dimanche au Salon du livre de jeunesse de Montreuil. Je serai aux côtés de Charlotte Bousquet et Fabien Fernandez, qui mèneront eux aussi des jeux de leur création. Toutes les infos sur le forum de Terres Etranges.


+ Du Sombre dans votre chez vous :

Les trois numéros de la revue consacrée à Sombre, sont disponibles. 72 pages au format A5 et à pas cher (prix libre, minimum 7 euros par numéro + port). Pour commander, c'est par ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 17 Fév 2014, 16:00

Des news de Sombre.



Image



Sombre 4 est en chantier.

J'ai écrit une quinzaine de pages du prochain numéro de Sombre. Je travaille actuellement sur un article consacré à la création collective des personnages. Il y en aura un autre sur les quickshots, très probablement accompagné d'un compte rendu de partie facilement jouable.



Je cause de Sombre dans Les Chroniques d'Altaride 21.

Image

Plus particulièrement, j'y cause de Sombre zéro (contient du gros scoop) et aussi un peu de Sombre max, la nouvelle variante de Sombre pour jouer des persos badass dans des actioners horrifiques façon Predator, Terminator, Aliens, Dog Soldiers ou Vampires. Merci à Benoît Chérel de m'avoir à nouveau tendu le micro de l'Internet.

On peut zieuter ou télécharger Les Chroniques d'Altaride et c'est gratuit.



Je mène une campagne Sombre.

Ça se passe à la fin des années soixante, dans un camp de vacances. C'est un mix de survival forestier, de slasher et de ghost story gore. J'ai pour l'instant joué trois parties, dont les comptes rendus détaillés sont lisibles sur les forums de Terres Etranges :

+ Épisode 1 : The man who shot the sixties

+ Épisode 2 : Une scream queen qui surgit hors de la nuit

+ Épisode 3 : Un couteau dans l'eau



La saison des conventions reprend.

Dans les prochaines semaines, j'assurerai des démos de Sombre dans au moins trois conventions et festivals :

+ 15 et 16 mars : Eclipse à Rennes.

+ 22 et 23 mars : Les RRX à Palaiseau.

+ 4 au 6 avril : Zone Franche à Bagneux.



Sombre 3 est référencé sur le Grog.

Le dernier numéro de la revue Sombre a désormais sa fiche sur le Grog, et même une première critique. Super merci à Batronoban.

Ce troisième numéro est, de même que les deux précédents, toujours disponible. 72 pages au format A5 et à pas cher (prix libre, minimum 7 euros par numéro + port). Pour commander, c'est par ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 02 Mars 2015, 15:19

Sombre 4 est paru !



Image
illustration Greg Guilhaumond


Sombre est un jeu de rôle pour se faire peur comme au cinéma. Chaque partie est un film d'horreur dans lequel les joueurs incarnent les victimes.

La revue Sombre est entièrement dédiée à Sombre (logique ^^). Chaque numéro se présente sous la forme d'un fascicule de 72 pages au format A5.



SOMMAIRE DÉTAILLÉ DE SOMBRE 4 :


+ Scénario > White trash
Un survival forestier pour Sombre classic, inspiré de Deliverance et Massacre à la tronçonneuse.

+ Article > Casting
Tout sur la création collective des personnages.

+ Article > Making-of House
Comment écrire un scénario pour Sombre ?

+ 8 pages d'aides de jeu



Pour commander par la Poste : toutes les infos qui vont bien sont ICI.

Pour acheter en direct : je participe mercredi (4 mars) à la prochaine IRL Opale aux Caves Alliées (un bar près d'Odéon, à Paris) et ce week-end (7 et 8 mars) aux RRX, sur le campus de Polytechnique (Palaiseau). Je serai bien sûr présent sur d'autres conventions en 2015, mon programme est consultable ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 14 Oct 2015, 14:25

Sombre sous le Tipeee



Image


Si vous suivez un peu l'actualité de Sombre, vous savez que je publie régulièrement des comptes rendus de mes parties. Au début, en 2007 (ouais, ça remonte à si loin), il ne s'agissait que de quelques lignes. Puis je me suis pris au jeu et ai commencé à gratter des tartines. Puis à raconter mes conventions en long en large et en travers. Puis j'ai fait des making-of des illustrations de Greg.

