Creativity Spark From Masters Of Illustration

On connait tous les nombreuses l√©gendes qui entourent le festival Ludicit√©. Ces l√©gendes qui racontent les gestes et les courageuses joutes de chevaliers venus des douze coins du Monde. On raconte m√™me qu’une fois, le sir Boz y a amen√© une t√™te de dragon fraichement r√©colt√©e du sauvetage d’un petit village de la Comt√© du Perche, pas loin de Nogent-le-Rotrou.

Je n’y √©tais pas lors de cet √©v√©nement et je ne peux malheureusement pas vous en confirmer, ou non, la r√©alit√©. Mais je vais tenter de relater, au plus proche de la r√©alit√© historique, les √©v√©nements qui ont ponctu√© l’√©dition 2021 de Ludicit√©, du point de vue d’un humble chevalier-m√©nestrel du Cercle Fantastique.

Tout commen√ßa un dimanche du mois de Juin. Un dimanche d’√©t√© presque comme un autre si ce n’√©tait ce matin gris et pluvieux dont le crachin, certainement ourdi par des forces malveillantes, qui aurait pu faire renoncer les plus valeureux. Que nenni ! Le courage des plus grand h√©ros ne fut point √©branl√© et ils r√©pondirent pr√©sents.

 

C’est ainsi que votre serviteur sortit vaillamment de son lit sur le coup de 9h30 du matin. Presque l’aube. A l’heure o√Ļ m√™me le P√®re Drucker et ses ouailles n’ont pas encore pris leur petit-d√©jeuner. N’en doutez pas, il faut √™tre un vrai h√©ros pour se lever √† cette heure et abandonner une couette bien chaude.

Ni une, ni deux, je m’habillais, embarquais les plus grands tr√©sors du club et de ma collection personnelle, habilement masqu√©s par un sortil√®ge qui transforma mon somptueux carrosse en caddie lui-m√™me camoufl√© par une cape d’invisibilit√© de peintre ambulant, et partit avec d√©termination, et lucidit√©, sur la route de Ludicit√©.

Il me fallut une dizaine de minutes, sous les gouttes d’eau mal√©fiques, pour rejoindre le festival. Ne croyez pas que ce fut facile: lors de telles exp√©ditions, dix minutes paraissent dix ans.

Je me retrouvais alors devant les portes de la gare XP, o√Ļ se d√©roulait Ludicit√©.

La gare XP, c’est un de ces lieux ouverts qui pars√®ment la capitale. Ces lieux historiques, portails vers l’imaginaire, refuges des aventuriers des temps modernes, qui transforment l’impossible en possible.

Ces lieux, pourtant ouverts et au vu de tous, et qui, myst√©rieusement, √©chappent √† la r√©alit√© du commun. Comme si un voile magique les prot√©geaient d’une Soci√©t√© mercantile et des individus consum√©ristes. Si bien qu’on y croise que des d√©fenseurs du Bien et que le Mal n’y p√©n√®tre point.

C’est ici que je retrouvais messire Wangrin, d√©j√† install√© autour d’une table, affair√© √† pr√©parer des mixtures magiques qui nourriraient les convives de la journ√©e. Le temps prendre quelques rep√®res, de proc√©der aux pr√©sentations d’usage, et de boire un caf√©, je me lan√ßais √©galement dans la pr√©paration de la journ√©e. Nous install√Ęmes donc tables et chaises sous les barnums et combl√®rent quelques trous dans le sol, probablement des traces d’anciennes batailles.

Puis arriv√®rent les premi√®res associations ludiques et nous √©change√Ęmes sur nos occupations. Mais tr√®s vite, ce fut l’heure du d√©jeuner et nous nous restaur√®rent en bonne compagnie. Un menu somptueux: en entr√©e un taboul√© royal accompagn√© de son houmous oriental, en plat principal une savate de bŇďuf aux aubergines sauvages, et pour finir, en dessert, de d√©licieux diamants de past√®ques √† la menthe.

Nous f√Ľmes ensuite rejoints par messire rononD et Lord Kujidos qui apport√®rent leur lot de jeux et divertissements. Puis, enfin, arriv√®rent les nombreux joueurs et joueuses de la journ√©e. Nous avions quelques craintes dues √† la pluie qui alourdissaient les barnums, mais, rapidement, le ciel s’√©claircit et la pluie fut un lointain souvenir. Les tables furent rapidement occup√©es, que ce soit √† l’ext√©rieur ou dans les espaces int√©rieurs. Messire Wangrin nous quitta malheureusement pour aller au club chasser du vilain sur le bitume, mais nous assura qu’il reviendrait une fois sa mission accomplie. Il n’y a pas de repos pour les guerriers.

C’est ainsi que rononD, Lord Kujidos et moi-m√™me furent occup√©s tout l’apr√®s-midi √† animer nos tables et faire d√©couvrir les jeux que nous avions amen√©s. Il y avait beaucoup de monde et l’ambiance √©tait tr√®s sympathique. Le cadre du lieu, et l’organisation de la MAD (qui g√®re la gare XP), y faisant pour beaucoup, bien loin des salles polyvalentes habituelles et sans √Ęmes des √©v√©nements « classiques ». L’entr√©e, le bar et le restaurant √† prix libre pour que chacun puisse se restaurer selon ses moyens. √Čgalement, pas d’√©talages de gros professionnels venus vendre leurs produits, mais des petits artisans, qui avec son prototype, qui avec son jeu parfaitement termin√© disponible √† l’achat.

Et puis, le soleil se couchant √† l’horizon, arriva le temps de la nuit. Sir R.Mike nous rejoint, suivi du retour de messire Wangrin. Pas mal de convives rentr√®rent chez eux mais les plus t√©m√©raires tinrent la place. C’est vers 23h que commen√ßa le tournoi organis√© par le Cercle Fantastique: un tournoi opposant deux √©quipes de cinq personnes sur un maxi-plateau de zombicide. 18 tuiles, deux boites de zombies, de nombreuses boites de c√©r√©ales √† r√©cup√©rer, ce fut litt√©ralement √©pique. Partie qui se finira vers 7 heures du matin. Je me dois ici de citer les valeureux survivants qui particip√®rent avec courage et d√©termination: R.Mike, Andrean & Thibault de Nantes, Maya et Dimitri pour la premi√®re √©quipe, Bouks, rononD, Wangrin, Boz et Merlin pour la deuxi√®me √©quipe. Je peux dire que je suis heureux et fier d’avoir jout√© avec tous ces tr√®s sympathiques compagnons lors de cette soir√©e m√©morable.

Le Zombicide en image:

Le début de partie, ça se chambre sérieux autour de la table. Les mises au défi sont de rigueur.

Encore le d√©but de partie (parce que, bon, j’ai pas trop d’autres photos √† vous montrer¬† ūüėÜ )

Le milieu du d√©but de la partie, l’√©quipe 1 s’est fait piquer du loot par l’√©quipe 2, et, comme l’invasion ne suffisait pas, il y avait comme beaucoup des zombis derri√®re la porte…¬† L’√©quipe 2 est tr√®s en stress.

Le plateau en fin de partie. Les survivants de l’√©quipe 2, retranch√©e, est d√©cim√©e par les zombis. Dans l’√©quipe 1, il ne reste plus que deux survivants.

C’est donc vers 7 heures du matin que nous nous quitt√Ęmes, la larme √† l‚ÄôŇďil, mais de quoi alimenter les futures l√©gendes ludiques du monde d’apr√®s qui feront briller, le soir au coin du feu, les yeux des adultes et des enfants √©merveill√©s.

Sir Bouks.