Parce que c'est fun. Parce que, tel le rôliste de base que je suis, j'aime raconter ce qui se passe à ma table, en mode « Ouééé trop bien, mon nain avec sa hache + 12 qui poutre dix gobs !!! ». Parce que ça fait buzzer Sombre d'une manière que je trouve plaisante. C'est de la pub, mais de la pub cool. Enfin, je trouve.



Mais tout ça, c'était avant


Avant, lorsque j'avais encore plein de temps. Depuis, j'ai publié les règles de Sombre en .pdf sur le Net. Ensuite, je me suis lancé dans l'édition du fanzine. Et enfin, il y a peu, j'ai monté ma petite entreprise pour faire avancer le bousin d'une case supplémentaire. C'était l'objet de ma récente semaine Sombre, vous vous en souvenez peut-être. Chemin faisant, je suis passé aux 35 heures... par jour !

Ma charge de travail ayant considérablement augmenté, il a fallu que je fasse de choix. Contraint et forcé, je priorise. Déjà, vous l'avez sans doute remarqué, je ne raconte plus mes conventions dans le détail. Avant je tartinais des rapports longs comme le bras, aujourd'hui je me contente de quelques paragraphes. Les making-of aussi, j'ai arrêté. Le dernier que j'ai écrit, c'était celui de la couv de Sombre 3, ce qui ne date pas tout à fait d'hier.

Si je vous écris cette bafouille, c'est que je vois arriver un temps où je ne pourrais plus non plus relater en détail mes parties improvisées. Parce que c'est du vrai gros taf. Je kiffe, hein, mais c'est super chronophage et il m'est de plus en plus difficile de maintenir des activités qui ne font pas directement avancer Terres Etranges, ze société. J'entends par là, qui ne sont pas essentielles à la production et à la commercialisation de Sombre. La pub sur les forums m'aide à vendre du zine, c'est sûr, mais il y a toujours plus pressé et pressant. L'écriture des prochains numéros, les conventions et leur orga, les playtests eux-mêmes, ainsi que toutes ces démarches administratives qui font le sel du métier d'auteur biclassé éditeur. Que du bonheur, je vous assure.



Que je vous donne un exemple


Samedi dernier, j'ai playtesté Sombre dans ma cuisine. Une séance marathon comme je les affectionne. 14h - 23h30, pause pizzas incluse. On a joué cinq parties, dont quatre constituent une mini campagne mi-SF, mi-fantastique, mi-historique (ouais, trois moitiés) qui mérite d'être racontée. J'en suis sorti lessivé, mais tout content.

Dimanche, totalement déchiqueté, je me mets à mon compte rendu. Avec mes neuf heures de maîtrise de la veille, j'ai l'allant d'une moule. Je suis derrière mon clavier toute la journée, mais avance à la vitesse d'un escargot cacochyme. Je sais pourtant que je ne peux pas remettre au lendemain car déjà mes souvenirs des parties commencent à s'estomper. Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud sinon les CR ne tiennent pas debout. 6.000 signes quand même.

Lundi, un poil plus reposé, je m'y remets. Je bosse toute la journée, quasi douze heures non-stop, seulement entrecoupées par la gestion des affaires courantes (quelques mails urgents et la complétion de ma page Tipeee, retoquée pour manque de liens et de visuels). 18.000 signes. Je vais me coucher tout abruti par la fatigue.

Mardi, hier donc, retour au compte rendu. J'y suis toute la matinée et pisse les derniers 8.000 signes. J'enchaîne directement sur la correction de mon article Quickshots pour Sombre 5. Je suis super à la bourre, les retours de mes relecteurs sur le texte suivant commencent déjà à tomber. J'écris pas mal de mails aussi. Du suivi de commandes, une demande d'infos sur la licence Sombre, des trucs à caler sur des conventions à venir, du recrutement pour mon futur playtest. En soirée, avant de me coucher, j'écris la première version du texte que vous lisez en ce moment. Je la relirai demain au réveil (c'est-à-dire aujourd'hui) et la posterai dans la foulée sur les forums rôlistes et les réseaux sociaux.

Bilan, une journée de playtest, suivis de presque trois jours d'écriture. 32.000 signes, putaaaaiiiinnn ! Et je n'ai pas tiré à la ligne, hein, juste raconté en détail nos quatre parties, comme je le fais habituellement. Tout cela est bien bien long. Je ne passe heureusement pas trois jours sur chaque CR, mais au minimum un et demi, souvent deux. Bon, le bouclage de Sombre 5 n'aide pas, c'est sûr. Mais même quand j'ai moins la tête sous l'eau, ça reste super tendu à caser dans mon emploi du temps de ministre rôliste. En fait, ça l'est de plus en plus car ces temps derniers, le boulot me tombe dessus comme s'il en pleuvait. Bon sang, ça drâââche du taf !



Et pourtant, j'overkiffe !


Vraiment, je prends mon pied à raconter mes parties. C'est carrément fun, et utile aussi. Cela me permet de pousser le débriefing, m'oblige à prendre du recul et à cogiter, à mettre le jeu en perspective pour en tirer (ou pas) les enseignements de game design qui font l'intérêt du playtest. Clairement, cela bonifie Sombre, le jeu, mais aussi Sombre, la revue.

Vous le savez si vous la lisez, mes articles s'appuient massivement sur mon expérience de jeu. Sur mes comptes rendus, en fait. Lorsque j'écris le fanzine, j'ai toujours le forum de Terres Etranges à portée de clic et le consulte très fréquemment. Je relis mes feedbacks, en tire les exemples et les anecdotes sur lesquels je construis mes raisonnements. C'en est au point que pour le prochain numéro, j'ai carrément pris le parti de réécrire entièrement l'un d'eux pour le publier.

Dans ces conditions, vous comprenez bien que cela m'embêterait beaucoup de ne plus pouvoir en produire. J'avoue que j'aimerais bien aussi avoir le temps de refaire des making-of des couvertures. Le travail de Greg le mérite amplement. Et bon, cela ne surprendra personne d'apprendre que pour moi aussi, le temps c'est de l'argent. Plus exactement, l'argent m'achète du temps, cette denrée ô combien précieuse. Pour pouvoir continuer à inonder le Net de ma sombre prose, j'ai besoin de votre soutien.

J'ai créé une page sur Tipeee, que j'ai appelée « Johan Scipion raconte Sombre ». Trop la classe, moi je dis. Façon Alain Decaux, un peu. ^^ Tipeee est un Patreon francophone, une plateforme de financement participatif basée sur le principe du pourboire. L'idée est de me donner quelques sous (un ou plusieurs euros) à chaque fois que je poste un compte rendu ou un making-of sur le Net.



Superpouvoir d'achat


Sur Tipeee, vous pouvez plafonner vos dépenses mensuelles, résilier votre engagement à tout moment, et même ne pas en prendre du tout (le don ponctuel est possible). Vous ne donnez que ce que vous voulez bien donner et ne payez qu'à publication, ce qui me convient plus que très bien. Je n'aime pas demander des sous en promettant des trucs, je préfère livrer la marchandise d'abord.

À vue de pif, mon rythme de publication sera d'un, parfois deux textes par mois. Et sans doute que certains mois, il n'y en aura pas du tout parce que je n'aurai pas le temps de playtester ou serai tellement occupé que je ne pourrai même pas écrire un making-of. Je ne demanderai pas de sous pour mes petites bafouilles (mes courts rapports de convention, qui ne me prennent qu'une heure ou deux à écrire), uniquement pour les grands textes bien longs, ceux qui me coûtent plusieurs jours de travail.

Je fais appel à la générosité de la communauté rôliste sur la base du mécénat pur. Je ne prévois pas de contreparties pour les tipeurs, juste le plaisir de continuer à lire mes comptes rendus et de savoir que me faire l'aumône une petite pièce me permet de les écrire. Donnez un p'tit sou pour que je puisse causer de Sombre à la terre entière, saint John Tynes vous le rendra !


Ma page Tipeee : https://www.tipeee.com/johan-scipion-raconte-sombre



*



Promo

Image

Les quatre numéros de la revue Sombre sont disponibles. Pour commander, c'est par ICI.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 18 Nov 2015, 17:17

Sombre 5 est paru !


Image
illustration Greg Guilhaumond



Au sommaire cette fois-ci :

+ Scénario : Toy scary
Bataille jouets contre monstres en Sombre zéro.
4 à 6 joueurs – 15 minutes

+ Article : Quickshots
Comment improviser des parties de Sombre ?

+ Feedback : La guerre des vers
Compte rendu jouable d’un quickshot préhistorique.

+ Setting : Paradise lake
Une cabane dans les bois prête à l’emploi.

+ 4 pages d'aides de jeu


Pour commander, c'est par ici : http://terresetranges.net/forums/viewtopic.php?pid=5589#p5589



ATTENTION !

+ Si vous souhaitez commander par correspondance, sachez que j'accepte désormais les règlements par PayPal.

+ Si vous m'avez autrefois réglé par virement et souhaitez le faire à nouveau, sachez que les coordonnées bancaires dont vous disposez sont sans doute obsolètes. Contactez-moi pour que je vous donne les nouvelles.

+ Si vous êtes le gérant d'une boutique et souhaitez mettre du Sombre sur vos étagères, contactez-moi, j'ai préparé une (nouvelle) proposition commerciale à votre intention.

+ Si vous préférez un achat en direct, la soirée de lancement de Sombre 5 aura lieu le mercredi 2 décembre aux Caves Alliées (un bar parisien, près d'Odéon) à l'occasion de la 89ème IRL Opale. J'ai créé un événement Facebook : https://www.facebook.com/events/446841485522164/

+ Pour les gens qui voudraient acheter de la main à la main mais sont loin de Paris, je participerai à de nombreuses conventions en province et à l'étranger en 2015-2016. Mon programme est consultable ici : http://terresetranges.net/forums/viewforum.php?id=30
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 05 Avr 2016, 13:59

Il y aura du Sombre ce week-end au Festival des Mondes de l'Imaginaire à Montrouge.


Image



Démos non-stop en après-midi de samedi et de dimanche.

Venez nombreux mourir à ma table. Ça va être fun, je vous le garantis.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 09 Mai 2016, 13:15

Sweet sixteen : Sombre Grog d'Or 2016 !


Image



Avant toute chose, spéciale dédicace à tous ceux qui triment avec moi sur Sombre. Greg Guilhaumond, qui illustre de main de maître les couvertures de la revue. Les relecteurs qui s'usent les yeux et le cerveau sur mes textes. Les playtesteurs qui se déplacent jusque dans ma cuisine pour se faire découper en rondelles. Les auteurs, fans ou licenciés, qui produisent du matos pour mon jeu. Les mécènes qui le soutiennent sur Tipeee. Les amis qui me donnent un coup de patte en convention ou sur le Net. Je vous overkiffe le boule, les gars et les filles.

Pour ce qui est de moi personnellement moi-même, j'ai la banane. Je ne suis carrément pas blasé. En fait, c'est la première fois que je gagne un truc. Jamais reçu aucun prix de ma vie, donc je savoure. Mais en toute lucidité. Je tiens à le préciser car je suis bien aware des polémiques que suscite le Grog d'Or. Il est archi clair pour moi que même plaqué or (soooo glitter), Sombre n'est ni « meilleur » ni « le meilleur » quoi que ce soit. C'pas un comice agricole, hein. On parle de jeux de rôle, pas de courgettes ni de vaches laitières.

Parce que si les prix culturels étaient des labels d'excellence, ça se saurait depuis le temps. Les Palmes d'or cannoises ne sont pas toutes des chefs-d'œuvre, n'est-ce pas. Du coup, je prends ce Grog d'Or exactement pour ce que, de l'aveu même des Groguistes, il est : un coup de cœur. Mieux, un triple coup de cœur. Sombre a remporté trois votes, celui du jeu du mois en juillet dernier, le premier tour du Grog d'Or, et enfin le second. Tout à l'arrache d'après ce qu'en dit El Presidente. P'tain, y'a des matelots qui kiffent grâââve mon jeu. Ils l'ont défendu une fois, deux fois, trois fois sur la mailing list du Grog. Ça pour le coup, ça me fait *vraiment* super plaisir. Merci tout plein, les gens.

Ah, il y a encore une chose.

Le Grog a donc élu Sombre, affirmant ainsi avec force qu'il est bien un « vrai » jeu de rôle. C'est un baume au cœur, je vous avoue. Pas que la controverse autour de mon jeu ait une quelconque importance. Je réalise bien que ce n'est qu'une minuscule tempête dans un tout petit verre d'eau. N'empêche qu'elle me soucie beaucoup. Hé, c'est de mon petit verre d'eau dont il s'agit ! Donc le prochain qui me soutient que Sombre n'est pas un jeu de rôle, je lui fais un bon gros doigt et lui rétorque, en souriant jusqu'aux oreilles, qu'il a obtenu le Grog d'Or en 2016.


Yeah, motherfucker, yeah !



*



Promo

Image

Les cinq numéros de la revue Sombre sont disponibles. Pour commander, c'est par ici.


Image

Un euro pour un compte rendu, soutenez Sombre sur Tipeee.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 11 Mai 2016, 16:52

Sombre plaqué or : merci pour vos bons mots


Image


Je viens de passer deux jours super agréables à lire vos petits messages. J'ai liké tant que j'ai pu vos comm' sur les réseaux sociaux, mais ai choisi de ne pas vous remercier individuellement sur les forums de façon à ne pas faire remonter trop souvent les fils dédiés à Sombre (ce qui aurait été un peu pénible pour tout le monde).

Du coup, je me fends d'une réponse générale : merci pour vos bons mots, vos félicitations et vous encouragements. Ils m'ont vraiment fait chaud au cœur. Même si je n'ai rien répondu sur le moment, j'ai tout lu avec attention et plaisir, la preuve.

Ça met la banane et ça regonfle à bloc. Merci tout plein !



*



Pendant le Grog d'Or, les travaux continuent


Image


J'ai profité du long week-end de l'Ascension pour organiser deux playtests de mon scénario d'horreur gothique pour Sombre classic, à paraître dans Sombre 7.



Playtest 2 – chez ouame – mai 2016


Deuxième partie de mon scénar d'horreur gothique, avec quatre joueurs cette fois-ci : Axel, Polo, Renaud et Valentin. La dream team en action. Et putain, ça a dépoté.

En ouverture, un petit Dozen next-gen (aaaah que cette variante est décidément méga cool) pour se chauffer et attendre Renaud, un poil à la bourre. Puis le gros morceau : 4h30 d'une excellllente séance.

Grosse implication des joueurs, super niveau de roleplay, ambiance mortelle, climax réussi (yesss !) et qui plus est méchamment gore. Par-dessus tout ça, une jump scare de niveau olympique. Olala, je crois bien que Valentin va s'en rappeler longtemps de celle-là !

Bon sang, ce scénar se cale à une vitesse hallucinante, et ça me fait carrément plaisir. De la grosse babalounette. Après-demain, je ne reprends pas les mêmes (ils seront cinq, full cast) et je recommence. Ouais, playtest plus plus plus. Vive le pont de l'Ascension, moi je dis.



Playtest 3 – chez ouame – mai 2016


Aujourd'hui, au Cuisine Club (comme le Fight Club, sauf qu'on n'est pas torse nu et que ça se passe dans ma cuisine), re-playtest. Il y a deux jours, super partie à quatre joueurs. Profitant du pont de l'Ascension, je remets ça. Un poil rude, j'avoue, parce que les séances un peu longues comme ça, ça crève bien.

Cette fois-ci, full cast. Un trio de Mathieu (bon sang, on est envahis !), tous plus ou moins habitués des playtests du Cuisine Club, rejoints par Marina et Niko, un couple de rôlistes / costumistes (ça se dit ?), que je croise régulièrement en conv depuis quelques années et qui ont bien accroché à Sombre.

Même programme qu'avant-hier, c'est-à-dire qu'on attaque par du Dozen next-gen, mais avec trois équipes, un truc que je n'avais jamais tenté. Ah c'te pur délire ! La vache, ce scénar ne cesse de me surprendre. Trop du ballon.

Ensuite, le gros morceau : horreur gothique pendant presque cinq heures. Ma deuxième partie avec un cast complet. Elle fut excellente, comme celle d'hier. Côté joueurs, très bon niveau de roleplay théâtral. Côté meneur, je commence à prendre la mesure du machin, ce qui est bien cool. Content, Johan.

Bon, je n'en suis pas encore au point de pouvoir mener sans mes notes, mais j'ai moins le nez dans le guidon. Du coup, le flow narratif est meilleur, plus fluide. Et aussi, j'exploite mieux mes plans. Même si ce n'est pas encore idéal, y'a eu du progrès depuis avant-hier.

Comme j'ai appris plein de trucs durant ces deux parties, ce qui était évidemment le but, je vais avoir plusieurs jours de taf sur mon texte pour le mettre à jour. C'est mon objectif du début de la semaine prochaine. Hop hop hop, en petites foulées.



*



Sombre zéro en mode spéléo


Image


Axel Tentacle, un jeune meneur de Sombre avec plein d'idées de ouf malade dans le dedans de son cerveau, joue à mon jeu avec, je vous le donne en mille, une caméra GoPro sur le front ! Et c'est carrément excellent.

Dernièrement, il a improvisé un court quickshot en Sombre zéro, qu'on peut visionner sur son blog, Le jeudi c'est JdR !

Axel et ses amis n'en sont pas à leur premier coup d'essai. Ils ont déjà enregistré et diffusé (en audio seulement) de nombreuses parties de Sombre zéro, dont la liste est consultable au bas de ce sujet.



*



Bientôt, des démos de Sombre près de chez vous


Image


+ Dimanche 15 mai - 15h à 18h

Je poserai du Sombre au Falstaff Café, un bar sur la place Bastille à Paris, dans le cadre d'une rencontre Paris Timidité Meetup.

Vous êtes timiiiide et voulez découvrir le jeu de rôle qui fait peuuur ? Venez donc vous asseoir (et mourir ^^) à ma table. Je mènerai en compagnie d'un coach timidité, histoire de vous aider à améliorer prise de parole, interprétation théâtrale, négociation et répartie. Accessoirement, y'aura du fun par paquets de douze.


+ Mercredi 8 juin - 19h30-20h à 23h

J'assurerai des démos à Robin des jeux, une boutique du 11e arrondissement de Paris.

J'enchaînerai les parties de Sombre zéro tant qu'il y aura des volontaires. Cette animation (gratuite) est organisée en partenariat avec la Ligue Ludique. C'est donc sur leur forum qu'il faut se faire connaître si on veut participer.



*



Promo

Image

Les cinq numéros de la revue Sombre sont disponibles. Pour commander, c'est par ici.


Image

Un euro pour un compte rendu, soutenez Sombre sur Tipeee.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 90
Inscrit le: 23 Juin 2011, 20:15
Localisation: IdF

PrécédentSuivant

Retour vers Discussions jeux de rôle

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron